Le prêcheur Javed Meetoo, libéré sous caution vendredi pour avoir mené un rallye illégal dans des quartiers de la capitale, a tenu à donner sa version des événements, qui ont mené à son arrestation. Il avance avoir été « victime d’un coup monté » et que son arrestation « était déjà programmée ».

Il a par ailleurs soutenu que la récente marche des fiertés à Port-Louis « est reliée à mon arrestation ».

Vingt jours après les faits à Vallée-des-Prêtres, Javed Metoo, qui fait face à des accusations provisoires de “taking part in an unlawful assembly” et “damaging property by band”, a tenu à faire part des circonstances entourant son arrestation lors d’une conférence de presse au Centre social Marie Reine de la Paix. « Pa enn sarz ki res an detansion pa gagn kosion sa. Lapolis inn rod gonfle lafer, fer krwar ki li enn “case” de gran anvergir », devait-il invoquer.

Selon lui, « lapolis inn fer tou pou montre ki ti ena tansion pou ki gard mwa dan Alcatraz ». Il devait aussi avancer que ce rallye « était une procession religieuse pour la fête de l’Eid ». Il ajoute : « Nou abitie fer li tou lezan, sorti aswar dan plizir loto avek bann dimounn ek zot fami pou exprim zot lazwa e selebre Kreater. »

Il dit ainsi que les accusations selon lesquelles il aurait usé de violence en endommageant des poubelles et briser des bouteilles sur l’asphalte sont « infondées ». « Ti fini met poubel pou anpes nou pase ek pli lwin ti deza ena boutey kraze lor sime », soutient-il. Il a de plus soutenu que, lors de son interrogatoire au CCID de Port-Louis « mo ti pe trouve ti ena kiksoz lous pe pase ».

Il a rappelé de plus qu’il n’a « jamais usé de violence ni forcé qui que ce soit à le suivre » et a demandé à la police de venir prouver « que c’est une procession illégale ». Il devait aussi faire état de la marche des fiertés et du « bidze Rs 18 M pou protez zot pou fer lamars, avek 10 linite lapolis ». Il ajoute notamment que cette marche serait « une des raisons pour lesquelles j’ai été maintenu en détention ». Javed Meetoo avance alors « en être sorti plus fort ». Et d’ajouter : « Monn gagn diplom Alcatraz aster. Sa larestation-la pa pou met enn frin lor mo lalit. »