Le président américain Donald Trump a semblé reconnaître jeudi que la Russie l’avait « aidé » à être élu à la Maison Blanche, tout en martelant n’avoir aucunement été impliqué.

Le milliardaire républicain a jusqu’ici toujours insisté sur le fait qu’il ne devait sa victoire de novembre 2016 qu’à lui-même, minimisant l’impact de l’interférence russe dans la campagne présidentielle américaine.

« Russie, Russie, Russie! C’est tout ce qu’on entendait au début de cette chasse aux sorcières », a-t-il tweeté, au lendemain d’une déclaration du procureur spécial Robert Mueller chargé de l’enquête russe.

« Et aujourd’hui la Russie a disparu parce que je n’avais rien à voir avec le fait que la Russie m’aide à être élu », a-t-il poursuivi, dénonçant une nouvelle fois un « harcèlement présidentiel ».

Lors de son allocution mercredi, M. Mueller a expliqué que ses investigations tentaculaires n’avaient pas lavé Donald Trump de tout soupçon d’obstruction à la justice, mais que seul le Congrès était en mesure de poursuivre un président en exercice.

jca/la