Si vous avez pu voir ses mains à l’écran en regardant le chapitre final de la saga Twilight, elle n’a toujours pas pu le faire de ses propres yeux. Elle n’a en effet, à ce jour, que 12 ans… alors que le film est recommandé « PG13 » aux États-Unis. Ces petits doigts de fée, jouant le morceau Renesmee’s Lullaby aux côtés de Robert Pattinson, appartiennent à Isabelle McCall. Cette jeune pianiste, fille de Sichin McCall, une Mauricienne établie aux États-Unis depuis 1988, était pourtant surnommée « The Prodigy » sur le plateau de tournage.
Si la jeune pianiste, dont le nom ne figure pas au tableau final du film, n’a pu apprécier son rôle à l’écran, les quelques secondes de son interprétation – même à l’ombre des principaux acteurs de la franchise, Robert Pattinson et Kristen Stewart – représentent pour ses proches de belles perspectives pour sa carrière d’actrice. Une carrière qu’elle a démarrée alors qu’elle n’avait que 8 ans.
Dans son édition en ligne du 2 janvier, le journal The Advocate, de Los Angeles, revient sur la performance de cette jeune actrice, révélant ainsi l’identité de la propriétaire des mains doublant au piano celles de Renesmee (Mackenzie Foy), la fille de Bella et Edward. Le morceau, Renesmee’s Lullaby est dans le film un duo improvisé entre Edward (Robert Pattinson) et sa fille.
« Rien d’impressionnant »
C’est la mère d’Isabelle, Sichin McCall, qui l’avait inscrite au casting de The Twilight Saga : Breaking Dawn – Part 2. À cette époque, la jeune fille (alors âgée de 10 ans) ne connaissait rien de la saga Twilight, ni de son succès mondial au cinéma ou de la popularité de ses acteurs. Jouer aux côtés d’une des idoles les plus en vogue auprès des adolescentes, en l’occurrence Robert Pattinson, n’avait ainsi rien d’impressionnant pour Isabelle McCall. Ce n’est qu’à la veille du tournage que mère et fille se sont mises devant un ordinateur et ont été voir sur le net à quoi ressemblaient les acteurs. Sichin McCall souligne par ailleurs qu’il s’agissait d’une bonne chose pour sa fille que de demeurer dans l’ignorance jusqu’à la dernière minute, car autrement, le statut de star des acteurs aurait rendu la jeune Isabelle « nerveuse ». « To her, it was just playing the piano, and she was used to that. »
En effet, l’adolescente joue du piano depuis l’âge de 3 ans. Selon The Advocate, la partition de Renesmee’s Lullaby qu’a dû apprendre Isabelle ne s’étalait que sur deux pages (le morceau n’a été joué que quelques secondes dans le film), et n’a pas représenté un énorme défi à surmonter pour la jeune pianiste. Cette dernière a cependant dû s’adapter à « trois ou quatre modifications » apportées à la mélodie en plein milieu du tournage.
Si les quelques secondes de cette scène attendrissante du film ont nécessité trois jours de tournage (au cours duquel la jeune Isabelle a même eu droit à sa propre loge avec, sur la porte, une étoile où était écrit « Child Pianist »), la principale difficulté qu’elle aurait rencontrée, selon le journal, est qu’en raison du positionnement de la camera au-dessus des touches du piano, il a fallu qu’elle étende ses bras au maximum pour jouer la mélodie. « It was hard », dit elle. « My arms were short. I was 10. »
Ce n’est que deux ans après le tournage que les McCall peuvent enfin parler de l’expérience d’Isabelle dans Twilight. La famille était en effet liée par les clauses de confidentialité du tournage entourant la sortie de ce film. Aujourd’hui néanmoins, les camarades de classe d’Isabelle McCall ne sont pas pour autant très impressionnées de son rôle, sauf celles qui idolâtrent les acteurs principaux, jalousant la chance de la jeune pianiste de les avoir côtoyés. Mais pour l’actrice/pianiste, le plus impressionnant durant le tournage aura surtout été « le buffet du chef » préparé pour toute l’équipe, et « l’adorable » chien Lautner, qui se baladait un peu partout sur le plateau.
Le rêve de sa mère mauricienne
Ce n’est pas un hasard si Isabelle McCall est aujourd’hui une jeune pianiste dont les talents ont été retenus pour jouer dans l’un des films ayant le mieux marché au box-office mondial l’année dernière. Sa passion pour le piano, elle la doit à sa mère, selon The Advocate, qui indique que « playing was a dream of the mother, who didn’t have the opportunity as a child. »
Sichin Li-McCall, d’origine mauricienne, qui s’est installée depuis près de 25 ans maintenant aux États-Unis, confie d’ailleurs qu’avant même sa naissance, Isabelle a été bercée par la musique. « When she was in my tummy I listened to music. She was surrounded by music from the moment she was there », a-t-elle confié. Isabelle McCall commença ainsi le piano à l’âge de 3 ans. Et sa carrière d’actrice démarra alors qu’elle n’avait que 8 ans.
À ses débuts, elle interprète le rôle d’une princesse dans The King and I, une production du Baton Rouge Little Theater. Elle a ensuite eu le rôle principal, celui de Wilbur, dans l’une des pièces de son école, Charlotte’s Web. La jeune adolescente a également eu l’occasion de jouer avec Opera Louisiane et d’apparaître dans des petits rôles dans deux épisodes-pilotes de séries télé.
Timide
C’est la timidité d’Isabelle qui a poussé la pianiste à devenir actrice. « She thought she was too shy and set out to change », révèle l’article de The Advocate, ajoutant que « acting helped her learned to talk to new kids at school and step out of her shell ». « She loves stepping into another persona, trying to understand what the character thinks and feels », dit encore le journal, à qui Isabelle McCall révèle « I like that you can be a different person (…).You don’t have to be who you are. »
Des paroles que la jeune pianiste a toujours mis en pratique dans son quotidien, notamment auprès de sa grand-mère, dès sa plus tendre enfance. En effet, la petite, à 3 ans, imitait tous les gestes des médecins et des infirmières qui venaient prodiguer des soins à sa grand-mère, alors atteinte d’un cancer. Si bien que sa « Popo » l’appelait « my little doctor », raconte Sichin McCall. Une carrière que pourrait sans doute embrasser la jeune actrice, qui confie que ce métier l’attire car elle souhaite aider les gens. En attendant, elle espère continuer sa carrière d’actrice « for a hobby ».