Tatiana Peters se rend souvent dans les écoles pour encourager les jeunes filles à s’intéresser à l’ingénierie

Elle a reçu la Royal Navy Award dans la catégorie “Advanced Apprentice of the Year” lors des National Apprenticeship Awards 2019. Ce qui fait d’elle l’apprentie ingénieure la plus performante de toute la GrandeBretagne. Tatiana Peters, née d’une mère mauricienne et d’un père britannique, n’est pas peu fière de ses origines. A 22 ans seulement, la jeune femme ingénieure a un message fort à passer aux petites filles : l’ingénierie n’est pas une affaire d’hommes !

Malgré l’accent anglais, elle sait très bien parler créole. Evidemment avec une maman qui a tenu à l’élever à la mauricienne, c’était prévisible. « Ma maman me parle en créole depuis que je suis enfant et d’ailleurs je viens tous les ans en vacances à Maurice », confie-t-elle. Brillante, la jeune femme est la meilleure Apprentice de toute l’Angleterre. « Je ne sais pas si vous avez l’Apprenticeship à Maurice ? C’est-à-dire que vous intégrez une entreprise et c’est l’entreprise elle-même qui fi nance vos études », explique-t-elle. C’est ainsi qu’après quatre ans passés dans une entreprise d’ingénierie produisant des missiles, soit la MBDA, elle obtient sa licence en génie mécanique. « C’est un choix que j’ai fait après mes études au collège. Je ne savais pas du tout que cela se faisait pour des cours « professionnels », explique-t-elle.

Ainsi, après avoir brillamment réussi ses examens, elle décide de suivre le conseil de ses enseignants qui lui conseillent « d’étudier the other way round’ ». Et ce, malgré les réticences au départ de sa mère. « Ma mère est Mauricienne, et cela veut dire ce que cela veut dire ! Du coup, elle ne voyait pas cela d’un bon oeil et voulait absolument que j’intègre tout de suite une université, mais elle a fini par comprendre », nous lance Tatiana Peters d’un ton enjoué. « Du côté de mon papa, cela s’est mieux passé, car le concept d’Apprenticeship est très courant en Angleterre », ajoute-t-elle.

Un choix d’études et de parcours qu’elle ne regrette pas une seule seconde. « Il faut dire que j’ai commencé très tôt. Mais je dois avouer que ce n’était pas compliqué de travailler et d’étudier en même temps, car je pouvais mettre en pratique tout ce que j’apprenais », dit-elle « je comprenais mieux certains concepts ». Par ailleurs, Tatiana Peters explique que cela coûte cher d’étudier en université en Angleterre et que bon nombre de ses amis ont déjà des dettes à rembourser. « Grâce à cette formule, j’ai la chance de ne pas faire partie de ceux se retrouvant malheureusement dans cette situation ».

Tatiana Peters passe beaucoup de temps dans les écoles où elle encourage les jeunes, surtout les jeunes filles à choisir ce parcours. « En plus de leur conseiller de travailler et d’étudier en même temps en tant qu’Apprentice, je les encourage aussi à choisir un parcours lié à l’ingénierie, car en Angleterre les femmes ingénieurs ne représentent que 12 % de l’industrie », dit-elle.

Grande passionnée du génie mécanique, Tatiana Peters veut ainsi briser tous les stéréotypes entourant ce métier, longtemps associé aux hommes. « L’on ne salit pas toujours les mains, et l’on ne travaille pas forcément sur des chantiers boueux, etc. Par exemple, moi, mon métier me permet de voyager et de rencontrer des gens. Le métier évolue et il est important de donner les bonnes informations aux jeunes et aux futurs professionnels », fait-elle ressortir.