Photo d'illustration

La double journée internationale a laissé un goût amer aux turfistes mauriciens cette année pour de multiples raisons. D’abord, malgré ses efforts louables, le MTC n’a pu réunir qu’une poignée de jockeys étrangers de second couteau pour venir se mesurer à la pléiade de jockeys locaux et étrangers qui montent à Maurice. Ce qui fut exclusivement une affaire de jockeys internationaux et des champions locaux a basculé depuis quelque temps à un mixte de jockeys internationaux et jockeys ayant exercé à Maurice pendant l’année. Cette année, nous avons touché au fond de la journée internationale avec une répartition 50/50, ce qui lui enlève sa spécificité.

Pire, avant même le début de la compétition, plusieurs jockeys ont été pointés du doigt pour complot dans le but de « fix a race ». Dans cette conjoncture, le jockey Ramsamy a officiellement préféré déclarer forfait, ce qui est contesté par l’entourage du jockey, qui prétend avoir été « stepped down ». Une enquête ouverte par les Racing Stewards, tipped apparemment par un jockey étranger, faisant état de la présence dans l’hôtel de résidence des jockeys internationaux de la présence de plusieurs jockeys montant à Maurice, d’un bookmaker, déjà sanctionné pour une catamaran party avec des jockeys et qui a quand même obtenu sa licence de la GRA pour cette saison, et un propriétaire notoirement connu pour ses proximités avec la classe politique. Des images CCTV confirment ces présences et des témoignages sur place semblent confirmer le complot. La GRA a pris le relais de l’enquête, qui a été confiée à Paul Beeby.

Les forfaits ds jockeys allaient se poursuivre hier. D’abord, le jockey Jason Collett a fait savoir qu’il souffrait de son estomac, mais il a été rétabli pour remplir ses engagements. Puis, ce fut au tour de John Powell de faire état d’une douleur à sa hanche et de déclarer forfait. Enfin, c’est le Sud-Africain de l’écurie Daby, Simons, qui a, après la première épreuve où il a piloté Barrister, eu soudainement des douleurs à l’estomac lorsque les commissaires ont voulu l’entendre pour n’avoir pas suivi les instructions de son entraîneur Shirish Narang dans la première course.

Les remplacements des jockeys forfaits ont aussi posé problème. Le public n’a pas accueilli favorablement les changements proposés, mais deux entraîneurs, et non des moindres, n’étaient pas heureux non plus. Ramapatee Gujadhur a vu sa proposition de voir le jockey britannique Watson monter Table Bay refusée, alors que Vincent Allet a même voulu retirer son cheval Wordbuster de la cinquième épreuve. Mais devant l’intransigeance des Racing Stewards et des perspectives de possibles sanctions, il a maintenu son cheval en course. Bien lui en a pris, puisque même avec Sooful, il s’est imposé à la surprise générale.

Enfin, signalons le mini drame causé par le forfait de dernière minute dans la troisième course réservée aux dames de la Fegentri du cheval Kash Is King, qui en était le favori. Les larmes de de son jockey Bourillon, qui termine quand même tête de liste de cette compétition internationale dont Maurice est l’ultime étape, n’a pas laissé insensibles les turfistes et démontrent que monter en course est aussi une passion. Le MTC ne devrait pas prendre cet incident à la légère et provisionner des chevaux de réserve plus encore pour cette épreuve puisqu’il ne faudrait pas qu’elle fasse ce voyage pour rien.