La campagne sucrière 2013 démarre officiellement vendredi dans le secteur est du pays avec la mise en route de l’usine du groupe Altéo Ltd à Deep-River/Beau-Champ, qui opérera pour la dernière fois cette année avant sa fermeture définitive. Selon la Chambre d’Agriculture, la récolte sucrière devrait prendre fin peu après la mi-décembre, soit au bout de 28 semaines.
À ce stade la production sucrière est estimée à environ 425 000 tonnes sur la base d’une production d’environ 4,1 millions de tonnes de cannes. À titre de comparaison, en 2012, 3,9 millions de tonnes de canne furent récoltées et avaient produit 409 200 tonnes de sucre.
De manière générale, la pluviométrie pour cette campagne 2012/13 a été marquée par un début de pousse en déficit hydrique (octobre à décembre 2012), une période excédentaire (janvier à mars 2013) suivie de deux mois nettement déficitaires, précise la Chambre d’Agriculture. Mais d’un point de vue global, la pluviométrie sur l’ensemble de la période de pousse (octobre 2012 à mai 2013) a été proche de la normale. Le déficit de pluie du mois de mai a eu un impact négatif sur la pousse. En revanche, le froid sec et l’ensoleillement au dessus de la moyenne de ce même mois de mai ont été des facteurs déterminants pour la maturation et favorables à l’accumulation de saccharose.
Se basant sur les observations obtenues de 60 sites représentatifs des cinq “factory areas” et des différentes zones agroclimatiques de l’île, la hauteur totale de la canne en 2013 est inférieure de 3,4% à la normale, sauf pour la région Est où celle-ci est supérieure de 5,6% à la normale. Cependant, la hauteur totale enregistrée au niveau de l’île en 2013 est supérieure de 5,7% à celle de 2012 ce qui laisse présager une meilleure productivité que celle de 2012.
Par ailleurs, avec les conditions climatiques favorables à la maturation, la richesse de la canne à fin mai était de 11%, soit le meilleur chiffre obtenu à même date sur les 13 dernières années.
Suivant un changement apporté au niveau de l’enregistrement des planteurs au niveau du SIFB où seuls 20% des petits planteurs doivent obligatoirement procéder à leur enregistrement avant fin juin 2013, la Chambre d’Agriculture constate que l’exercice de vérification de la superficie totale à être récoltée devient plus difficile. Cependant les données provisoires récoltées à ce jour tendent à montrer une réduction du taux d’abandon de la superficie à être récoltée par rapport aux cinq dernières années, sachant que les chiffres de la récolte 2012 doivent encore être finalisés. Selon les premières indications seulement 1 600 arpents ont été abandonnés contre une moyenne de 2 000 arpents durant les années précédentes.
Cette première estimation de 425 000 tonnes a été établie à l’issue de la première réunion du Crop Estimate Coordinating Committee tenue le 6 juin 2013, et présidée par la Chambre d’Agriculture. Le Crop Estimate Coordinating Committee regroupe la Mauritius Cane Industry Authority, le Mauritius Sugarcane Industry Research Institute, les établissements sucriers, le Sugar Insurance Fund Board, le Mauritius Sugar Syndicate, Statistics Mauritius et le ministère de l’Agro-industrie.
La Chambre d’Agriculture assurera un suivi régulier de la situation et réunira à nouveau les parties concernées au début du mois d’août.
Par ailleurs, les prières traditionnelles dites à l’occasion du début de la récolte ont été faites dimanche au temple de Tooke dans le sud du pays. Le VPM et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, y avait remplacé le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui s’était fait excuser.
Le CEO d’Omnicane, Jacques d’Unienville, avait à cette occasion souligné l’importance de l’accord conclu entre le gouvernement et la MSPA en 2009 qui a permis de faire de la réforme de l’industrie sucrière un succès. Le leader de l’Opposition, Alan Ganoo, et le ministre des Technologies de l’Information, Tassarajen Pillay Chedumbrum, étaient également présents à la cérémonie.