C’est après 3h30 de débats que la réunion du Comité international des Jeux (Cij) a pris fin hier à l’hôtel Bellepierre. C’est “l’affaire Kloster” et le volley-ball qui ont monopolisé l’attention, alors que pour la désignation du pays hôte des 10es JIOI 2019, la décision a été repoussée à demain matin.
La réunion, qui a débuté avec plus d’une heure de retard, les représentants de Mayotte ayant faux bond alors que les deux représentants des Comores étaient bien présents, a vu dans un premier temps le Coji présenter ses excuses à Martha Ralisinirina, qui s’est vu arracher le drapeau malgache des mains alors qu’elle était sur le podium.
Puis, c’est le volley-ball qui a volé la vedette et a tenu les membres en haleine. Déjà, tous les présidents des fédérations de volley de Maurice, des Seychelles et de Madagascar attendaient à la réception de l’hôtel alors qu’une délégation de la Ligue réunionnaise de volley-ball (LRVB) était accompagnée d’une avocate.
La LRVB a présenté aux membres du Cij un document fourni par la Fédération française de volley-ball confirmant les cinq années de licence de Myriam Kloster à La Reunion. Mais le Cij n’est pas revenu sur sa décision, six de ses sept membres ayant voté pour la disqualification de la joueuse. Et pour la participation de La Réunion en demi-finale, le Cij a référé le cas au Comité technique international (CTI) pour trancher. C’est dans l’après-midi que le CTI, sous la présidence de Philippe Beuchet et après un vote à l’unanimité de pays présents, La Réunion a été disqualifiée.
Finalement, le dossier concernant le pays organisateur des JIOI en 2019 sera finalisé demain matin. Le Cij a informé les représentants des Comores de venir avec leur dossier et de solides arguments pour organiser les Jeux. Dans les coulisses, on parle d’un revirement de situation après que le président Philippe Hao Thyn Voon eut déclaré à la presse mauricienne mercredi que les JIOI 2019 se tiendraient à Maurice.