Dans sa très longue intervention hier soir, le député Shakeel Mohamed, l’auteur de la motion de blâme contre la Speaker Maya Hanoomanjee, s’est attardé sur « les liens étroits » entre l’exécutif et cette dernière et mettant à mal le principe de séparation des pouvoirs garantis par la Constitution. « We have in our country a principle which is the separation of powers. I am sadenned that the Speaker has done away with that principle », a-t-il dit au parlement en faisant état de la situation, témoignant de « la proximité » de la Speaker avec l’exécutif.
Shakeel Mohamed, dont le discours a duré plus d’une heure, a été interrompu plusieurs fois par le Deputy Speaker, qui insistait sur la notion de « respect de la vie privée ». « You should stick to the conduct of the Speaker inside the House. We can’t function in the private life of the Speaker », a lancé Sanjeev Teeluckdharry lorsque Shakeel Mohamed évoquait une fête organisée à la Clarisse House par le Premier ministre d’alors et à laquelle participait Maya Hanoomanjee. Le député du PTr voulait démontrer les liens de proximité entre la majorité et la Speaker.
L’intervention du député du PTr s’est déroulée par moments dans un véritable brouhaha généralisé avec des remarques et répliques des deux côtés de la chambre. Shakeel Mohamed, tout au long de son discours, a maintenu que la Speaker « se laisse guider par l’exécutif » dans ses fonctions. Pour soutenir son argument, il a fait référence, entre autres, à certains propos tenus par la principale concernée dans des interviews accordées à la presse. « À titre d’exemple, dans une récente interview, elle a déclaré que “ce n’est pas moi qui décide de l’ordre du jour”. She is doing away with her responsibility. She is not here to do the duty of government and neither the duty of opposition but should act in line with the Constitution », a martelé Shakeel Mohamed.
L’auteur de la motion a aussi évoqué l’attitude « partiale » de la Speaker durant ces deux dernières années dans ses fonctions. « Elle n’a pas pratiqué l’impartialité et elle a manqué d’objectivité dans ses décisions », a-t-il soutenu, en ajoutant qu’il a lui-même fait les frais du manque de « fairness » et d’ « equity » de Maya Hanoomanjee, et ce « en plusieurs occasions ». Il poursuit : « She is the Speaker of the House, mais je démontrerai comment elle a été sélective lorsqu’il s’agissait des interventions des membres de cette auguste assemblée. » C’est ainsi qu’il a fait état du refus de la Speaker de permettre certaines questions des députés de l’opposition, et qui semblaient embarrassantes pour la majorité. Il a de même rappelé le rejet de la Speaker lorsqu’il souhaitait participer aux débats sur le Sports Bill présenté il y a quelque temps.
Shakeel Mohamed s’est aussi indigné du fait que la Speaker soit restée silencieuse lorsqu’Anil Gayan a fait des commentaires sur son appartenance religieuse en tant que chef de file du PTr au Parlement et n’a pas rappelé à l’ordre ce dernier. « This honorable member a dit que c’est la première fois que le PTr a un chef de file non-hindou au parlement. En quoi ma religion est concernée par la fonction que j’occupe ? Il a fait un commentaire rétrograde et je m’attendais à ce que la Speaker le rappelle à l’ordre en lui demandant de ne pas faire de tels commentaires dans l’avenir. Mais la Speaker n’est pas intervenue », a souligné Shakeel Mohamed. Celui-ci a maintenu que « the Speaker is not carrying out her duty in an impartial manner ».