- Publicité -

Agri-tech : Katapult veut positionner Maurice comme catalyseur pour les entreprises durables

  • Jérôme de Chasteauneuf (Ciel) : « Nous pouvons, et nous devons, travailler ensemble »

L’expansion de la population mondiale implique une pression accrue sur la production alimentaire, ainsi qu’une empreinte environnementale croissante du secteur agricole. Les nouvelles technologies de production alimentaire ont pourtant le potentiel de révolutionner la façon dont les aliments sont produits et distribués, tout comme la gestion des déchets alimentaires. C’est dans ce contexte que le groupe norvégien Katapult vient de lancer le projet Katapult Mauritius Accelerator au Ferney Agri-hub, en partenariat avec Ferney (groupe Ciel), IBL, le groupe Currimjee et le MCBGroup.

- Publicité -

L’accélérateur d’impact sur l’alimentation et l’agri-tech est un projet novateur qui accueille des startups internationales travaillant sur un large éventail de solutions alimentaires et agri-tech. Celles-ci ont d’ailleurs été rigoureusement sélectionnées pour participer au projet. Les startups sont originaires du Nigeria, du Ghana, de Tunisie, du Mali et d’Inde, et seront encouragées à utiliser Maurice comme rampe de lancement vers d’autres marchés régionaux, contribuant ainsi à créer des systèmes agroalimentaires africains et mondiaux plus durables.

Dans le cadre du programme d’incubation et de développement, les startups participeront au « MBA le plus intense et le plus épanouissant que vous puissiez entreprendre », expliquent les promoteurs. Pendant trois mois, la cohorte de startups participeront à des ateliers, des rencontres en ligne, des sessions de mentorat, des formations de pitch et de présentations aux investisseurs, dans le but de les préparer à lever des fonds pour leur croissance. Et elles ont les atouts nécessaires pour y arriver, car elles ont été sélectionnées parmi plus d’un millier de start-ups.

Fondée en 2017 par l’entrepreneur et investisseur technologique Tharald Nustad, Katapult a investi dans plus de 140 startups et géré neuf programmes d’accélération à ce jour, qui ont contribué à de nombreux succès entrepreneuriaux, dont quatre licornes (entreprises valorisées à plus de USD 1 milliard). Tharald Nustad explique qu’en créant le groupe, il y a cinq ans, la vision directrice était de construire un monde prospère pour tous.

« Un élément clé de l’opérationnalisation de cette vision est d’aider à construire des systèmes alimentaires et agricoles régénérateurs et équitables. Grâce à la création de réseaux et de partenariats solides sur Maurice, nous avons non seulement la possibilité de faire un bond en avant dans cet objectif, mais aussi de favoriser l’innovation à Maurice et de positionner Maurice comme catalyseur pour des entreprises durables. En utilisant le modèle d’accélérateur testé et reconnu de Katapult, nous sommes maintenant prêts à guider ces startups très talentueuses dans leur croissance pour générer le maximum d’impact et de profits dans les domaines de l’alimentation et de l’agro-technologie », dit-il.

Thomas Berman, directeur de Katapult Maurice, estime pour sa part que notre pays pourra démontrer au monde comment des startups bénéfiques à tout le monde pourront émerger dans les années futures, grâce à l’innovation et à la collaboration. Il rappelle par ailleurs que Katapult travaille sur ce projet depuis 2019 grâce à des contacts avec le gouvernement, le secteur privé et le milieu universitaire, entre autres. En 2020, le groupe a  joué un rôle déterminant dans la mise en place de Regeneration Mauritius, une infrastructure ouverte de collaboration et de partenariat, conçue pour déclencher un changement durable du système alimentaire local.

Une des sept startups participant au programme d’accélération de Katapult est OKO Finance (Mali), qui exploite les données pour fournir une assurance efficace et abordable aux agriculteurs des marchés émergents et fournir un règlement instantané des sinistres. En tirant parti de l’influence croissante de la technologie mobile, OKO Finance vise à aider à surmonter les insuffisances de la répartition des revenus pour ceux qui nourrissent le monde.

Vient ensuite Crop2Cash (Nigeria), qui numérise la chaîne de valeur des cultures vivrières en construisant des outils pour les agro-transformateurs, leur permettant de gérer numériquement leurs relations d’approvisionnement avec les agriculteurs et les autres fournisseurs. Crop2Cash facilite les activités telles que le pesage, le contrôle qualité et les services d’expansion.

Sensegrass (Inde) offre, de son côté, des solutions agricoles à 360 degrés basées sur une technologie de pointe, notamment la cartographie par nanosatellite, les Rover Bots et une application mobile et Web basée sur l’Intelligence artificielle, et qui rend l’agriculture plus simple et plus efficace.

HerVest (Nigeria) résout pour sa part l’écart entre les genres dans l’agriculture, en offrant aux femmes agricultrices des zones rurales, des opportunités de croissance vers des cultures spécifiques, des banques de céréales, du bétail et la fourniture de services d’expansion en ligne numérisés.

Par ailleurs, MooMe (Tunisie) propose des logiciels et du matériel innovants pour aider à surveiller la production laitière tout au long de la chaîne de valeur. MooMe fournit des mesures sur la santé du troupeau pour augmenter le bien-être des animaux et la production de lait, ainsi que le stockage et le suivi pour les centres de collecte de lait et les opérateurs sur le terrain.

Les deux derniers sont Complete Farmer (Ghana), qui offre une plateforme unique reliant les agriculteurs aux acheteurs mondiaux de produits alimentaires, et les aidant à acquérir un avantage concurrentiel tout au long de la chaîne d’approvisionnement, et Rural Farmers Hub (Nigeria), qui fournit des services agricoles aux petits et grands agriculteurs. Le produit principal de Rural Farmer Hub – Capture™ – utilise un algorithme propriétaire et des métadonnées pour évaluer la santé des cultures et des sols, puis génère des informations et des conseils agricoles en temps quasi réel.


L’union fait la force

Les responsables des quatre groupes du secteur privé, Lead Investors du projet, soit Ciel, IBL, MCB et Currimjee, sont intervenus brièvement jeudi dernier lors du lancement du projet. Anil Currimjee, CEO du groupe Currimjee, a ainsi expliqué qu’il est important pour le pays de s’ouvrir aux talents étrangers. Jean-Michel Ng Tseung, CEO du MCB Group, a pour sa part mis l’accent sur la nécessité de positionner le pays comme un hub d’innovation.

Delphine Lagesse, Group Strategic Innovation Executive d’IBL, a  évoqué l’intelligence collective, qui est plus forte, se référant au partenariat entre les quatre groupes mentionnés pour participer au projet de Katapult. Elle a indiqué que le groupe IBL est toujours prêt à aider les startups.

Quant à Jérôme de Chasteauneuf, Group Finance Director de Ciel, il a mis en avant les atouts de Ferney, qui est « un modèle innovant pour aider les agri-entrepreneurs à développer leurs opérations ». Il a rappelé que Ferney Agri-hub abrite actuellement 15 agri-entrepreneurs, et « yet, this is not enough », selon lui.

Car il s’agit de créer de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités dans le secteur agricole, et pour cela, « l’aide étrangère est la bienvenue ». Il conclut : « nous pouvons – et nous devons – travailler ensemble. La création du projet Katapult est d’ailleurs un message fort en ce sens. »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour