Le secrétaire de la Renal Disease Patients Association, Bose Soonarane, a fait une série de demandes au ministère de la Santé au nom du millier de malades des reins qui sont sous dialyse à Maurice. Il est d’avis que cette maladie n’est pas une fatalité et que si le patient gère sa maladie comme il le faut, il peut prolonger sa vie. Toutefois, pour cela, il faut l’aider dans son traitement à l’hôpital.
M. Bose a dit souhaiter un plus grand nombre de néphrologues à l’hôpital. Actuellement, il n’y en a que deux pour tout le service public. « Il faut au moins un néphrologue attaché à chaque centre de dialyse », dit-il. À l’hôpital, indique M. Bose, les patients sous dialyse doivent attendre leur tour avant de voir le médecin lors de leur rendez-vous. Vu leur état de santé, il souhaite qu’on donne à ces patients une carte spéciale qui leur permettrait de passer plus vite avec le médecin traitant.
Au centre de Riche-Mare, selon M. Bose, iI n’y a pas suffisamment d’espace pour traiter les patients. Il réclame la construction d’un nouveau bâtiment à cet endroit pour accommoder les patients sous dialyse.
S’agissant de la transfusion sanguine, le secrétaire de cette association dit que puisqu’il devient de plus en plus difficile d’avoir du sang, il suggère que les médicaments offerts par le ministère de la Santé soient des originaux et non des génériques. « Il y a des rapports qui indiquent que les génériques ont des effets néfastes sur la santé de ces malades. Les originaux durent plus longtemps et c’est avantageux pour eux », estime M. Bose. Au sujet du Human Tissue Bill, qui a été introduit au Parlement la semaine dernière, il réclame qu’un membre de la Renal Disease Patients Association siège au comité s’occupant des organes humains.
Quant à la présidente de l’association, Faeza Hosseny, elle a affirmé que l’atelier de travail organisé la semaine dernière à Riche-Mare pour informer la population sur la maladie des reins et la dialyse a été un succès. L’association a l’intention d’organiser deux autres ateliers à Rivière-des-Anguilles et à Curepipe, de publier un livre de recettes alimentaires à l’intention de ces maladies, organiser une sortie récréative et une collecte de sang bientôt.