Le leader de l’opposition avait cité nommément si Pravind Jugnauth fait l’objet d’une enquête criminelle pour le délit de Money Laundering avec un Cash Payment in Excess de Rs 350 000

Arvin Boolell brandit des documents portant sur des Cash Payments de Rs 4 M effectués par Pravind Jugnauth à Bel-Air Sugar Estate

L’Angus Road Saga, avec le Premier ministre et leader de L’Alliance Morisien, Pravind Jugnauth, in the Line of Fire, ne cesse de faire des vagues à l’Assemblée nationale. La décision du Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer, de censurer et de modifier la teneur de la Private Notice Question du jour (PNQ) du leader de l’opposition, Arvin Boolell, a donné lieu à des tractations ardues entre les deux parties et des consultations avant le début de la séance entre les trois leaders au sein de l’opposition, en l’occurrence Arvin Boolell, Paul Bérenger du MMM et Xavier-Luc Duval du PMSD en vue de décider de la marche à suivre. Ainsi, à l’appel de la PNQ en début de séance, Arvin Boolell a refusé de poser une « question which is not mine and which has been distorted » et ce, malgré l’insistance et différents warnings du Speaker. Ce dernier s’est appesanti sur le fait que de par les Standing Orders, la Clerk de l’Assemblée nationale est habilitée à faire un Editing des interpellations et que lui a le droit d’intervenir.
Sooroojdev Phokeer a ajouté que le leader de l’opposition a le droit de soumettre des représentations à la suite de ces changements. « But unfortunately, this morning the leader of the opposition has misbehaved and has left my office. Depuis, il n’est jamais revenu pour des explications et je n’avais pas le choix que d’aller de l’avant avec la PNQ et la teneur modifiée pour que la séance puisse démarrer », a poursuivi le Speaker. Il affirme par ailleurs que le leader de l’opposition dispose d’autres plateformes pour faire état de la substance initiale de la PNQ. Après un échange des plus tumultueux entre les deux protagonistes et le leader de l’opposition brandissant des documents, au moins trois, quant aux paiements allégués en liquide en excédent de Rs 350 000, soit des délits de Money Laundering, passibles de dix ans de prison.
Arvin Boolell n’a pas été en mesure de déposer sur la table de l’Assemblée nationale ces documents incriminant Pravind Jugnauth. Il a été invité à évacuer l’hémicycle sur ordre du Speaker à peine une dizaine de minutes après le début de la séance. La séance a été interrompue vers 11h49 et à la reprise sur le coup de midi, le Speaker a entamé la tranche du Prime Minister’s Question Time, le leader de l’opposition ne pouvant pas accéder à l’hémicycle. En début de séance Sooroojdev Phokeer avait fait état d’une protestation en écrit de Jairaj Sonoo, ancien CEO de la SBM, dont le nom avait été cité par le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, lors de la précédente séance. En tenant compte des faits, le Speaker a pris la décision d’éliminer toute référence à Jairaj Sonoo que ce soit dans la version du Hansard ou de l’enregistrement vidéo.

D’entrée de jeu, le leader de l’opposition et le Speaker se sont livrés à un mano-a-mano avec chacune des parties ne laissant pas le choix de faire le point.
Boolell : Le Premier ministre peut-il confirmer s’il y a eu des paiements en liquide illicites de sa part…
Speaker : Leader of the opposition, put the question. This is question time. No comment. I’m on my feet…
Boolell : Je n’ai pas donné mon assentiment à la PNQ qui est devant la Chambre. It relates to money laundering…
À ce stade, le Speaker fait comprendre à Arvin Boolell qu’il y a d’autres plateformes pour les détails qui sont mentionnés. Il fait une déclaration au sujet des événements qui se sont déroulés avant la séance du jour en accusant le leader de l’opposition d’avoir « misbehaved and left my office ».
Boolell : You have amended the question. It relates to money laundering…
Speaker : … If you disagree, you have other platforms…
Boolell : (brandissant des documents) : … I can give you information…
Speaker : This is the last chance. Either you have a question or you withdraw it or else leave the floor.
Boolell : Can the Prime Minister inform the House whether Rs 4 million…
Le Speaker intervient promptement, le leader de l’opposition protestant contre le fait que la teneur de sa PNQ a été « distorted ».
Avec un Last Warning, le Speaker demande au leader de l’opposition de se retirer de l’hémicycle. La séance a été levée et à la reprise à midi, le Prime Minister’s Question Time a été entamé avec la participation des députés de l’opposition.

———————————
Les deux versions de la PNQ

Dans le libellé initial de la PNQ, Arvin Boolell était précis quant à la confirmation qu’il recherchait à la décharge du Premier ministre lors de l’acquisition par ce dernier d’un terrain de 3 597 mètres carrés à Angus Road en novembre 2007 par son épouse, Kobita Jugnauth, et lui. Il voulait savoir quand avait démarré l’enquête de la police à la suite de la plainte et qui et quand cet exercice sera bouclé, ou encore « whether any offences of money laundering for making cash payment in excess of Rs 350 000 have been unfolded and/or are being investigated ». La dernière partie de la PNQ porte sur les circonstances de ce paiement et l’identité du bénéficiaire.
Dans la version revue et corrigée après le passage au Speaker’s Office, ces détails ont été éliminés, avec pour principaux éléments si la police a initié une enquête sur cette acquisition foncière à Angus Road, en indiquant « when upon whose complaint and where latters stand? »

———————————
Arvin Boolell : « Finn deplete PNQ-la de so lesansiel lor Money Laundering »

« C’est du déjà-vu. La dernière fois, on avait massacré ma PNQ. J’ai un seuil de tolérance, me sa fwa-la, zot finn deplete PNQ-la de so lesansiel konsernan Money Laundering. Il y a des preuves qu’il y a eu des paiements en cash. Lor 7 miyon inn pey 4 miyon an kash. E finn signe ar asistan kontab. Que ce soit vendor, purchaser ou même la banque, ils doivent assumer leurs responsabilités. Dans ce cas, il y a eu un paiement total de Rs 33 millions. Nous connaissons la Soreze House Saga. Maintenant, on a Parkside. Pa vinn dir mwa kan enn dimounn finn pey an kash ki a lankont lalwa ECO sou Anti-money Laundering, pena ofans. Je laisse au public le soin de tirer ses propres conclusions. Ki manier e pou ki rezon sa PNQ-la pann aksepte? Ou kapav reformil enn kestion, me ou pa devid li. Finn fer Ivan Collendavelloo, Ameenah Gurib-Fakim ou mem Dayal demisione lor linformasion kinn gagne. Ki manier Premie minis, ki li dir li set good examples, li pa step-down ? » a déclaré Arvin Boolell au Mauricien juste après son expulsion de l’hémicycle.