Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et du Transport, a rappelé que depuis 2013, le ticket d’autobus n’a pas connu de hausse. « Je souhaite qu’il y ait un mécanisme qui fonctionne comme un comité indépendant. Comme le Metro Express sera pleinement opérationnel en 2021, c’est à partir de cette période qu’on envisagera de revoir le prix du ticket d’autobus », a déclaré le ministre Nando Bodha. Il était présent ce matin à Helvetia lors d’une cérémonie organisée par le Bus Industry Employees Welfare Fund.

Ce mécanisme Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et du Transport, a rappelé que depuis 2013, le ticket d’autobus n’a pas connu de hausse. « Je souhaite qu’il y ait un mécanisme qui fonctionne comme un comité indépendant. Comme le Metro Express sera pleinement opérationnel en 2021, c’est à partir de cette période qu’on envisagera de revoir le prix du ticket d’autobus », a déclaré le ministre Nando Bodha. Il était présent ce matin à Helvetia lors d’une cérémonie organisée par le Bus Industry Employees Welfare Fund.

Ce mécanisme fonctionnera d’après le même principe que celui du Petroleum Pricing Mechanism. Le comité va donc effectuer ses calculs avant de soumettre ses recommandations au ministère concerné. Nando Bodha a profité de l’occasion pour lancer un appel à Business Mauritius. « Nous avons aujourd’hui 80 000 personnes qui travaillent pour le gouvernement et 450 000 dans le secteur privé. 6 000 emplois sont disponibles au sein du gouvernement et 60 000 font fait des demandes. Il y a certains secteurs qui sont en train de souffrir d’un manque de mains-d’œuvre. Les gens pensent qu’il n’y a pas de sécurité d’emploi dans certains secteurs. Il est temps que le secteur privé change son image pour qu’elle devienne plus attractive. Ils ont créé une situation d’insécurité et de précarité dans certains secteurs et aujourd’hui nos jeunes ne veulent pas se faire embaucher », a-t-il dit. Et d’ajouter que le gouvernement n’emploie qu’un tiers de la population active du pays et que deux tiers sont dans le secteur privé. d’après le même principe que celui du Petroleum Pricing Mechanism.

Le comité va donc effectuer ses calculs avant de soumettre ses recommandations au ministère concerné. Nando Bodha a profité de l’occasion pour lancer un appel à Business Mauritius. « Nous avons aujourd’hui 80 000 personnes qui travaillent pour le gouvernement et 450 000 dans le secteur privé. 6 000 emplois sont disponibles au sein du gouvernement et 60 000 font fait des demandes. Il y a certains secteurs qui sont en train de souffrir d’un manque de mains-d’œuvre. Les gens pensent qu’il n’y a pas de sécurité d’emploi dans certains secteurs. Il est temps que le secteur privé change son image pour qu’elle devienne plus attractive. Ils ont créé une situation d’insécurité et de précarité dans certains secteurs et aujourd’hui nos jeunes ne veulent pas se faire embaucher », a-t-il dit.

Et d’ajouter que le gouvernement n’emploie qu’un tiers de la population active du pays et que deux tiers sont dans le secteur privé.