- Publicité -

Mzi Mgudkwa : « Maurice idéalement placée pour être une plaque tournante d’arbitrage »

Mzi Mgudkwa, directeur exécutif de la firme juridique panafricaine ENSafrica, est actuellement à Maurice à l’occasion de la première Executive Stategic Meeting organisée hors de l’Afrique du Sud, et à laquelle participent quelque 200 partenaires et juristes de haut niveau affectés dans ses 12 bureaux en Afrique. Cette réunion coïncide avec la célébration des 200 ans de présence de l’ENSafrica à Maurice. « Nous avons pensé qu’il fallait envoyer un message fort pour marquer notre engagement avec Maurice afin de démontrer comment nous apprécions la présence de ce pays dans le cadre de notre cheminement en Afrique », affirme-t-il. Dans une interview accordée au Le-Mauricien, il passe en revue les activités de ENSafrica en Afrique et à Maurice. Il considère d’ailleurs que notre pays est « idéalement placé pour être une plaque tournante pour le règlement des différends ». Maurice peut aussi être, dit-il, un centre régional pour le Fintech en Afrique.

- Publicité -

En êtes-vous а votre première visite а Maurice ?
Vous savez que je me considère un peu comme Mauricien. Pour moi, Maurice est comme une deuxième patrie. J’ai beaucoup d’affinités avec cette île. Je viens ici aussi souvent pour des raisons professionnelles que pour des vacances avec ma famille. Maurice est un pays qui me tient à cœur.

Pourquoi ENSafrica a-t-elle choisi Maurice pour cette première réunion exècutive en dehors de l’Afrique du Sud ?
Pour plusieurs raisons. Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais il y a deux ans, en 2020, ENSafrica a célébré ses 200 ans de présence à Maurice. ENSafrica (Mauritius) est une Joint-Venture entre Comarmond and Koenig Lawyers, le plus ancien et le plus grand cabinet d’avocats à Maurice, et, d’autre part, Edward Nathan Sonnenbergs Incorporated, qui exerce ses services professionnels sur une base entièrement intégrée avec ENSafrica, le plus grand cabinet d’avocats d’Afrique.

L’histoire d’ENSafrica (Mauritius) date de 1820, lorsque Henry Koenig a été inscrit comme avocat à la Cour suprême de Maurice. Il a eu une très longue carrière, étendue sur plus de 50 ans, au cours desquels il a construit le plus grand cabinet juridique de l’île, devenant un membre éminent de la profession juridique mauricienne et une figure importante du conseil législatif pendant plus de 30 ans. Aujourd’hui, ENSafrica (Maurice) est dirigée par Thierry Koenig, Senior Attorney.

Martine de Fleuriot de la Colinière dirige le département Banking, Corporate & Commercial, tandis que Me Maxime Sauzier, Senior Counsel, est à la tête du département contentieux et droit du travail. La société a été le conseiller permanent des principaux conglomérats commerciaux de l’île et a été le conseiller juridique de banques prestigieuses, telles la Mauritius Commercial Bank, la HSBC, AfraAsia et Bank One. Tout cela pour vous dire qu’on s’est demandé comment marquer cet événement historique de grande envergure. Comme nous sommes une firme panafricaine à travers le continent, nous avons pensé qu’il fallait envoyer un message fort pour marquer notre engagement avec Maurice, afin de démontrer comment nous apprécions la présence de Maurice dans le cadre de notre cheminement en Afrique.

La pandémie de Covid-19 nous a empêchés de marquer cet anniversaire en 2020. Nous avons attendu le moment propice, qui est arrivé maintenant, avec l’organisation de cette Executive Strategic Meeting. Ainsi, les représentants venus de plusieurs parties d’Afrique sont attendus à Maurice pour célébrer cette occasion.

Comme vous le savez, Maurice se positionne comme une passerelle vers le continent. Est-ce que cette ambition est raisonnable ?
Bien loin d’être une ambition, c’est une réalité. Maurice continue de renforcer sa position en tant que plaque tournante des exportations de services en Afrique subsaharienne dans les domaines du tourisme, des transports, de la finance, de la propriété intellectuelle, du transport maritime et des TIC. Cela découle du niveau élevé d’ouverture du pays au commerce international et aux investissements étrangers.

La grande variété d’accords de libre-échange du pays, les faibles taux de droits de douane et sa grande expérience en matière de procédures commerciales renforcent son attrait en matière d’investissements. La réputation de Maurice en tant que corridor entre l’Asie, l’Inde et l’Afrique s’est renforcée davantage avec la récente signature des accords de libre-échange avec la Chine et l’Inde.

D’autre part, au fil des années, Maurice a consolidé sa position de leader en Afrique subsaharienne, se classant parmi les 20 premiers pays pour la facilité de faire des affaires. Cette reconnaissance de la Banque mondiale confirme que Maurice reste une juridiction compétitive et attrayante pour les investisseurs. Le pays est un phare de stabilité sociale et économique sur le continent africain. Grâce à sa situation géographique stratégique, à sa participation au COMESA et à la SADC, et à son système juridique hybride, elle a été en mesure de trouver des moyens attrayants de construire un centre qui permet aux investisseurs de minimiser les risques et de maximiser la facilité de faire des affaires en levant des capitaux et en finançant des financements à des taux attractifs, en se restructurant, ainsi qu’une excellente qualité de vie.

Il faut tenir en compte également de la facilité avec laquelle une entité locale peut être créée, la transparence des règlements, la sophistication des infrastructures financières, la compétence de votre main-d’œuvre. Tout cela fait que c’est un endroit très facile pour attirer les investisseurs. C’est la raison pour laquelle Maurice constitue une plateforme très utilisée pour les transactions vers l’Afrique.

А Maurice, on pense qu’il y a toujours de la place pour des améliorations…
La déclaration à l’effet qu’il y a toujours de la place pour des améliorations est vraie pour tous les pays du monde. On peut dire qu’à ce sujet, Maurice a passé l’épreuve du temps. Il ne faut pas oublier que Maurice est sortie d’une économie dépendante de l’agriculture, notamment l’industrie sucrière, pour devenir une économie diversifiée. D’une économie dominée par l’agro-industrie vous avez diversifié pour développer une industrie touristique, ensuite une industrie manufacturière et, aujourd’hui, un des principaux centres financiers en Afrique et une Quality Service Economy.

Avec la connectivité informatique fiable et moderne dont elle dispose, Maurice peut devenir un centre pour le Fintech pour le continent. Pour moi, la qualité la plus importante de ce pays est sa volonté de s’adapter aux tendances nouvelles et à l’innovation. C’est une qualité que je vous conseille de préserver dans votre ADN.

Parlez-nous de vos activités а Maurice ?
Maurice joue un rôle très important à jouer pour nos clients à travers l’Afrique. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’unir nos forces avec un cabinet mauricien qui partage notre vision d’un excellent service aux clients à travers l’Afrique. L’équipe de Maurice fait partie intégrante non seulement de nos clients, mais aussi en tant que collègues. Nous restons intransigeants dans la poursuite de l’excellence juridique. Le bureau de Maurice compte parmi ses clients les plus importantes et les plus prestigieuses firmes de l’île, et nous sommes honorés d’avoir notre marque associée à Maurice.

Peut-on dire que ENSafrica offre un One Stop Shop Service а ses clients en Afrique ?
Absolument. Pour répondre à votre question, je peux vous dire que notre cabinet propose des offres commerciales et d’entreprises, et un service complet, y compris par exemple les fusions et acquisitions transfrontalières, les services bancaires et financiers, l’assurance, les litiges, l’emploi, la fiscalité, l’expédition, les télécommunications médico-légales, les médias, la technologie et d’autres domaines de spécification.
Lorsque des opérateurs veulent investir dans un pays, ils doivent savoir quel est le régime juridique en vigueur et quelles sont les choses qu’ils doivent faire pour se conformer aux législations locales. Une fois installés, ils doivent payer des impôts, créer l’architecture nécessaire pour fournir leurs services.

Pour faire tout cela, il y a un certain nombre d’exigences légales qui y sont attachées. Nous soutenons notre client dans ce domaine. Ce que les investisseurs recherchent, c’est un retour sur investissement. Comment ils génèrent ce rendement, que ce soit par le biais de dividendes ou à mesure qu’ils grandissent. Ils peuvent fusionner avec d’autres pour devenir plus gros et investir dans d’autres pays.

À partir de leur entrée dans l’économie dans un pays jusqu’à leur sortie, nous les accompagnons. Nous pouvons les accompagner dans leur périple à travers le continent et les aider à réaliser ce qu’ils veulent accomplir. Dans ce contexte, nous apprécions beaucoup non seulement l’atmosphère Investment Friendly, mais également le Business Friendly Legal Framework prévalant à Maurice.

Vos activités sont-elles seulement limitées а l’Afrique ?
ENSafrica a une stratégie de croissance délibérée pour le continent et a entrepris de former des joint-ventures avec divers cabinets d’avocats sur des marchés africains. La stratégie de croissance a également été soutenue par le désir de pouvoir servir un nombre croissant de clients ayant des opérations à travers le continent. Beaucoup de petits cabinets à travers le continent partagent nos aspirations et, au fil des ans, nous avons décidé de conclure des accords de partenariat avec eux de manière à devenir une Single Pan-African Firm.

Dans combien de pays êtes-vous présents en Afrique ?
Nous avons un total de 12 bureaux entièrement intégrés opérant comme une seule entreprise à travers le continent dans sept pays clés en Afrique. Nous avons des bureaux à Maurice, en Ouganda, au Kenya, en Namibie, au Ghana et en Afrique du Sud. Là où nous n’avons pas nos propres bureaux dans un pays, nous avons un vaste réseau de partenaires, avec lesquels nous avons établi des relations au fil du temps.
Nous aspirons à fournir à nos clients une expérience complètement transparente de l’ENS partout en Afrique, et pouvons répondre aux besoins d’un client partout sur le continent. Comme vous le savez, chaque pays africain a ses propres spécificités sur le plan légal. Nous avons des spécialistes dans les législations en vigueur, aussi bien dans les pays francophones que dans les pays anglophones, voire les pays lusophones.

Le système juridique hybride mauricien présente-t-il un avantage et peut-il être exploité ?
Maurice possède un système juridique hybride unique, associant à la fois le droit civil et les systèmes juridiques de la Common Law. Le Mauricien moyen est bilingue, maîtrisant à la fois l’anglais et le français. Ce sont des avantages très importants, car il ouvre Maurice à la fois à l’Afrique anglophone et francophone.

Cet avantage peut être exploité de plusieurs façons. Par exemple, le règlement des différends peut être un domaine où Maurice se positionne comme une plaque tournante importante, ce que Singapour a d’ailleurs fait pour la région asiatique. Maurice est idéalement placée pour devenir la juridiction de choix pour un tel développement.

Je ne parle pas seulement du centre d’arbitrage international, que Maurice a mis en place avec succès, avec une législation moderne et à la pointe de la technologie, mais des nouvelles tendances internationales que Maurice pourrait maîtriser, telles que les recours collectifs, le financement des litiges, la fraude multijuridictionnelle et bien d’autres phénomènes spécialisés et des contentieux techniques complexes, où de nombreux pays africains n’ont pas la capacité de savoir-faire technique au niveau national.

Quels sont les tendances et les développements que vous observez sur le marché juridique mauricien ?
Maurice est l’un des pays les plus performants dans l’environnement juridique de la région de l’Afrique australe ainsi que de la région élargie de l’Afrique subsaharienne. Les efforts du gouvernement pour réduire les formalités administratives ont contribué à ce que le pays s’installe avec des procédures bureaucratiques efficaces. L’une des principales caractéristiques de l’environnement juridique à Maurice est l’efficacité des tribunaux dans le règlement des litiges commerciaux. En outre, les investisseurs bénéficient d’une faible perception de la corruption, ainsi que d’une forte protection des droits intellectuels.
En 2020, Maurice avait été identifiée par la Commission européenne comme un pays à hauts risques par le GAFI. Elle a signalé que ce pays présentait des lacunes stratégiques dans son régime de lutte contre le terrorisme et le financement de l’argent, ce qui constitue une menace importante pour le secteur financier. Mais le 7 janvier, la Commission européenne a enlevé Maurice de sa liste de pays à hauts risques.

Quel a été le principal dйfi auquel le cabinet a йtй confrontй durant la pandйmie de Covid-19 ?
Le Covid a changé la façon dont tous font des affaires, travaillent et voyagent. Notre priorité a toujours été le bien-être et la sécurité de nos employés à travers le continent comme sur nos clients. Nous sommes restés en contact constant avec les employés et les clients à travers les différents niveaux de confinement dans différents pays, et avons adopté une approche proactive pour aider les clients pendant cette période. Nous conseillons nos clients sur les politiques du lieu de travail et le domaine en pleine croissance du travail à distance.

Nous organisons un petit-déjeuner avec la Chambre de Commerce sud-africaine à Maurice sur les opportunités de croissance en Afrique et les problèmes d’emploi qui se posent. Nous reconnaissons qu’à l’échelle du contenu, attirer les bons talents et le bon capital humain dans les affaires est souvent difficile, mais c’est un domaine où nous constatons une augmentation significative des diverses opportunités disponibles pour nos clients, comme l’apprentissage du Covid. En tant qu’entreprise, nous nous sommes intégrés à travers la pandémie comme beaucoup d’autres entreprises à travers le monde.

De quoi un cabinet d’avocats a-t-il besoin pour réussir а l’avenir ?
Nous croyons que l’accent reste mis sur la relation client, mais nous reconnaissons également la concurrence croissante sur tous nos marchés et le besoin d’agilité et d’adoption de technologies. Les clients, à travers le continent, ont adopté davantage de solutions basées sur la technologie et s’attendent à une innovation de la part de leurs entreprises. Nous voyons des opportunités importantes ici, mais en fin de compte, le succès de toute entreprise réside dans la profondeur de sa relation avec ses clients et les talents qu’une entreprise attire et retient. De plus, nous avons besoin d’un bon leadership. Dans ce monde, le « pas mal » est inacceptable, et le « bon », insuffisant. Nous devons être « très bons ». Le dialogue constant avec vos partenaires ainsi qu’avec votre client est essentiel, et nous devons être ouverts aux critiques.

Il existe aujourd’hui de nombreux cabinets d’avocats а Maurice et en Afrique. Qu’est-ce qui rend l’ENSafrica différent ?
Il y a eu un afflux d’entreprises de franchise mondiale qui sont entrées sur le marché. Beaucoup d’entre elles ont des accords opérationnels mais sont limitées dans la portée qu’elles ont en Afrique. Nous sommes tous nés et élevés en Afrique. Notre siège social est situé en Afrique du Sud. Nous avons grandi au fur et à mesure que nos clients ont grandi, et nous sommes passionnés et complètement concentrés sur les affaires en Afrique. Nous avons une portée africaine complète sur les marchés et les secteurs clés, et sommes fortement investis en Afrique. C’est cet engagement et cette expérience qui nous donnent l’avantage sur les autres cabinets d’avocats.

ENSafrica est une entreprise. Tous nos partenaires se réunissent sur l’île en ce moment. Nous sommes aussi proches de nos collègues au Ghana que nous le sommes d’eux en Namibie, et nous nous réunissons pour réaffirmer notre lien et notre engagement envers nos objectifs.

Vous avez mentionné plus tфt que Maurice peut être un centre de technologie financière africain. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Ces dernières années, Maurice a mis en œuvre des plans pour devenir un centre Fintech africain. L’environnement financier et réglementaire stable qui a été établi au cours des deux dernières décennies y contribue. Cela comprend des conventions bilatérales en matière de fiscalité, de réciprocité et de protection des investissements, ainsi qu’une main-d’œuvre bilingue et instruite qui s’est développée dans le secteur des services financiers. Pendant de nombreuses années, le gouvernement mauricien a cherché à s’assurer que Maurice soit à l’avant-garde de la Fintech, mettant ainsi en place le hub Fintech africain de Maurice. Enregistrée sous le nom de Mauritius Fintech Association, celle-ci a été créée dans le but de promouvoir Maurice en tant que plaque tournante de l’innovation Fintech en Afrique. Les autorités mauriciennes ont été le fer de lance du développement de cette initiative avec l’aide de l’EDB aux côtés du secteur privé, et que l’on a officiellement annoncé lors de la présentation du budget 2017-2018.

L’association est aujourd’hui un facilitateur, supervisant le développement de ce nouveau secteur tout en fonctionnant de manière indépendante en tant qu’organisation à but non lucratif. L’utilisation de ce hub permet aux innovateurs, aux entrepreneurs, aux agences gouvernementales et aux entreprises de collaborer sur des projets, tout en collaborant aussi avec d’autres centres Fintech africains afin que les entreprises de technologie financière et les fournisseurs de services financiers puissent créer des produits dans un environnement sûr, innovant et stimulant.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour