- Publicité -

Covid-19 : rebond inquiétant de la pandémie

Le rebond de la pandémie de Covid-19 continue de prendre des proportions inquiétantes, voire traumatisantes. Personne n’est en effet totalement à l’abri et la pandémie frappe dans tous les sens. Même les plus hauts dirigeants pays ne sont pas épargnés. Le président de la République est d’ailleurs en isolation en raison d’un cas positif dans son entourage. Plusieurs ministres, PPS et parlementaires ont soit été testés positifs, soit sont entrés en auto-isolation pour avoir été en contact avec une personne testée positive. Le nombre de décès, lui, commence à donner froid dans le dos. Les chiffres officiels communiqués par le ministre de la Santé vendredi indiquent un total de 85 morts durant la semaine écoulée, dont 65 âgés de plus de 60 ans.
Rien n’indique par ailleurs que ce nombre connaîtra une baisse. « Nous passons par une phase critique », a reconnu le ministre de la Santé vendredi, plongeant tous ceux dont des proches sont hospitalisés dans l’angoisse. Le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a, lui, lors de sa PNQ présentée exceptionnellement un vendredi, essayé de démontrer que les chiffres officiels ne reflètent pas la réalité. Il observe que le taux de mortalité enregistré durant les mois de septembre et octobre est de 657 plus que la normale enregistrée depuis 2015. Actuellement, le pays compte 1 476 cas actifs. Sachant le bouleversement que donne lieu l’enregistrement d’un cas positif dans une famille et l’angoisse créée lorsqu’un des leurs est hospitalisé, nous exprimons notre soutien et nos sympathies à toutes les familles concernées.
Alors que nous traversons cette « phase critique », n’est-il pas normal que tous ceux qui suivent la situation de près refusent de prendre comme une fatalité le nombre de décès enregistrés ? Le bon sens le plus élémentaire nous amène à nous demander pourquoi il y a autant de morts. Les infrastructures sanitaires sont-elles adéquates ? Est-ce que les traitements accordés aux malades sont appropriés ? Les services de santé disposent-ils des ressources humaines et de l’expertise nécessaires ? Le pays dispose-t-il des bons médicaments ? Comment les traitements donnés aux malades à Maurice se comparent-ils avec ceux obtenus à La Réunion ou en Inde ?
Les médias sont inondés chaque jour par des témoignages de personnes considérant que les services offerts sont inadéquats, sont dépassés ou ne disposent pas des compétences appropriées. Une personne nous raconte ainsi qu’après moult démarches, elle a réussi à transférer son mari à La Réunion, où on s’étonne du traitement offert à Maurice. Malheureusement, son mari n’a pas survécu. Toutes ces interrogations remontent logiquement au Parlement, où les parlementaires, en particulier le leader de l’opposition, ont parfaitement le droit de chercher des réponses, de mettre en lumière les défaillances et de forcer les autorités à apporter les corrections nécessaires.
Le problème, c’est que le ministre de la Santé accueille ces interrogations comme des insultes au corps médical, dans lequel, il n’y a aucun doute, on trouve des professionnels extrêmement compétents, qui ont le soutien du public. Or, son rôle ne consiste pas uniquement à veiller à ce que le personnel des services de santé opère dans les meilleures conditions et le meilleur environnement possibles, mais aussi à veiller à ce que la population, dont il est le garant au Parlement, obtienne les meilleurs services, les meilleurs médicaments.
Si le service médical était 100% parfait, il n’y aurait pas eu autant de cas de négligences médicales. Le ministre doit savoir qu’il n’est le représentant des médecins ou membre du Medical Council, et au lieu de prendre les critiques de l’opposition comme des attaques personnelles, il aurait dû les prendre comme des pistes de réflexions pour apporter les corrections nécessaires, notamment en ce qui concerne les commandes de médicaments. Il est cependant bon de savoir qu’enfin, le personnel médical, les femmes enceintes et ceux ayant une comorbidité obtiendront un bon vaccin comme “booster”.
Par la force des choses, la situation sanitaire a occulté les résultats de la COP 26, à Glasgow. Fabrice David estime dans une interview accordée au Mauricien que le pacte climatique de Glasgow est décevant pour le climat, pour la planète et, surtout, pour les petits États insulaires. Nous y reviendrons.

- Publicité -
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour