L’incidence du cancer a augmenté de 40 % chez l’homme et de 41 % chez la femme entre 1992 et 2008 selon le National Cancer Registry. 1 400 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année dans les hôpitaux publics. Si le cancer le plus commun chez la femme est celui du sein, ceux du colon et du rectum sont les plus répandus chez l’homme.
L’incidence du cancer est plus élevée dans le groupe d’âge des 56 ans chez l’homme et des 59 ans chez la femme. Selon le National Cancer Registry, 58 % des cancers surviennent chez les femmes âgées de 15 à 60 ans. 38 % des cas de cancer féminins sont celui du sein et 10 % celui du col de l’utérus. 4,8 % des cancers chez la femme sont ceux du colon et du rectum et 5,8% celui des ovaires.
14 % des cancers masculins sont celui du colon et 10 % celui de la prostate. Chez l’homme, 9, 6 % des cancers sont du poumon, 8 % de la bouche et de la gorge et 8 % de l’estomac. 1,7 % des cancers, principalement la leucémie, touchent des enfants de moins de 14 ans.
Malgré l’incidence croissante du cancer, le nombre de lits dans l’unité de cancérologie de l’hôpital Victoria à Candos – unique centre d’oncologie à Maurice – est resté le même depuis les années 60. Les patients atteints de cancer sont hospitalisés dans d’autres wards médicaux ou chirurgicaux vu que la salle accueillant les patients cancéreux n’a que 57 lits… En outre, les adolescents sont hospitalisés dans la même salle que les adultes. Néanmoins l’unité de cancérologie comprend une salle pour enfants qui a été relookée il y a deux ans.
Un tiers des cancers incurables
Selon le National Cancer Plan (NCP) 2010-2014 du ministère de la Santé, certains types de cancer peuvent être traités avec succès s’ils sont dépistés tôt. Il s’agit des cancers du col de l’utérus, du sein, du colon, de la bouche et de la gorge. C’est aussi le cas de bon nombre de cancers chez les enfants. « Un tiers des cancers peuvent être prévenus, un tiers sont curables et un tiers incurables. »
Le plan indique que la plupart des lésions du sein diagnostiquées à Maurice sont de deux à cinq centimètres. L’une des recommandations du NCP est la palpation des seins dès l’âge de 30 ans et une mammographie ciblée chez les femmes de 50 à 59 ans, notamment pendant la période de préménopause. Chaque jour 70 in-patients sont traités à l’unité de radiothérapie et 30 dans d’autres wards à l’hôpital Victoria. 30 malades subissent une chimiothérapie quotidiennement à Candos.
Des facteurs de risque du cancer sont associés au mode de vie, selon le NCP. Ainsi l’alimentation joue un rôle dans l’apparition du cancer de l’estomac, du colon, voire même du sein. L’environnement et le tabagisme sont pointés du doigt. Des virus sont aussi en cause : ceux de l’hépatite B et C pour le cancer du foie et des « sous-types » du Human Papilloma Virus pour le cancer du col de l’utérus. Toutefois toutes les causes ne sont pas encore connues à ce jour, selon le NCP.
Le cancer provoque 950 décès chaque année. La prévention, le diagnostic précoce, la modernisation des équipements, un budget séparé pour la chimiothérapie et des unités de soins palliatifs font partie des recommandations du NCP 2010-2014. La décentralisation des services de cancérologie, la formation d’un personnel spécialisé, le recours à de nouveaux médicaments, dont les « aromatase inhibitors », et à des traitements plus ciblés sont également cités.