- Publicité -

Bruneau Laurette : « Gouvernman pe trouv sitwayin kouma ATM »

L’animateur de Linion Pep Morisien (LPM), Bruneau Laurette, a critiqué hier la police, qui a autorisé durant le week-end dernier, dit-il, le spectacle d’humour d’un artiste international du côté de Trianon, avec plus de 2 000 personnes, « alors que les citoyens du pays ne sont pas autorisés à se rassembler » et que la police s’est fixé le seuil d’un minimum de cinq contraventions par jour par policier pour non-port du masque. « Gouvernman pe trouv sitwayin kouma ATM pou konble so bidze. 500 polisie amenn Rs 10 000 par zour. Fer kont-la ou mem. Se enn inzistis ki pe fer anver artis lokal. Pa pe dir artis internasional pena drwa vinn Moris pou spektak, me kifer pe fer sa o detriman artis morisyen ? » demande-t-il.

- Publicité -

Dans le même ordre d’idées, il s’est demandé si on a « deux catégories de Mauriciens dans le pays actuellement », tout en se posant des questions sur la position du ministre des Arts et de la Culture, Avinash Teeluck, dans cette affaire. « Ki so rol ? Eski finn gayn intervansion Leta ? Eski enn ti kopin kinn gayn sa ou eski enn zafer inn sirkile anba latab, kouma nou dir ? » s’interroge ce membre actif de LPM.

En ce qui concerne la déportation du Slovaque Peter Uricek, il a dressé un parallèle avec le naufrage du Wakashio, où les « exhibits », dit-il, « ont été détruites, alors que des enquêtes étaient en cours ». Bruneau Laurette a aussi soulevé des interrogations sur les relations entre le Slovaque déporté manu militari de Maurice et un dénommé Ramon Cerda, directeur de la compagnie Pack and Blister, qui avait livré 50 respirateurs défectueux au ministère de la Santé lors de la première vague locale de contamination au Covid-19.
« Eski zot pann per sa boug-la komans koze ? Peter Uricek asocie ek mafia slovak. Se bann mafia pli pwisan ki ena dan lemond. Traktopel ladrog ti sorti Lespayn. Ki ena koumsa laba ? Koumsa ena koinsidans ? Morisyen bizin kone ki pe arive », a-t-il soutenu.

Pour sa part, l’ancien parlementaire Jean-Claude Barbier a passé en revue le dernier sondage politique réalisé par Le Mauricien Ltd/Straconsult et a déclaré que cet échantillonnage a été effectué bien avant que le pays traverse les augmentations massives des prix de diverses commodités, dont les carburants, et aussi avant que des manifestations de colère contre le gouvernement aient lieu dans plusieurs endroits du pays. Il estime ainsi que ce sondage démontre non seulement un « déclin considérable » du gouvernement, mais aussi une « dégringolade » au niveau de l’opposition parlementaire.

« Bann kinn partisip dan sondaz pa retrouv zot dan sa lopozision parlmanter-la e se kifer ki li donn enn leze lavantaz a gouvernman. 82% popilasyon pe atann pou vote ek ekzers so drwa de vot ek li bon siyn pou demokrasi », a-t-il expliqué. Il dit aussi avoir noté que le Muvman Liberater d’Ivan Collendavelloo a « complètement disparu » de ce sondage. Le plus gros morceau de l’électorat du pays n’a, selon lui, pas encore pris de décision quant à son choix politique.

Prenant le relais, l’avocat José Moirt, autre responsable de LPM, a déploré que le pays soit devenu ces jours-ci une « idiocratie ». Il trouve ainsi dommage que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, se réjouisse d’avoir obtenu 21% parmi les sondés, et qui se disent d’accord qu’il soit de nouveau chef du gouvernement.

« 21% aksepte ki pou ena ogmantasion pri lesans. Ki pou ena ankor ogmantasion pri. Ki aksepte laroupi kontinye devalie. Li pa dir ou selma ki 21% sa sondaz-la kinn fer lor 600 dimounn fer ou zis 126 dimounn », a-t-il avancé.
Il est aussi d’avis que seul l’État de droit protège la population ces jours-ci dans le pays. « Pe fer krwar ki tou korek lakaz mama, alor ki nou kone dan lakaz mama ena dife », a-t-il conclu, réitérant l’appel de se rallier derrière le LPM, « surtout la masse silencieuse », afin de se faire entendre « lor koltar ».

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour