• L’opposition PTr/MMM/PMSD réclame des “Recounts” dans huit circonscriptions et l’invalidation des résultats à Quartier-Militaire/Moka (No 8) et à Montagne-Blanche/GRSE (No 10)
  • Ramgoolam: « Des bulletins de vote imprimés chez Quad Printing »
  • Special Sitting en Cour suprême le 9 décembre avec toutes les parties concernées par les pétitions convoquées

Les pétitionnaires des principales formations politiques du pays, notamment de L’Alliance Nationale et du MMM, ont attendu les dernières heures du “deadline” de 21 jours pour formaliser leurs contestations électorales hier en Cour suprême. Les hommes de loi des personnes impliquées se sont mobilisés pour enregistrer leurs documents, réclamant à la fois un “Recounting” des bulletins de vote dans huit circonscriptions mais aussi en demandant catégoriquement l’invalidation des élections dans la circonscription du Premier ministre et leader de L’Alliance Morisien à Moka/ Quartier-Militaire (No 8), Pravind Jugnauth ainsi que celle où Navin Ramgoolam, leader de L’Alliance Nationale, a mordu la poussière, à savoir à Montagne-Blanche/ Grande-Rivière-Sud-Est (No 10). Le MMM demande un “Recounting” dans la circonscription du leader, Paul Bérenger, à Stanley/Rose-Hill (No 19), mettant à risque la troisième place du Deputy Prime Minister et leader du Muvman Liberater, Ivan Collendavelloo. Le leader de L’Alliance Nationale fait état de “tant de confusion pour aller voter et d’autant d’irrégularités dans le transferts des bulletins de vote”.

Le leader de L’Alliance Nationale et du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam, a logé hier, par le biais de ses hommes de loi, sa pétition électorale contestant les résultats des élections générales du jeudi 7 novembre dernier. Dans le document déposé en Cour suprême, il affirme qu’il détient des « first hand information » à l’effet que des bulletins utilisés lors des législatives 2019 ont été imprimés en dehors du Government Printing Office, soit chez Quad Printing, à Coromandel. « This fact casts a cloud of corruption and deviousness on the election process as there is a real likelihood that stuffing would have occurred nationwide including in Constituency No 10 », avance-t-il, en réclamant que les résultats dans la circonscription de Montagne-Blanche/Grande- Rivière-Sud-Est soient invalidés. Il réclame aussi dans la même foulée qu’au cas où cette demande d’invalidation était rejetée par la Cour suprême, qu’un “Recount” soit accordé après qu’il a établi de « sérieuses irrégularités » dans l’organisation non seulement de l’élection au No 10, mais aussi lors du décompte des voix le 8 novembre.

Le leader du PTr ne manque pas de dénoncer dans sa pétition l’utilisation « outrancière » de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) durant la campagne électorale par les nominés politiques afin d’inciter l’électorat à voter en faveur des candidats de L’Alliance Morisien. Il rappelle dans la foulée que la station de télévision nationale a d’ailleurs été rappelée à l’ordre par l’Electoral Supervisory Commission (ESC) après les contestations du PTr à la suite de la diffusion d’un reportage sur des dépenses alléguées encourues aux dépens des comptes du parti par Navin Ramgoolam. Mais pour le leader du PTr, la MBC aurait fait fi de la mise en garde de l’ESC et aurait alloué un temps d’antenne conséquent deux jours avant la tenue des élections à Somduth Dulthumun pour que ce dernier puisse appeler « la communauté hindoue à donner une leçon au leader de L’Alliance Nationale » après qu’une autre vidéo truquée ait été mise en circulation. Il soutient également que la MBC aurait privé le président de la Mauritius Sanathan Dharma Temples Federation (MSDTF) de couverture médiatique pour réfuter les propos de Somduth Dulthumun, démontrant clairement, selon lui, que « the bias of the MBC was patent and clear as it failed to present the other side of the coin ».