Le temps passe, la vie évolue. Mais pas eux. À leurs yeux la femme appartient à une sous-espèce dont les droits sont limités comparés aux leurs. Il n’a pas été facile de les faire parler, mais une fois lancés, les machos crachent leur venin sans retenu. Voilà, donc, ce qui peut encore exister dans tête de certains hommes en 2014 à Maurice.
Aux yeux de trop d’entre eux : “Fam in fer pou rest lakaz kwi manze ek vey piti,” Ce commentaire nous est plusieurs fois parvenu dans le cadre de cette enquête qui nous a mené à la rencontre de ceux qui restent persuadés que comparées aux hommes, les femmes restent inférieures. Puisque c’est le cas à leurs yeux leur logique leur permet de croire qu’ils sont en mesure de “corriger” leurs conjointes, soeurs ou autre personne du sexe féminin appartenant à leur entourage.