J.R. GAËTAN WIEHE

L’économie du pays est sous une pression intense. Depuis plus d’un an maintenant, nous vivons sous perfusion économique en puisant dans nos réserves ; tant de la banque centrale que de nombreuses entreprises et aussi d’individus, de ménages.

L’endettement de chacun et de tous a pris des proportions qui font peur. Peut-on continuer à nous endetter ainsi, encore et encore, alors que l’horizon économique est sombre et n’offre pas de visibilité de jours meilleurs à vue ?

S’endetter encore et encore, c’est ajouter du poids, encore du poids sur nos épaules déjà fragilisées. Et…une dette, toute différée qu’elle soit, doit être remboursée plus loin ! Elle ne fait que repousser l’échéance, des échéances effrayantes.

Que devons-nous faire ?

Retrousser nos manches ! Réapprendre à travailler plus dur, à labourer le terrain à tous les niveaux. Chacun à son niveau, à sa manière, selon ses compétences, ses spécificités.

Enclencher un coup de troisième, comme au volant d’une voiture. Passer à la vitesse supérieure sur le clavier de la capacité de réaction. Pousser plus fort. Avec ces forces endormies trop longtemps, y mettre du muscle à fond et regarder devant, pour un avenir meilleur. Qui viendra avec le fruit de notre travail amélioré, ou ne viendra pas ?

Dans un premier temps, et dans le cadre d’un effort national, les autorités, avec le concours de la société civile, peuvent :

1. Inciter le plus grand nombre à recapitaliser leur business (par opposition à de l’endettement supplémentaire),

2. Déclarer le samedi comme jour ouvré pendant une durée déterminée,

3. Considérer une réduction des jours fériés pour disons les trois prochaines années,

4. Revoir son niveau de vie à la baisse pour les trois prochaines années, afin de se donner les moyens de rebondir après avoir revu, corrigé et renforcé les bases et autres fondamentaux.

Oui, ce qui précède demande des efforts qui sortent de la norme, du commun. Mais ne sommes-nous pas dans un monde troublé, déstabilisé, hors-normes et Covid-impacté ?

Alors, retroussons-nous les manches, enclenchons-nous dans une force commune, comme une nation unie, solidaire et dotons-nous de nouveaux ressorts pour rebondir sur des bases plus solides qui soient en mesure d’assurer à nos enfants un avenir d’opportunités et de lumière.