Dans sa quête de retrouver sa suprématie au niveau du volley-ball local, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC s’est offert les services d’une recrue de choix. L’international seychellois Guy Valentin, fort de ses vingt années de carrière au haut niveau, vient maintenant faire montre de son potentiel ici.
À Maurice depuis dimanche dernier, Guy Valentin était présent au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas hier soir afin d’assister à la qualification de ses nouveaux coéquipiers pour les demi-finales de la Coupe de l’Indépendance. Sa première sortie est prévue jeudi face au vainqueur de la rencontre Port Louis Red Star/ASJ Chebel.
Avant de débarquer à Maurice, il était en action au sein de la sélection de l’archipel lors du tournoi qualificatif continental pour les championnats du monde. Une compétition qui a favorisé les desseins du pays hôte, à savoir la Tunisie, qui décroche ainsi l’unique visa en jeu, tandis que les Seychellois se sont retrouvés à la troisième place derrière le Congo Brazzaville. Valentin garde des sentiments mitigés de cette échéance.
« Ce fut un super tournoi au cours duquel nous nous sommes fait plaisir. Personnellement, j’ai retrouvé mes habitudes du haut niveau. D’autant que nous avons pu rivaliser avec la Tunisie, qui n’a pas eu l’occasion de faire tourner son groupe. Par contre, nous sommes restés cinq jours sans bagages, alors que nous avons dû évoluer sans Ian Furneau. Sinon, nous aurions pu aspirer à la deuxième place ».
Guy Valentin peut également être qualifié de globe-trotter. Lui qui a porté les couleurs des équipes françaises de Geolo, Poitiers, Tourcoing, Agde, Narbonne et Toulouse, qui a évolué en Espagne, République Tchèque, Tunisie et Iran, et qui a retrouvé sa formation de ses débuts, à savoir les Premium Spikers, ces deux dernières saisons. À son palmarès figurent entre autres une consécration en Pro B avec Agde, une Coupe d’Afrique des clubs champions avec l’Espérance de Tunis et une participation à la Coupe d’Europe avec Poitiers.
Cette fois, ce sera à Maurice que continuera son épopée. « J’aime marquer l’histoire et je me suis dit pourquoi pas les îles. Vu que le niveau du volley-ball mauricien se trouve en hausse, comme je l’ai constaté avec la sélection nationale et lors de la Coupe des clubs champions de la zone 7, j’ai accepté la proposition qui m’a été faite », explique-t-il.
Tant et si bien que Guy Valentin situe d’emblée le rôle qui lui sera attribué au sein de la formation de Camp Ithier. « Ce sera un challenge d’être le leader du groupe. Je viens certes pour gagner, mais je compte également partager mon expérience avec les jeunes ». Comme quoi, à 38 ans, le Seychellois ne pense pas encore à la retraite. « Afin de parvenir à ce niveau, j’ai dû consentir à beaucoup de sacrifices. De ce fait, les jeunes n’arrivent pas à me sortir et cela me pousse à continuer. De plus, mes séances d’entraînement se déroulent au même rythme que ceux réalisés en France. Ce n’est qu’une question d’habitude », affirme-t-il.
Quoi qu’il en soit, Guy Valentin pourrait bien boucler sa carrière internationale en apothéose en août de l’année prochaine aux Jeux des îles. « Ma première participation aux JIOI remonte à 1998 à La Réunion. Nous serons de nouveau dans cette île l’année prochaine et ce sera comme boucler la boucle ». Puis, cette envie de se retrouver de nouveau sur la plus haute marche du podium, comme lors de la dernière édition aux Seychelles. Valentin, l’homme des challenges, sera alors prêt pour un nouveau défi.