Muhammad Altaaf Hussein Futloo le suspect en médaillon est passé aux aveux
  • Altaaf Futloo (29 ans) poignarde sa mère avant de cacher son corps dans un buisson à Côte-d’Or

Muhammad Altaaf Hussein Futloo (29 ans) a avoué avoir poignardé samedi sa mère, Bibi Ameena Yadun (56 ans), car elle avait refusé de lui donner de l’argent pour acheter de la drogue synthétique. Le lendemain, il s’est débarrassé du corps dans un buisson, à Côte-d’Or. Le jeune homme est attendu aujourd’hui au tribunal de Moka, où il devra répondre d’une accusation provisoire de meurtre.

Ce cas de matricide, lié à la toxicomanie, choque toute l’île et, particulièrement, les habitants de Frangipanes, Circonstance, où résident les protagonistes. Bibi Ameena Yadun, exerçant comme enseignante au collège Aleemiah, faisait rouler la maison, où habitent mère et fils. « Elle était une dame gentille et pieuse », explique un voisin. Son fils Altaaf Futloo n’avait pas d’emploi fixe en raison de son addiction à la drogue et dépendait des revenus de la quinquagénaire.

Lundi soir, le jeune homme s’est présenté au poste de police de St-Pierre pour signaler la disparition de sa mère et a allégué qu’Ameena Yadun a quitté la maison vers 18h dimanche, sans donner d’indication sur sa destination. Plus de 24 heures plus tard, elle n’était pas de retour. Plusieurs unités de la police ont alors entamé une battue dans la région et les différentes caméras de Safe City ont été examinées. Mais les images ne montraient aucune présence de la victime.

Ayant appris dans le voisinage qu’Altaaf Futloo était accro à la drogue, la CID de Moka l’a embarqué hier, d’autant plus que des traces de sang ont été retrouvées dans la maison. Dans un premier temps, il a avancé ne pas savoir quand exactement sa mère avait quitté la maison. Soumis à un interrogatoire serré par l’équipe du Dectective Inspector Goonjur, le suspect a avoué l’avoir tuée avec un couteau.

Il avance qu’une dispute a éclaté avec Ameena Yadun samedi, car elle avait refusé de lui donner Rs 200. « Mo ti anvi al kas yenn. Mo pa ti ena kas », a-il expliqué aux enquêteurs. Il avance qu’à cet instant, il n’a pu contrôler sa colère et s’est saisi d’un couteau de cuisine avant d’assener plusieurs coups à sa mère. Cette dernière s’est écroulée dans une mare de sang. Le suspect l’a laissée agoniser sur le sol et devait voler de l’argent dans l’armoire. Puis, il est sorti pour acheter sa dose.

Altaaf Futloo est ensuite retourné tard dans la soirée et était tellement défoncé qu’il s’est mis au lit, alors que sa mère était en sang sur le sol. C’est à son réveil dimanche qu’il a pris conscience de la gravité de la situation alors que la quinquagénaire ne respirait plus. « Monn konpran li fini mor ». Au cours de son interrogatoire hier, le jeune homme dit ne pas se rappeler où il avait placé le cadavre. Face à l’insistance des enquêteurs, le présumé meurtrier a alors déclaré avoir jeté le corps de sa mère dans un buisson entre Arsenal et Khoyrattee.

C’est tard dans la soirée d’hier que la CID de Moka, la Special Support Unit, la FIO et la police régulière ont passé le lieu à la loupe, mais elles n’ont rien trouvé. Sur le chemin du retour, Altaaf Futloo a cette fois déclaré que le corps se trouvait à Côte-d’Or. Arrivés sur le lieu, les policiers ont découvert le cadavre d’Ameena Yadun, enveloppé dans un drap. Le suspect avait couvert le corps de plantes et de pneus usés.

Sur les instructions du Dr Sudesh Kumar Gungadin, le corps a été transféré à la morgue de l’hôpital de Candos aux petites heures ce matin. Alors que le suspect a, lui, été placé dans une cellule au Moka Detention Centre. Il était attendu au tribunal de Moka ce mercredi pour son inculpation provisoire. La police tente de déterminer de quelle façon Altaaf Futloo a transporté le corps de sa mère de Circonstance à Côte-d’Or et s’il a bénéficié de l’aide d’autres complices.