Deux défaites en 48 heures. Après celle concédée face au Curepipe Starlight dimanche dernier dans le cadre des play-offs féminin de volley-ball, Azur SC s’est de nouveau incliné, hier soir au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas. Cette fois face aux Tranquebar Black Rangers. Une défaite concédée en quatre sets (13-25, 25-22, 8-25 et 16-25) qui dilapide dans une très large mesure ses chances de retenir son titre et également d’obtenir sa qualification pour la Coupe des clubs champions de la zone 7.
Les Tranquebar Black Rangers, avec trois victoires en trois sorties, montent en puissance et livreront un duel crucial samedi face au Curepipe Starlight, autre équipe invaincue. Il va de soi que le vainqueur de cette rencontre prendra une sérieuse option sur le titre. En attendant, José Bistoquet, mentor de l’équipe de la capitale, savoure ce succès.
« Nous avons prouvé que nous avons en notre sein des joueuses qui avaient leur place dans la sélection nationale. À mon avis, le volley ne se joue pas sur le papier, mais sur le terrain. Les joueuses étaient bien préparées physiquement et moralement, et le fait que la compétition se déroule sur un rythme continu nous avantage. »
Satisfait que sa fille Martine ait retrouvé la grande forme, José Bistoquet veut voir plus loin. « Le titre et la qualification pour la CCCZ7, nous y pensons sérieusement désormais. » Du côté d’Azur SC, la déception est énorme. « Je ne reconnais plus mon équipe depuis la rencontre Maurice/Seychelles. Cette nouvelle défaite demeure inexplicable », estime Guito Lepoigneur. Toutefois, ce dernier ne veut pas jeter les armes.
Pour ce duel au sommet, l’entraîneur d’Azur SC a de nouveau dû se passer des services de Joanne Latour, tandis que la passeuse Caroline Lepoigneur, blessée à la cheville au deuxième set, a eu bien du mal à terminer la rencontre. Toujours est-il que cette formation, avec un six initial composé de Nathalie Létendrie, Salveena Larché, Lucy Latour, Caroline Lepoigneur, Joanita Latour et Stéphanie Duval, et Rachel Christine comme libero, n’a fait ilusion qu’au cours de la deuxième manche. Bien que menée 5-10, elle égalisera à 16-16, se retrouvera avec quatre balles de set pour finalement conclure à 24-22.
Ce sera finalement un feu de paille, si on prend en considération le succès éloquent des Tranquebar Black Rangers au troisième set (25-7). Martine Bistoquet, Tiffany Nursimloo, Elizabeth Mohungoo, Jenna Rima, Meliza Momus et Priscilla Kelly, de même que la libero Wincy Dedans, ont fait montre d’une réelle rage de vaincre en survolant également la quatrième manche. L’avance était déjà décisive à 18-9, et l’affaire était finalement pliée en 91 minutes.
Les Tranquebar Black Rangers ont retrouvé leur rayonnement et leur duel face au Curepipe Starlight s’annonce des plus épiques. Quant à Azur SC, le rachat demeure impératif face au Quatre Bornes VBC vendredi.