La situation chez SME Mauritius ne laisse pas insensible une petite équipe, qui a vu la création de SME Mauritius. Dans une lettre envoyée à l’Independent Commission against Corruption (ICAC) ce lundi, ils dénoncent « la manière dont certaines personnes ont été recrutées » à des postes à responsabilités et « des augmentations salariales qui dépassent les attentes ».

Dans une correspondance de sept pages, la lettre indique que SME Mauritius a recruté près de 40 employés de différents grades et dont les salaires sont « largement supérieurs à n’importe quel corps para-étatique pour un grade similaire » sous le Pay Research Bureau. Selon les auteurs de la lettre, le recrutement continue pour augmenter le personnel après que la plupart aient préféré être redéployés après la création de SME Mauritius suite au démantèlement de la SMEDA. Pour eux, la création de SME Mauritius « va à l’encontre du 10 year master plan ». Ainsi peut-on lire dans la lettre : « The setting up of SME Mauritius as a Company against the recommendation of the ten year Master Plan for the SME Sector, which recommended incorporation of SME Mauritius as a parastatal body, was already highly suspicious. » Les auteurs dénoncent la refonte de certains postes, tels celui d’Administration and Finance Manager à celui de Director (Corporate Affairs), ainsi qu’une hausse salariale de Rs 10 000. Le HR & Finance Committee a préféré mettre en attente cette proposition de la direction.

Par ailleurs, les huit stagiaires recrutés par l’ex-SMEDA ont été employés après une période probatoire de six mois. Six d’entre eux sont Management Support Officer alors qu’un autre est réceptionniste et un autre encore Accounts Clerk.