Le Premier ministre et leader de L’Alliance Morisien, Pravind Jugnauth, semble accorder une attention particulière à certaines pétitions électorales logées par les candidats battus de L’Alliance Nationale, du MMM ou encore par des citoyens pour contester les résultats des législatives 2019. Ainsi, une réunion spéciale s’est tenue lundi après-midi au Bâtiment du Trésor, réunissant tous les membres du gouvernement ainsi que des hommes de loi concernés par les procédures entamées devant le judiciaire.

Les élus des circonscriptions Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis (No 1), Flacq/Bon-Accueil (No 9), Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est (No 10), Rivière-des-Anguilles/Souillac (No 13), Savanne/Rivière-Noire (No 14), La Caverne/Phoenix (No 15), Vacoas/Floréal (No 16), Curepipe/Midlands (No 17), Stanley/Rose-Hill (No 19) et Moka/Quartier-Militaire (No 8), ont été conviés à cette rencontre pour que le Premier ministre puisse prendre note des arguments mis en avant par les membres du nouveau gouvernement pour contrecarrer les points mis en avant principalement par les contestataires de L’Alliance Nationale, qui réclament à la fois des “Recount” mais aussi que les élections soient déclarées « null and void » dans certains cas.

Les élus de L’Alliance Morisien seront représentés par un panel d’hommes de loi composés, notamment des Senior Counsels Ravind Chetty, Éric Ribot et Gilbert Ithier, dans la plupart des cas. Ces derniers sont aussi épaulés par le Deputy Prime Minister et leader du Muvman Liberater, Ivan Collendavelloo, lui-même concerné par la contestation de la candidate battue du MMM au No 19, Jenny Adebiro.

Pravind Jugnauth aurait procédé à un survol des arguments mis en avant dans les dix circonscriptions concernées, d’autant plus que les hommes de loi dans le camp adverse affichent de l’optimisme ces derniers jours, notamment Me Gavin Glover SC. Cette prise de contact avec tous les élus, notamment le trio Sunil Bholah, Vikram Hurdoyal, Zahid Nazurally, du No 10, Kailesh Jagutpal, Renganaden Padayachy et Ismael Rawoo, du No 13, Alan Ganoo, Sandra Mayotte et Prakash Ramchurrun, du No 14, Gilbert Bablee du No 15, Steven Obeegadoo et Kenny Dhunoo, au No 17, avait pour but de faire un “round up” alors que les premières Formal Matters seront enclenchées à partir de lundi prochain en Cour suprême.

En effet, les pétitions des candidats battus Arianne Navarre-Marie (No 1), repêchée par le Best Loser System à l’issue des résultats du 8 novembre dernier, Suren Dayal (No 8), Ezra Jhuboo (No 14) et Jenny Adebiro (No 19) arrivent ce lundi en Cour suprême. Pour ce qui est du No 19, le Senior Counsel No 25 du gouvernement aurait garanti qu’il gère son dossier au sujet du “Recount” réclamé après qu’il a coiffé la troisième candidate du MMM par seulement 92 voix pour se faire élire en troisième position.

Les élus de L’Alliance Morisien entament aussi ces pétitions électorales sans l’appui du State Law Office, qui devrait se ranger aux côtés de la Commission électorale ou encore des Returning Officers lors de ces échanges. D’ailleurs, plusieurs éléments du Parquet se retrouvent en situation compromise pour avoir été actifs officiellement pour les besoins des élections générales 2019.

Pour l’heure, l’on concède dans les milieux informés que, dans certains cas il ne faudrait pas sous-estimer les points mis en avant notamment en ce qui concerne le “Computing” du décompte des voix, l’aspect de couverture médiatique de la Mauritius Broadcasting Corporation ou encore quelques-unes des « irrégularités » notées. On est aussi au courant au Prime Minister’s Office que le leader du Parti travailliste, Navin Ramgoolam, clame ces jours-ci être en présence d’autres éléments « perturbateurs » qui lui ont été remis de manière anonyme et qu’il compte brandir durant le déroulement de la bataille juridique qui retiendra l’attention à compter de janvier 2020. Affaire à suivre…