Le Premier ministre a quitté Kinshasa (Congo), où il a participé au Sommet de la francophonie durant le week-end, pour Paris (France). Navin Ramgoolam s’entretiendra ainsi demain avec le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls sur des questions relatives à la sécurité.
Navin Ramgoolam a eu, lors de son séjour à Kinshasa, une première rencontre avec le président français François Hollande en marge du Sommet de la Francophonie, indique un communiqué du Prime Minister’s Office. Les discussions étaient axées sur les relations privilégiées entre Maurice et la France. Le Premier ministre mauricien a aussi fait état de sa rencontre de demain avec le ministre français de l’Intérieur Manuel Valls. Il sera ainsi à Paris pour entamer des discussions dans le cadre de l’accord qui a été conclu entre Maurice et la France dans le domaine de la sécurité.
Le Premier ministre a par ailleurs eu des discussions avec le nouveau président de la Tunisie Moncef Marzouki et la Première ministre de la province canadienne du Québec, Pauline Marois. Il a aussi rencontré le président de la République du Congo Denis Sassou Nguesso. Les deux dirigeants ont discuté de la coopération triangulaire Maurice-Congo-Singapour. A aussi eu lieu un entretien entre Navin Ramgoolam et le président de la Guinée Alpha Condé.
Lors de son intervention samedi au Sommet de la francophonie, le chef du gouvernement a remercié la France pour son assistance en vue de consolider le dispositif de sécurité à Maurice. Navin Ramgoolam a également fait état de la situation à Madagascar. Il a offert l’assistance technique de Maurice dans le cadre de l’organisation des élections générales et présidentielle prévues dans la Grande île à compter de mai 2013.
Navin Ramgoolam a invité la communauté internationale, particulièrement les États francophones, à oeuvrer pour l’aboutissement du processus électoral à Madagascar afin de permettre à l’île de sortir de la crise politique qui la paralyse et l’expose à des sanctions. Ces sanctions, a-t-il ajouté, aggravent la crise humanitaire dans ce pays.
L’intervention du Premier ministre à Kinshasa sur la situation à Madagascar vient s’ajouter aux efforts entrepris pour que la Grande île retrouve sa stabilité par le biais d’élections libres et crédibles. L’engagement de Maurice dans la recherche d’une solution vise surtout à mettre fin à une situation d’instabilité qui pourrait avoir des répercussions négatives sur les autres pays de la région.
Abordant la question de piraterie et de pêche illégale dans l’océan Indien, le Premier ministre a invité la communauté internationale à aider à combattre ces fléaux qui affectent directement l’économie des pays riverains. Il a aussi fait part des efforts déployés par Maurice, dont l’institution d’un tribunal spécial, au sujet des pirates capturés dans l’océan indien et de leur incarcération dans l’île.