Le parti Lalit dit « non » à une alliance du Parti Travailliste (Ptr) et du Mouvement Militant Mauricien (MMM), qu’il qualifie d’alliance « de dictature ». Selon lui, malgré l’impression dégagée selon laquelle ils agissent de leur plein gré, « ils obéissent plutôt aux diktats des capitalistes ». C’est ce qui ressort d’un tract distribué par le parti ce matin dans certains points névralgiques du pays. La diffusion se poursuit dans les quartiers cet après-midi.
Lalit insiste que cette conclusion découle de l’analyse « marxiste » qu’il fait de la situation actuelle dans le pays. Il rappelle son discours sur « la crise économique systématique qui a mis fin aux protections dont bénéficiait le pays par l’Europe » et ses prédictions, qui se sont « avérées vérifiées », selon lesquelles « c’est le patronat qui impose ses diktats pour une alliance Ptr-MMM ». Il cite les paroles de Tim Taylor, « sef patron, lor nom klas kapitalis dan so lansanb », paru dans un quotidien le 30 avril dernier et celles d’un autre « sef patron », Rajiv Servansingh, paru dans un autre quotidien le 17 mai (voir encadré).
Lalit argue que lorsque Tim Taylor dit « pour permettre au pays de mieux faire face aux nombreux défis… tant sur le plan économique que social » et Rajiv Servansingh évoqué des « mesures quelquefois peut-être impopulaires », « zot pe anfet viz pu fer klas travayer vinn sa klas sosyal ki sarye fardo kriz ekonomik la, pa zot prop klas, klas kapitalist ».
Lalit explique que leurs objectifs sont : « Bes lapey reyel travayer » afin que les leurs ne connaissent pas de baisse; favoriser la montée du chômage afin de maintenir un bas salaire pour les « travayer »;  suprimer la pension universelle pour que le gouvernement puisse utiliser cet argent « pour subventionner les infrastructures aux bénéfices des capitalistes »; supprimer les services de santé gratuits « pour que les capitalistes puissent s’enrichir à travers les assurances et les hôpitaux privés »; privatiser les corps para-étatiques pour qu’ils puissent « investir dans ces entreprises » et « payer les employés moins que ce que paie le gouvernement »; continuer « bayant » des terrains pour des projets IRS et RES; et continuer avec le développement de l’industrie cannière au détriment de « plant manze ek prezerv prodwi alimanter ».
Pour atteindre ces objectifs, Lalit avance qu’ils affirment avoir besoin d’un « guvernman for ». « Par “gouvernement fort”, ils veulent dire un gouvernement “dominer” », estime le parti, avant d’expliquer que, selon les capitalistes, le gouvernement doit pouvoir imposer la répression avec pour but d’appauvrir la classe des travailleurs. « Zot ule ki guvernman ase for pu li kapav siprim drwa demokratik – ki deza byin minim dan reyn kapitalist : kuma drwa manifeste, drwa refiz travay (setadir fer lagrev), drwa fer politik aktiv, drwa kol lafis, drwa kritik guvernman, drwa organize kont patrona », fait ressortir Lalit. Selon ce parti, lorsque le Premier ministre Navin Ramgoolam ou le leader de l’opposition Paul Bérenger se retrouvent seuls, ils ne peuvent imposer « sa kalite represyon ». Que l’un ou l’autre se retrouve dans l’opposition, ils sont, dit-il, « suffisamment fort » pour empêcher la répression que pourrait imposer le gouvernement au pouvoir. « Pu ki guvernman ase “for”, e pu ki lopozisyon ase “feb”, pu ki zot inpoz represyon lor lamas travayer, sekter prive kone ki fode ena enn lalyans Ptr ek MMM. Ala seki nu ule dir kan nu dir “fer travayer sarye fardo kriz ekonomik la” », écrit Lalit.
Le parti est d’avis que« sekter prive pe fer enn lagrev investisman byin sever depi plizir lane, pu fors Labour ek MMM fer lalyans ». Il estime que l’alliance entre les deux partis relève d’une « coalition, comme ce fut le cas en 1969 », mais que les deux partis évitent d’utiliser ces termes. « Sa term “koalisyon” fer rapel 1969 ar tu so represyon, alor Ramgoolam ek Bérenger zame servi sa term-la pu seki zot pe tripote – malgre lefet ki li bel-e-byin enn koalisyon », poursuit Lalit.
Il estime que les deux partis utilisent un discours évoquant la réforme électorale pour faire croire que c’est dans « l’intérêt national ».  Plus loin, il note que même si les deux leaders prétendent que les 60-0 ne seraient pas possibles avec la nouvelle formule : « Ptr ek MMM ansam pe anfet viz enn veritab diktatir 60-0 anplas-anplas (swa 80-0). Avek zot barem 10%, zot pe rod eliminn tu lezot parti depi Parlman. »
Lalit se prononce contre « sa manev pu gard “Best Loser” kominal dan enn fason apenn degize ». Et d’ajouter : « Li riske pli pir ki “Best Loser” existan parski, enn kote, li pu tir puvwar depi elektora, met li dan lame lider politik e, lot kote, li pu etann “Best Loser” kominal a bann su-kominote ki pa ti kuver par “Best Loser System”. Li pu permet tu kalite santaz ek vyolans pandan kawnting. » Lalit se prononce aussi contre le partage de pouvoir entre le Président et le Premier ministre dans le cadre d’une IIe république.