PADMA UTCHANAH
Présidente du Ralliement Citoyen pour la Patrie

Assise dans le bus, je baigne dans mes réminiscences. Il n’y a pas si longtemps, l’arrivée des passagers rimait avec bonheur. Une main familière qui s’agite au loin, un sourire radieux, un prénom qui résonne comme un écho douillet dans tout l’aéroport.

PADMA UTCHANAH
Présidente du Ralliement Citoyen pour la Patrie

Ce temps où les familles pouvaient encore serrer les siens dans les bras, ce temps où les embrassades amicales annonçaient les festivités à venir, ce moment de grâce où les larmes de joie se fondaient littéralement sous la clameur des retrouvailles. L’accueil des combinaisons blanches est certes nécessaire pour le respect du protocole, mais rien ne remplace l’accolade familiale, rien ne vaut le doux baiser d’une mère ! Le tunnel de l’incertitude semble interminable, dont on peine à voir une issue libératrice. Ma nostalgie de ce temps révolu fût interrompue par un « met ou mask bien ». C’était l’agent de sécurité, affecté à la sortie du parking de l’aéroport, qui sermonnait notre chauffeur de bus. Il avait son masque sous le menton. Une fois la barrière franchie, égal à lui-même, notre conducteur insubordonné fait fi de nouveau au protocole et des recommandations de la dame.

À ma sortie de l’aéroport SSR

Le trajet de l’aéroport pour arriver jusqu’à destination est relativement loin. Plus d’une heure et demie. Ainsi j’invite le National Communication Committee sous l’égide du ministère de la Santé à offrir une bouteille d’eau à chaque passager à la sortie de l’aéroport. D’autant plus que l’accès aux boutiques du duty free est interdit. Les mois à venir risquent d’être accablants d’une chaleur suffocante. L’absence du climatiseur rendra ainsi ce long voyage pénible, en particulier pour les personnes âgées et les enfants.

L’arrivée à l’hôtel sonne comme un soulagement. L’attente à l’entrée de l’hôtel avant la répartition des chambres était très longue, mais justifiée puisqu’il y avait trois bus de passagers. La réceptionniste, vêtue d’une combinaison PPE, nous a reçus et a apposé le numéro de chambre sur mes bagages pour que le personnel hôtelier puisse les transporter directement dans la mienne. Après un bref passage à l’accueil administratif, j’ai pu regagner ma chambre. Un déjeuner a été servi immédiatement. Il faut dire que ce repas vient à point nommé ; il était 16 h et la dernière fois qu’on a eu de quoi se sustenter, c’était vers le coup de 10 h au petit déjeuner dans l’avion. Repue, j’ai pu enfin inspecter le lieu.

De ma terrasse une vue partielle de l’enceinte de l’hôtel

Coin de Mire Attitude est un hôtel 3 étoiles qui se trouve à Bain Bœuf. Je me suis acquittée de la somme de Rs 35 000 pour une durée de 14 jours. Le cadre est idyllique, verdoyant et très bien entretenu. Il est composé de petits bungalows à deux étages. Ma chambre est spacieuse et propre, le décor épuré, avec une belle touche de style insulaire. Elle est dotée également d’une petite terrasse. Les plus chanceux, celles et ceux situés au premier étage, ont une vue imprenable sur la mer, ce qui est mon cas. En guise de bienvenue, une assiette de fruit déposée sur le meuble. Une bouilloire, café, thé, sucre et lait, eau sont à volonté pour les clients. Il y a également un mini frigo, un nécessaire pour le ménage, ainsi que la lessive, et même une corde et des pinces à linge. Un ensemble de 3 sets de draps, taies d’oreiller, 3 serviettes de bain et serviettes de toilette, et du gel bain-douche sont à ma disposition. Nous sommes invités à changer les draps et serviettes tous les 3-4 jours.

Chambre de quarantaine à l’hôtel Coin de Mire Attitude

Tout a été pensé pour rendre notre séjour confortable. Les moustiques récalcitrants n’ont qu’à bien se tenir, notre allié le « Vape » est là pour nous protéger contre les piqûres. La chambre est pourvue également d’une télé. D’ailleurs, deux jours avant mon départ de France, l’hôtel m’avait transmis un courriel au regard du protocole de santé et des accessoires mis à disposition dans la chambre individuelle.

Fort heureusement que la qualité du WiFi est excellentissime, du haut débit 24 h/24, de quoi faire pâlir éventuellement le capitaine du Wakashio et tout son équipage…