Les règlements étaient bien clairs, mais aucun des prétendants n’a réalisé les minima imposés samedi au Morne, lors de l’épreuve de sélection en vue des championnats d’Afrique de triathlon prévus le 9 mai à Sharm El-Sheik en Égypte.
« Personne ne partira », lâche, assez mécontent, le président de la Fédération mauricienne de triathlon, Alain St Louis. « Nous aurions pu avoir trois qualifiés chez les juniors hommes, mais ils ont fait une course d’attente dans la partie vélo et se sont neutralisés », déplore-t-il.
La déception était de mise après cette épreuve qui comptait également pour la 3e étape des Triathlon Series. La course des juniors hommes qui s’annonçait très disputée entre Laurent L’Entêté, Timothée Hugnin et Grégory Ernest n’a finalement pas abouti. Après un parcours de natation qui vit le trio émerger presque en même temps, l’intensité de la course allait chuter à vue d’oeil dans la partie vélo.
« Ils se sont mis à se surveiller et personne n’a voulu rouler. Finalement, ils se sont contenté d’une balade et se sont neutralisés. À ce stade donc, aucun d’entre eux ne s’est qualifié. C’est dommage. Au moins deux d’entre eux auraient pu se qualifier s’ils n’avaient pas ralenti la course », estime le président.
Voilà où peut mener parfois l’attitude de vouloir rouler en facteur alors que l’enjeu est de taille et que chacun doit rouler pour soi sans se préoccuper des autres. Le plus grand perdant des trois risque bien d’être Laurent L’Entête. Il avait si brillamment réalisé les minima le 22 mars dernier, toujours au Morne, en survolant en force les 750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied en 1h02’56 (minima 1h04). Mais cette course, bien que préparatoire, n’était pas obligatoire et fatidique.
Ernest n’était lui aussi pas loin, ayant été crédité de 1h06’27. Hugnin, absent de cette course, est lui rentré de ses vacances scolaires en Afrique du Sud pour justement décrocher sa place. Mais ils sont tous trois passés à la trapp.
Que reste-t-il donc à espérer ? D’autant que chez les jeunes, Vincent Labonne a également raté le coche, s’étant retrouvé moins en jambes qu’il ne le fut le 22 mars, lorsqu’il s’était positionné en bouclant son parcours 5″00 de moins que le temps qualificatif situé à 35’00. La Fédération mauricienne de triathlon tient une réunion aujourd’hui pour prendre une décision.
Et celle-ci pourrait faire très mal, d’autant qu’aucun d’entre eux ne serait éligible au stage d’entraînement de haut niveau qui précède normalement les championnats d’Afrique. Ce stage est réservé aux pays africains, hormis l’Afrique du Sud, qui bénéficient du programme de développement de l’Union africaine de triathlon (ATU). Pour y participer, les candidats doivent au préalable détenir le niveau, ce qui n’est pas le cas pour les juniors mauriciens, qui sont passés à côté de leur objectif, avoue Alain St Louis.
« À cause de leurs résultats, on ne peut envoyer qui que ce soit », regrette-t-il.