Le ministère de la Jeunesse et des Sports reste toujours un mauvais élève. Régulièrement cloué au pilori par l’Audit, le MJS n’aura pas encore appris sa leçon pour l’année 2012 : des dépenses jugées excessives en particulier pour les infrastructures sportives, à l’image de la rénovation du stade St-François Xavier, qui passe d’une estimation initiale de Rs 20M à quelque Rs 70M.
Le directeur de l’Audit, Rajun Jugurnath, qui rappelle les premiers travaux de ce stade de la capitale avec la mise en place de la pelouse synthétique en 2007 — projet estimé à Rs 20M puis révisé à Rs 66 394 135 en mai 2008 —, remarque que, cinq ans après, la construction du stade St-François Xavier n’est toujours pas achevée. Qui plus est, les travaux d’extension (ajout des bureaux pour la Mauritius Football Association, VIP Lounge et un bureau dans la Turf Machine Room dans le Service Block) de même que de nombreux consultancy fees ont plus que doublé pour passer à Rs 70M.
Le stade, qui initialement devrait être livré le 7 décembre 2011, ne l’était toujours pas en décembre 2012, alors que la date du 20 mars de l’année dernière avait été un moment annoncée. Toujours est-il qu’à la mi-mars 2012, les paiements effectués se chiffraient à Rs 48 537 457 et qu’en mars 2013 les paiements notés étaient de Rs 4 220 353. L’Audit note que le ministère des Infrastructures publiques n’a jamais supervisé les travaux ni signalé le non respect des procédures dans la variation des coûts des dépenses dans cette infrastructure sportive de la capitale.
Concernant le New George V Stadium, les chiffres pour les travaux de réhabilitation de la pelouse sont autant vertigineux qu’accablants. La somme de Rs 5,2M (dont Rs 900 000 au chapitre) était allouée à une firme privée en septembre 2009. Le contracteur avait abandonné les travaux en avril 2011 avec 13 items of uncompleted works estimés par le District Contractor du ministère des Infrastructures publiques à Rs 2M.
Une demande du MJS auprès d’une compagnie d’assurance pour qu’elle honore un Performance Bond de Rs 521 207 avait été refusée par ladite assurance. Mais comme le bond expirait le 30 juin 2012, le MJS référa le cas à l’Attorney General. À mars 2013, soit dix mois après, aucune action n’avait été entreprise par le MJS.
Les travaux encourus à la piscine du Pavillon au complexe sportif Jean-Roland Delaître ont connu une hausse de 50 %. Des travaux de réparation de fuite sont notés à hauteur de Rs 7,5M alors que le coût initial du projet était de Rs 5M.
L’enveloppe pour les heures supplémentaires et la location liées au transport des athlètes a plus que doublé en deux ans. De Rs 6,1M en 2010 elle a atteint Rs 13,4 M en 2012. Même si des efforts avaient été faits pour réduire le coût global de l’overtime (Rs 25,3M en 2010, Rs 16,9 en 2011 et Rs 14,6M en 2012) et le paiement aux chauffeurs du MJS (baisse de 33%), c’est en particulier dans la location des véhicules et les heures supplémentaires destinées aux travailleurs et caretakers de ce ministère que les dépenses excessives sont notées.