Les Tranquebar Black Rangers miseront sur leurs jeunes éléments pour un retour au premier plan

Face à la machine de guerre qu’était le Quatre Bornes VBC la saison dernière, les Tranquebar Black Rangers avaient dû se contenter du rôle de dauphin dans le championnat féminin 1A de volley-ball. Cette saison, les données risquent d’être les mêmes vu que l’équipe de la ville des fleurs a de nouveau frappé fort en février avec un troisième sacre consécutif au championnat des clubs de la zone 7. De ce fait, la formation de Tranquebar vou-dra de nouveau jouer à fond son rôle de challenger, tout en espérant des lendemains meilleurs, surtout avec sa nouvelle vague.

En abordant cette nouvelle saison, les Tranquebar Black Rangers comptent récupérer Katriona Mootien, qui avait tenté sa chance au Curepipe Starlight et au Goodlands Youngstars VBC, alors que l’effectif devrait demeurer le même. Réaliste, Martine Bistoquet estime qu’il sera tout de même difficile de contrecarrer les intentions du Quatre Bornes VBC. « Cette saison encore, il nous sera difficile de prétendre au titre vu que nous trouverons sur notre route la meilleure équipe de l’océan Indien qui possède en son sein des joueuses performantes à leur poste respectif et loin d’être des novices. Néanmoins, nous tenterons de jouer le rôle de trouble-fête, tout en visant une place parmi les trois premiers. »

Selon la responsable de cette formation, il faudra compter sur les jeunes, à l’instar de Serena Chavry et Romane Deschambeaux. « Ce sont des joueuses d’avenir qui ne pourront que progresser au fil des saisons et qui nous permettront sans doute que retrouver notre glorieux passé. »

Même si ce retour au tout premier plan prendra du temps, Martine Bistoquet ne désespère pas, d’autant que les Tranque-bar Black Rangers ont su former des joueuses qui ont brillé par la suite au niveau régional, à l’image de Tiffany Nursimloo et Aurélie Mohungoo-Bouti. « Nous travaillons actuellement avec un nombre intéressant de jeunes et nous y croyons », maintient Martine Bistoquet. Cette dernière soutient par ailleurs qu’il était difficile de prétendre à mieux la saison dernière et que la deuxième place au classement final était finalement bonne à prendre. « Cette deuxième place s’est avérée fort honorable. Nous n’avons pas à rougir de notre presta-tion, même si nous aurions pu aspirer à des scores plus intéressants face au Quatre Bornes VBC. »

Pour rappel, les Tranquebar Black Ran-gers avaient fait l’impasse sur la dernière édition du championnat des clubs de la zone 7 tenu à Madagascar faute de moyens financiers. Quoi qu’il en soit, cette formation, au sein de laquelle José Bistoquet continue de distiller son savoir, possède des arguments pour retrouver ses moments de gloire de la dernière décennie, quand elle avait remporté trois titres nationaux et atteint la finale de la compétition de la zone 7 en deux occasions.