(Sur l’air de Chanson Pour L’Auvergnat de Georges Brassens)

Delphine Ahnee

Elle est à toi cette chanson
Toi le Guide qui sans façon
A éclairé tant de destins
Inspiré tellement de gamins
Toi qui as cru en eux souvent
Malgré leurs notes et leurs tourments
Quand les gens bien intentionnés
Les avaient parfois étiquetés

Ce n’était rien qu’un feu de bois
Mais il leur a chauffé le corps
Et donné le goût des encore
A faire tomber tous les records
Toi leur Guide, qui n’es plus là
Sache que chez tous ces petits gars
Tu as semé une étincelle
Père universel

Elle est à toi cette chanson
Toi l’érudit, toi le champion
Fin cinéphile, grand littéraire
A l’humilité exemplaire
Fils, frère, tonton parfois bougon
Et cependant si solidaire
Au fil des ans, sous tes mystères
Est apparue ta vraie lumière

Ce n’était rien qu’une pensée
Mais qui portait tant de promesses
Au-delà des mots murmurés
Une avalanche de tendresse
Toi, Kamarad, qui est parti
Sache qu’avec tout ce qui vous lie
Cent ans après, coquin de sort
Tu manqueras encore !

Elle est à toi cette chanson
Toi ce grand oncle qui sans façon
M’a accueillie, ouvert les bras
Alors qu’on n’se connaissait pas
Toi qui as laissé fondre le froid
Au soleil tendre de ton émoi
Conquis par Théo, Naomi
A l’enfance tu as souri

Ce n’était rien qu’un peu de temps
Mais il nous a chauffé le cœur
Et dans nos vies il brûle encore
A la manière d’un grand bonheur
Toi Tonton Paul qui n’es plus là
Sache qu’ici bas tu brilleras
Comme une étoile, même en plein jour
Au ciel de l’amour