Après avoir brillé dans les compétitions locales, Brian Joseph s’apprête à franchir un nouveau palier dans sa carrière. Du 24 au 30 juin, il effectuera son baptême du feu international en participant aux championnats du monde de taekwondo qui se dérouleront dans la province de Muju en Corée du Sud. Il sera aligné dans la catégorie -74 kg et sera accompagné de l’entraîneur Diraj Ramful.
Âgé d’une vingtaine d’années, Brian Joseph a connu une progression constante au club de Rose-Hill sous la férule de Sylvestre Yan Too Sang. « Il s’est montré très régulier ces derniers temps et vivra sans doute une expérience mémorable », confie ce dernier. Reste que la partie ne s’annonce guère aisée avec la présence de plus de 2 000 participants. Toujours est-il que devant leur public, les Coréens partiront avec la faveur des pronostics, ayant dominé toutes les éditions des championnats du monde depuis 1973.
Le taekwondo mauricien devrait également être représenté lors des championnats du monde Poomsae qui se dérouleront vers la fin de cette année. Médaillé de bronze dans la catégorie Masters +40 ans au cours de l’Africa WTF President’s Cup tenue en mars au Maroc, Barlen Marday devrait de nouveau être sollicité. De son côté, Mario Hung Wai Wing, responsable au niveau national, se rendra à Rodrigues à la fin de la semaine prochaine afin de diriger un passage de grade.
Par ailleurs, le club de Rose-Hill avait organisé une compétition le 7 mai au Dojo de Beau-Bassin. Cette première édition de la Kyorugi et Poomsae Cup a fait la part belle aux poussins, benjamins, minimes et cadets, et a favorisé les desseins d’Alister Mackay et Nuha Janmahomed (kyorugi), Dylan Sin Yan Too et Laurie Chung (poomsae). Ceux ayant fait montre d’un meilleur fighting spirit ont été Mathieu Kisnorbo et Nicolas Yong en kyorugi et poomsae respectivement. Il est à noter que cette compétition s’est tenue avec le système de pointage sur l’écran et que les coups n’étaient pas portés à la tête.
« Ces jeunes ont suivi une préparation intensive ces derniers mois. Ils possèdent du potentiel, peuvent s’épanouir dès leur plus jeune âge et méritent d’être encouragés », avance Sylvestre Yan Too Sang. Une compétition open est prévue en septembre et devrait voir la participation des combattants réunionnais.