T.U

Il se trouve qu’il y a des cyniques pour remettre en question ce mouvement populaire. Certains prétendent que c’est un « complot », d’autres qu’il y a des « relents de fascisme » et d’autres encore que c’est un « phénomène petit bourgeois ». Il faut demeurer vigilant; on ne doit pas céder à un enthousiasme naïf. L’enfer, on ne le sait que trop bien, est pavé de bonnes intentions mais ce mouvement est véritablement miraculeux. Et la partie, quoi qu’on en dise, est déjà gagnée. Les Mauriciens nous ont habitués à la passivité, peuple de moutons qui se laisse joyeusement tondre et on a le sentiment, depuis longtemps, que tout changement, même le plus infime, est impossible. Puis, il s’est produit ce réveil, du jamais vu dans l’histoire de Maurice. Et quel réveil ! Un élan collectif qui réunit des Mauriciens de tous âges, de tous milieux sociaux, de toutes communautés, de toutes religions confondues, unis par un même espoir, celui d’une société différente. Il y a un avant et un après 29 août. Et la nouvelle manifestation, à Mahébourg, montre clairement que cette vague ne cesse de prendre de l’ampleur et qu’elle n’est pas encore parvenue à la plénitude de ses moyens. Ce pari est donc déjà gagné, un peuple qui marche est un peuple qui affirme sa dignité, qui dit ses rêves, qui dit ce qu’il est, hors des logiques de la peur. Le verrou de la peur est désormais brisé et l’avenir est une terre faite de promesses. Il s’agit maintenant de savoir s’enraciner dans cette terre, lors du chapitre 4 et des chapitres qui suivront, en extraire la matière pourrie des puissants pour en faire une terre aimante et généreuse, animée par l’espoir, véritable terre nourricière et « later mama ».