- Publicité -

Consultation avec la Banque mondiale: Le GM présente ses priorités sous le CPF

La biotechnologie, le secteur pharmaceutique, la Digital Industry avec la Data Technology Park de Côte d’Or présentés à la mission Pswarayi-Riddihough

- Publicité -

Le GM réitère son ambition de ramener le niveau de la dette publique sous la barre des 80% d’ici 2025

L’un des mandats de la présente mission de la Banque mondiale, menée par la directrice des opérations de cette instance pour Mozambique, Madagascar, Maurice, Comores et les Seychelles, Idah .Z. Pswarayi-Riddihough, porte sur la formulation d’un nouveau Mauritius Country Partnership Framework pour la période couvrant 2022-2025. Les premiers échanges ont démarré en début de semaine à l’Hôtel du Gouvernement avec une séance de travail au Treasury Building, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ayant à ses côtés le secrétaire financier, Dev Manraj. La partie gouvernementale a établi les priorités en matière de développement sur le front économique avec pour horizon 2025, soit entre autres axées sur la biotechnologie, le secteur pharmaceutique, la Digital Industry avec la Data Technology Park de Côte d’Or. Le gouvernement a aussi réitéré son ambition de ramener le niveau de la dette publique sous la barre des 80% au cours de la même période.

Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources concordantes indiquent que dans la conjoncture post-Covid-19 Maurice mise sur trois piliers pour assurer la reprise de l’économique et baliser le Future Economic Path. Ces priorités se présente sous la forme d’un « Exceptional Boost » à l’investissement, de la conception d’une nouvelle architecture de l’économie et améliorer le niveau de la productivité nationale.

Dans sa présentation à la mission de la Banque mondiale, le Premier ministre se dit confiant qu’avec ces trois ingrédients devant faire partie du Mauritius Country Partnership Framework 2022/25, le pays devra être en mesure de repartir sur des bases d’une croissance résiliente. Lors des échanges, il a été question qu’au cours des trois prochaines années, le gouvernement s’engagera dans un programme d’investissements majeurs de Rs 65 milliards, soit 1,6 milliard de dollars américains.

Les secteurs identifiés sous ce programme d’investissements publics sont le Flood Management, le logement social, les énergies renouvelables, la fourniture d’eau potable, le transport et le développement. Dans cette même perspective, l’Industrial Finance Corporation of Mauritius Ltd a été incorporée « to support businesses and re-ignite industrial development ».

Au chapitre de la conception de la New Economic Architecture, des pôles de croissance, dont la Green Energy Industry, la Biotechnology and Pharmaceutical Industry et la Digital Industry, seront privilégiés.  Il est aussi question du réarmement du secteur industriel en se tournant vers des higher value-added sectors. Tout cela avec l’assistance technique de la Banque Mondiale dans le cadre de ce Country Partenrship Framework en voir de discussions.

« Our policy to expand the country’s economic space through the Ocean Economy endeavour and the New Africa Partnership strategy should also open up vast opportunities for our entrepreneurs and foreign investors », soutient officiellement l’Hôtel du Gouvernement en mettant l’accent sur l’épanouissement du secteur financier comme une « jurisdiction of highest global standards ».

Quant à l’urgence d’améliorer le niveau de productivité nationale, des initiatives et des programmes sont annoncés en vue d’ajuster les Skills de la main d’œuvre aux nouvelles réalités sur le plan économique. Une nouvelle catégorie d’entrepreneurs dans les filières de l’Artificial Intelligence, de la BlockChain, de la Fintech, de la 3-D Printing, de la digitalisation, et de l’ ecommerce, entre autres, sera encouragée et encadrée.

Cette stratégie tiendra également en ligne de compte le soutien aux start-up, SMEs et MidMarket Enterprises pour sortir de la crise et être partie prenante de la reprise.

Un autre volet des consultations a trait à la politique fiscale des autorités en vue de régler le problème du déficit budgétaire avec des répercussions sur les besoins d’endettement public. Ainsi, l’Hôtel du Gouvernement est revenu sur la plan déclaré de réduire le niveau de la dette publique sous la barre des 80% d’ici 2025 et ensuite à 70% à la fin de juin de 2030. A la fin du présent exercice financier, le déficit budgétaire est estimé à 5% du PIB.

Auparavant, les deux parties avaient passé en revue les six objectifs stratégiques du Mauritius Country Partnership Framework 2017-21, dont le Strengthened Management of Water Supplies; la Capacity Building dans la Financial Sector Governance; un environnement plus propice pour le commerce régional et l’investissement, des réformes dans le secteur de l’éducation, le développement du potentiel dans l’économie bleue et le renforcement de la capacité du gouvernement d’élaborer des Policy Options pour accroître la  Sustainability of Pension Programs.

Dans une déclaration officielle après cette séance de travail, la représentante de la Banque Mondiale souligne que « nous voulons nous assurer que le document soit conforme aux objectifs et aux aspirations de Maurice. » La World Bank Country Director se félicite de la rencontre avec le Premier ministre, confirmant que plusieurs domaines de coopération potentiels ont été discutés. Maurice et la Banque mondiale, a-t-elle déclaré, partagent des relations solides et de longue date, ouvrant la voie à une collaboration future renforcée. Elle relève  que Maurice est un pays dynamique qui se porte bien en termes de développement économique à un moment où l’économie mondiale souffre de la pandémie du Covid-19. La Banque mondiale, a-t-elle rassuré, continuera à soutenir Maurice à différents niveaux.
Idah Z. Pswarayi-Riddihough s’est aussi entretenu avec le ministre des Finances, Renganaden Padayachy et la ministre de l’Égalité du genre et du Bien-être de la famille, Kalpana Devi Koonjoo-Shah. Il a été question de la situation économique du pays et de l’aide de la Banque mondiale en vue de l’élimination de la violence domestique qui fait l’objet d’un comité de haut niveau présidé par le Premier ministre.

La mission de la Banque mondiale poursuit ses consultations avec les autorités mauriciennes et les opérateurs économiques jusqu’au 9 février prochain.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour