• Le Speaker, Sooroojdev Phokeer, n’a pas apprécié l’épithète de de “mal élevé” lancé à son visage par le leader du MMM pour avoir coupé court à Reza Uteem
  • Les enfants iront à l’école en décembre avec la présente année scolaire prenant fin en février 2021, et un report des examens de SC et de HSC de novembre 2020

Le leader du MMM, Paul Bérenger, s’est fait expulser presque à la limite du temps réglementaire du Question Time. Son expulsion relève du fait qu’il a traité le Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer de « mal élevé », ce dernier ayant coupé court au député du MMM Reza Uteem, qui voulait interpeller le ministre des Finances, Renganaden Padayachy sur le Wage Assistance Scheme. Cette expulsion à la pénultième PQ de cette première édition de la 7e session de l’Assemblée nationale a été suivie par un Walk-Out en règle de tous les parlementaires de l’opposition. D’ailleurs, dès le début de la séance, une ambiance de tension régnait au sein de l’hémicycle, les députés de l’opposition protestant contre la longueur des réponses des ministres et le fait que la présidence de l’Assemblée ignorait les appels pour pouvoir intervenir avec des interpellations supplémentaires.
En tout cas, la séance d’hier a été dominée par le dossier du nouveau coronavirus, abordé sous toutes ses coutures – les membres du gouvernement, dont le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le ministre des Finances, revenant de manière systématique sur les actions prises depuis l’avènement de la pandémie de COVID-19. Toutefois, deux volets des interpellations méritent attention, à savoir le rejet catégorique du Deputy Prime Minister et ministre des Services publics, Ivan Collendavelloo, de toute idée de baisse des tarifs d’électricité ; et surtout l’indication donnée par la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, selon laquelle avec la reprise graduelle des classes en août prochain, l’année scolaire se poursuivra jusqu’au mois de février 2021, les examens de School Certificate (SC) et de Higher School Certificate (HSC) de la fin de cette année repoussés à l’année prochaine.
Il ne restait que quelques minutes avant que le Speaker n’allât décider de mettre un terme à la tranche du Question Time vu que le temps imparti était quasiment épuisé. La Chief Whip du gouvernement, Naveena Ramyad, avait enchaîné avec une série de supplémentaires au Grand Argentier sur les critères d’éligibilité pour le Wage Assistance Scheme. Reza Uteem s’impatientait de pouvoir intervenir mais en vain. À un certain moment, il crut qu’il pouvait enfin interpeller le ministre des Finances.
Mais le Speaker, ne l’entendant pas de cette oreille, fit signe à Naveena Ramyad d’aller de l’avant avec une nouvelle question supplémentaire, interrompant du même coup le député du MMM. Cette scène ne devait pas plaire au leader du MMM, qui rongeait son frein devant l’attitude affichée par la présidence depuis une bonne partie de la séance.
Bérenger : Mal élevé ! Ou bien mal élevé !
Le Speaker (bondissant de son siège et à l’adresse du leader du MMM : If you have the courage, repeat it again…
Bérenger : Mal élevé…
À peine Paul Bérenger avait-il eu le temps de terminer sa phrase que la sanction était appliquée. « I order you out ! I order you out ! » Et ce, avec tout le brouhaha, qui montait au sein de l’hémicycle, le leader du MMM ramassant ses documents pour quitter l’hémicycle, suivi des autres membres de l’opposition. À ce même moment, un sonore et quasiment vulgaire « deor do ! » se fit entendre avec les deux protagonistes continuant à s’invectiver et le Sergeant-at-Arms sommé d’encadrer Paul Bérenger hors de l’hémicycle.
Après le départ des parlementaires de l’opposition, une dernière PQ fut appelée, la parlementaire Ramyad abordant toujours les répercussions de la pandémie COVID-19 sur le secteur éducatif. Ainsi, la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a confirmé qu’il faudra s’attendre à des chamboulements dans le calendrier scolaire, notamment au secondaire. Ainsi, avec la reprise graduelle des classes à compter du lundi 3 août prochain, l’année scolaire ne prendra fin qu’en février 2021, le temps aux élèves, notamment ceux de fin de cycle secondaire, soit pour les examens de School Certificate et de Higher School Certificate, de compléter leurs programmes d’études.
« Ainsi, les examens de SC et de HSC, qui auraient dû se tenir en novembre de cette année, ne devront être mis en œuvre qu’après février 2021 », a laissé entendre la VPM et ministre de l’Education, qui a ajouté que jusqu’ici Cambridge n’a pas été en mesure de procéder à l’enregistrement des candidats à ces examens. Cette situation ne concerne pas uniquement Maurice mais également d’autres pays au monde dépendant de Cambridge pour la tenue de ces épreuves.
Leela Devi Dookun-Luchoomun devait également ajouter que des consultations sont en cours entre les institutions compétentes en vue de confirmer les principales étapes du calendrier scolaire réaménagé. Elle n’a pas manqué de rappeler que les examens de juin de Cambridge ont été annulés avec le remboursement des fees devant se faire après la levée du confinement.
De son côté, le Deputy Prime Minister et ministre des Services publics a rejeté toute idée d’un rajustement à la baisse des tarifs d’électricité avec la dégringolade du cours du pétrole sur le marché mondial. Il s’est contenté de rappeler qu’avec la décision du 31 mars de revoir le tarif social du CEB, quelque 61 000 Low Income Households auront bénéficié d’une réduction de 51% des tarifs du CEB, la Monthly Minimum Charge passant de Rs 31 à Rs 25, cela sans compter les PME, qui bénéficient d’une réduction des tarifs de 10%. Il devait également laisser entendre qu’avec la pandémie de COVID-19, la demande d’électricité a connu une régression de 35%.
De son côté, le député Patrick Assirvaden affirme que ces mesures ne touchent que 65 000 abonnés domestiques et 18 000 PME avec un coût de Rs 80 millions. « Par contre, avec la chute du cours mondial du pétrole, les Windfall Gains du CEB sont de l’ordre de Rs 3 milliards. Pourquoi les 373 000 autres abonnés à revenus moyens, les Ti-Dimounn, ne peuvent bénéficier d’une révision à la baisse des tarifs ? » se demande-t-il.
Pour sa part, Ivan Collendavelloo devait ajouter qu’il est nullement de son intention « to take money from the poor to give to the rich ».
Auparavant, suite à une interpellation du même député Assirvaden sur les prix des produits pétroliers, le ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, a révélé que depuis juin 2019 à ce jour, des revenus pétroliers de
Rs 3,6 milliards ont été versés sous forme d’Excise Duties ;
Rs 758 millions à la Road Development Authority ;
Rs 172,8 millions au titre de la Rodrigues Transportation ;
Rs 249,3 millions pour la construction de facilités d’entreposage ;
Rs 905,4 millions pour les subsides sur les prix du riz ration, de farine et de gaz ménager et
Rs 1,6 milliard de TVA.
La ponction de Rs 4 par litre de produits pétroliers pour alimenter le COVID-19 Solidarity Fund ne sera effective qu’à l’arrivée de la cargaison du mois de mai. Le ministre n’a manqué de souligner que « les fournisseurs se plaignent car ils n’ont plus de revenus » vu la chute dans la consommation.
Toujours par rapport à la pandémie du Virus Sans Frontières et la consommation, le ministre de l’Agro-Industrie, Maneesh Gobin, a voulu être rassurant quant au stock de pomme de terre, d’oignon et d’ail. La consommation de pomme de terre est de quelque 400 tonnes par semaine, et pour l’oignon 300 tonnes. De fin mars à avril, l’Agricultural Marketing Board a livré entre 200 et 544 tonnes d’oignons par semaine et entre 275 tonnes et 697 tonnes de ce féculent par semaine. « At no point in time, there was a shortage of potatoes, onions or garlic », dira-t-il, tout en concédant qu’avec le couvre-feu sanitaire, des ruptures ont été notées dans le réseau de distribution.
Avec les 3 163 tonnes de pomme de terre d’Egypte et de l’Inde ainsi que de 2 212 tonnes d’oignons des Pays-Bas, d’Afrique du Sud et de l’Inde pendant la période de confinement, Maurice devra recevoir le 12 juin prochain 2 742 tonnes de pomme de terre et 1 260 tonnes d’oignons.
Auparavant, le ministre du Commerce avait voulu être rassurant quant au stock de riz et de farine disponible dans le pays, soit pour une période de 52 jours quant au riz ration et jusqu’à août/septembre pour le riz Basmati. Il a également donné des chiffres sur le stock de farine et de blé disponible dans le pays à ce jour.
Avec le scénario au sein de l’hémicycle ppous la séance d’hier et l’ajournement des travaux à mercredi prochain pour éliminer les interpellations adressées aux ministres, tout cela laisse un arroère-goput de New Skin for the Old Ceremony, titre d’un Long Play de Leonard Cohen datant d’il y a 45 ans déjà…

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal), Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire), LM/WK/SCP – Abonnement mensuel (paiement via Paypal), LM/WK/SCP – Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire), et LM/WK/SCP -Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In