- Publicité -

À Balaclava : Maurice accueille l’AIS22, grand-messe des TIC en Afrique

Maurice accueille actuellement l’AIS’22, une conférence régionale annuelle multipartite sur les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). L’ouverture officielle de la conférence a eu lieu, en présence de Deepak Balgobin, ministre des TIC et de l’innovation. Cette initiative revient à l’African Network Information Centre (AFRINIC) et l’African Network Operators Group (AfNOG).

- Publicité -

L’AIS’22 est considérée comme le plus important événement éducatif et professionnel sur les TIC en Afrique. Le programme de travail comprend des discussions sur les politiques, des séminaires, des ateliers, des tutoriels et des forums pour partager les connaissances sur les TIC dans la région. Les panels d’experts couvriront les aspects des politiques publiques et privées ainsi que leurs implications.

Lors de ce sommet, la communauté Internet africaine, issue du monde universitaire, des secteurs public et privé, des organisations techniques, des institutions gouvernementales et de la société civile, interagit sur les questions liées à l’Internet et au développement de l’Internet en Afrique.

Le ministre Balgobin a souligné que cet événement hybride, qui a enregistré plus de 700 participants, en ligne et sur place, de plus de 50 pays à travers le monde, permettra aux participants de discuter de la façon de travailler ensemble et de concrétiser leurs ambitions communes en matière d’innovation, communication et technologie.

« En déployant la technologie de connectivité nécessaire sur tout le continent africain, ce n’est qu’alors que les services Internet seront à la portée des Africains dans le but de ne laisser personne de côté »,déclare le ministre.

Il ajoute que le succès du programme de numérisation pour l’Afrique va bien au-delà du déploiement de la connectivité à travers le continent. L’aspect abordable de la connectivité et d’autres installations, comme les ordinateurs, les tablettes et les téléphones intelligents, sont essentiels pour encourager l’adoption des services numériques par le peuple africain.

Le COVID-19, a-t-il souligné, a montré l’importance de la numérisation pour la prestation de services, que ce soit en cas d’urgence ou non. À cet égard, le ministre a réitéré qu’un partenariat motivé est nécessaire entre les gouvernements africains, les opérateurs privés et la communauté Internet mondiale afin de mettre véritablement la numérisation à la portée de tous.

Le ministre Balgobin s’est aussi attardé sur certaines avancées majeures en termes de connectivité à Maurice. Celles-ci comprennent : la connectivité internationale à trois câbles sous-marins, à savoir SAFE, LION/LION2 et METISS avec un quatrième câble, T3, qui sera opérationnel d’ici le milieu de l’année prochaine ; la fourniture d’un bon raccordement en Fibre to the Home aux ménages, qui atteint 100 % depuis 2017 ; l’ensemble du pays est entièrement couvert de services 3G et 4G pour la connectivité mobile et ; un premier service 5G a été lancé en juin dernier et assure la couverture des régions hautes de Maurice.

Il a ajouté qu’en novembre dernier, Maurice a introduit la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité pour protéger les citoyens et les entreprises effectuant des transactions en ligne. Il a déclaré que pour qu’un progrès inclusif soit réalisé dans l’économie mondiale, aucun pays ne doit être exclu de nouvelles façons actuelles de faire des affaires et de communiquer les uns avec les autres.

« La coopération internationale joue un rôle important pour relever les défis liés à la gouvernance de l’Internet, à l’inadéquation des compétences, au renforcement des capacités, à la culture numérique, aux cybermenaces, aux obstacles techniques au commerce, aux cadres réglementaires et bien d’autres », reconnaît-il.

Pour sa part, le Dr Nii Quaynor – scientifique et ingénieur ghanéen ayant joué un rôle important dans l’introduction et le développement de l’internet dans toute l’Afrique et qui a présidé le premier conseil d’administration d’AFRINIC – a affirmé que c’est un véritable privilège pour AFRINIC et l’AfNOG d’organiser l’AIS’22 à Maurice.

« Je trouve que le fait qu’elle ait lieu à Maurice, même sous forme hybride, est rempli de sens. C’est la première fois que Maurice accueille l’AIS, et Maurice est la terre d’accueil d’AFRINIC, qui est le registre Internet régional (RIR) de l’Afrique, depuis maintenant 18 ans. AFRINIC est un pilier de la gestion et de la gouvernance de l’Internet sur le continent.

Le fonctionnement même de l’Internet repose essentiellement sur deux fondamentaux : l’adresse IP et le nom de domaine. Et AFRINIC, en tant que registre internet régional (RIR) ayant la responsabilité de la gestion des adresses IP attribuées à l’Afrique, est un maillon vital qui assure le bon fonctionnement de l’Internet dans la zone concernée », s’est-il appesanti.

Outre les ateliers de travail, les exposés techniques ou encore les possibilités de réseautage, la partie cruciale du sommet est consacrée aux discussions concernant les politiques en matière de gestion et de gouvernance des adresses IP. Il s’agit surtout d’assurer une distribution équitable et efficace de ces ressources à la communauté Internet africaine et de l’océan Indien pour soutenir le développement durable de l’internet dans la région desservie par AFRINIC.

Il est mis en exergue que les adresses IP sont en effet des ressources vitales pour la transformation numérique de l’Afrique et il est donc d’une importance capitale que les décisions concernant leur distribution soient prises de manière collégiale et éclairée par des acteurs qui sont conscients des réalités africaines au niveau technologique et animés d’une vision de développement durable de l’Internet dans la région. « C’est justement ce à quoi s’attellent tous les participants de l’AIS’22 à Maurice », reconnaît-il.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour