• Me Akil Bissessur réclame une enquête sur la hausse controversée du Film Rebate Scheme avec en toile de fond un lobbying de Sanjiv Ramdanee, le beau-frère du Premier ministre Pravind Jugnauth

Me Akil Bissessur, homme de loi proche du parti Travailliste, s’est rendu à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) ce matin pour réclamer une enquête sur les dessous de la Bofrer Saga de Rs 214 millions. Il s’appuie sur les documents étalés par Top TV Mauritius depuis vendredi dans le cadre d’une série d’enquêtes intitulée « Dans les entrailles du pouvoir – Épisode 1 » et portant sur la hausse controversée du Film Rebate Scheme par l’ex-Board of Investment, avec pour principaux bénéficiaires les partenaires du beau-frère du Premier ministre, Sanjiv Ramdenee, soit des promoteurs américains du film Serenity.

Sanjiv Ramdanee a agi comme intermédiaire pour le tournage de ce film hollywoodien à Maurice en collaboration avec l’établissement hôtelier appartenant à la belle famille du leader du Mouvement socialiste mauricien (MSM), Maradiva Villas Resort & Spa.

Akil Bissessur réclame ainsi qu’une enquête indépendante soit menée après que des courriels faisant état des négociations tenues pour faire augmenter le Film Rebate Scheme de 30% à 40% remontent à la surface en cette période électorale.

L’homme de loi proche du PTr, Me Akil Bissessur a visiblement pris à la lettre la déclaration faite samedi par le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, au Sun Trust invitant ceux qui font état de maldonne entourant le remboursement des frais de production pour le tournage du film Serenity à Maurice de se rendre à la police ou l’ICAC pour consigner des déposotions à charge.

Ainsi, l’avocat s’est rendu au QG de l’ICAC ce matin et ce, en son nom personnel, pour réclamer l’institution d’une enquête sur les dessous de cette Bofrer Saga – qui aurait englouti un « Jackpot » de plus de Rs 214 millions aux frais des contribuables. Akil Bissessur s’appuie sur l’enquête de Top TV, qui a étalé des discussions tenues entre différents protagonistes notamment l’ex-BOI, The Weinstein Company, un studio américain de production de films, et le beau-frère du Premier ministre, Sanjiv Ramdanee.

Pour Akil Bissessur, les documents étalés sur la place publique mettent en relief la potentielle influence du frère de Kobita Jugnauth sur la décision de revoir à la hausse le Film Rebate Scheme de 30%, seuil décidé lors de l’introduction de ce plan de remboursement en 2013, à 40% avec l’arrivée de Lalyans Lepep au pouvoir en décembre 2014. Me Bissessur s’appuie aussi sur les réserves émises par les hauts fonctionnaires au ministère des Finances au sujet de cette proposition d’augmenter ce plan de l’ex-BoI repris par l’Economic Development Board.

Il réclame ainsi une enquête sur les tractations qui ont été entamées par le Chief Executive Officer de Mauriplage Beach Resort Ltd, Sanjiv Ramdanee, pour faire passer cette proposition d’augmenter le Film Rebate Scheme à 40% au Conseil des ministres.

Cette affaire embarrasse plus d’un au Sun Trust depuis vendredi soir avec une nouvelle étiquette de ‘deal familial’ collé à Lakwizinn après l’affaire Medpoint. Quant au leader du MSM, Pravind Jugnauth, il a insisté samedi à sa sortie du comité central de son parti, qu’en tant que ministre des Finances sortant, il n’y aurait aucune maldonne dans ce dossier de Film Rebate Scheme et a affirmé que « Top Fm pe fer azan Parti travayis » questionnant dans la foulée le timing de la diffusion de cette enquête.

Dans l’entourage de Sanjiv Ramdanee on affirme que le film flop d’Hollywood, Serenity, a finalement été réalisé par le producteur Steven Knight et non pas par l’équipe de TWC. Akil Bissessur affirme avoir sollicité l’ICAC en tant que membre du public pour réclamer cette enquête notamment en qui concerne les articles de conflits d’intérêts ou de trafic d’influence.

Cette proposition visant à revoir à la hausse le Film Rebate Scheme comme préconisé par es protagonistes du Bifrer Saga avait suscité des réservs au minstère des Finances.

« We should first note that the refund budget has now risen to Rs 100 million and on current trends may exceed one day the promotion budget of the BOI and perhaps MTPA. We should be able to explain/justify to the National Assembly the Scheme and the allocation of such fund », note ce haut fonctionnaire à l’intention de ses collègues. Mention est également faite du ministre, notamment Vishnu Lutchmeenaraidoo, avant l’épisode de Goldfinger.

Un autre mail daté du 22 avril 2015 laisse comprendre que la pression pour des Incentives plus favorables gagnait en intensité. Comme pour se couvrir, les fonctionnaires affecéts à ce dossier devaient indiquer « we can submit a proposal to the Cabinet of Ministers for them to consider your exceptional requests for the first shooting » tout en ajoutant que « however if one film of ths budget is submitted that would mean that we would have no funds remainng to accomodate other projects ».

Affaire à suivre…