Photo illustration
  • Toutefois, les commandes de gâteaux ont été maintenues pour la reprise des classes, vu que le ministère a déjà alloué les fonds nécessaires à cet effet

La décision du gouvernement de garder les écoles fermées aujourd’hui et demain et, par conséquent, l’annulation des célébrations de l’indépendance dans les institutions scolaires a pris tout le monde de court.

Les écoles et collèges, qui s’étaient préparés à l’avance, n’ont reçu aucune instruction, pour l’heure, si les célébrations pouvaient avoir lieu à la reprise des classes. Du côté des élèves, c’est un sentiment mitigé, entre déception et indifférence. Les écoles à Rodrigues seront également fermées demain suite à une circulaire de l’Assemblée Régionale de Rodrigues de ce matin.

Le 11 mars marque chaque année les célébrations de la fête de l’indépendance dans les institutions scolaires de la République. Avec la décision du gouvernement de garder les écoles fermées, les préparatifs ont été chamboulés. A ce jour, on ne sait pas encore si les célébrations pourront avoir lieu à la reprise des classes, vendredi, ou après, selon les conditions météorologiques. Les écoles n’ont reçu aucune instruction du ministère de l’Éducation pour le moment.

Toujours est-il que cette décision inattendue est venue bouleverser les plans, surtout dans les institutions qui se préparaient à accueillir des VIPs de l’État. Le recteur de l’une d’elles témoigne : « Depuis deux semaines, les élèves ont débuté les préparatifs. Ils ont nettoyé la cour, repeint les murs… mais que voulez-vous, il faut penser à la sécurité avant tout. J’espère que nous aurons l’occasion de célébrer après, mais nous ne savons pas si notre invité d’honneur sera toujours disponible. »

Dans les écoles primaires, où il y a un grand engouement autour des célébrations, c’est la déception parmi les élèves. Une mère de famille avance : « Mes enfants ont préparé leurs spectacles. Ils devaient chanter et danser, ils sont un peu déçus. J’espère qu’ils auront l’occasion de se rattraper. »

La situation est différente dans les collèges, où depuis quelques années déjà, on assiste à un manque d’intérêt de la part de certains élèves, par rapport aux célébrations de l’indépendance. Un recteur avance : « Le 11 mars est l’un des jours où l’on enregistre un grand nombre d’absents. Il y a comme une indifférence. D’ailleurs, nous avons dit à plusieurs reprises qu’il faut restimuler le sentiment d’appartenance. »

Toujours est-il que les associations de parents d’élèves ont déjà commandé les gâteaux pour le 11 mars. Dans la majorité des cas, des arrangements ont été faits pour repousser les commandes.

« Étant donné que le gouvernement a déjà donné de l’argent pour les gâteaux et que les jus ont déjà été distribués aux écoles, nous pensons que les enfants devraient en profiter. Nous nous sommes donc arrangés avec notre pâtissier pour que les gâteaux soient distribués quand les classes reprendront. Nous allons attendre l’évolution de la situation pour le mettre au courant », dit une maîtresse d’école. Il faut savoir que le gouvernement donne Rs 8 par élève pour le gâteau et la Parent Teachers Association complète la différence.

Pour ce qui est des célébrations, une source indique que les écoles pourraient, à leur niveau, prendre la décision d’organiser une cérémonie de levée du drapeau pour marquer l’événement, même en l’absence d’instruction du ministère.