- Publicité -

David Crowther : « La responsabilité sociale n’est pas une option à part »

L’Université des Mascareignes accueillera, pour la première fois, la 19e conférence sur la responsabilité sociale des entreprises et la dixième conférence sur la gouvernance des entreprises. Ces deux événements sont prévus du 7 au 10 septembre. Ces deux conférences, qui réuniront également des participants étrangers, ont pour objectif de revoir les notions de responsabilité sociale des entreprises à un moment où le Covid-19 n’a pas épargné le monde des affaires. David Crowther, président du Social Responsibility Research Network et professeur à l’Université de Bedfordshire au Royaume-Uni et membre organisateur de cette conférence, sera l’un des conférenciers principaux.

- Publicité -

L’université des Mascareignes accueillera pour la première fois à Maurice la 19e conférence internationale sur la responsabilité sociale des entreprises et la dixième sur la gouvernance organisationnelle. Quels sont les objectifs de ces deux conférences ?
La conférence poursuit les mêmes objectifs chaque année. Il y a un petit nombre de personnes, où qu’elles soient, qui sont concernées par ces questions. C’est pourquoi nous nous réunissons à l’échelle mondiale pour discuter de ces questions et échanger des idées. L’expérience nous a démontré qu’une idée dans une partie du monde peut créer une solution à un problème dans une autre partie du monde, mais ce n’est que par les discussions et l’échange d’idées que cela devient visible.

Il est également clair que les meilleures pratiques continuent de se développer et peuvent être partagées dans le monde entier. Bien entendu, les meilleures pratiques ne proviennent pas d’un seul endroit mais du monde entier. Le partage est le meilleur moyen de comprendre et de développer. De même, un grand nombre de bonnes idées ont vu le jour lors de nos conférences, grâce à des discussions entre des personnes venant d’endroits différents – le débat d’idées est la raison d’être d’une conférence.

Nous avons pour objectif d’organiser nos conférences dans un lieu différent chaque année afin que les gens puissent au moins assister à certaines de nos conférences. Ainsi, au fil des ans, nous avons visité tous les continents et de nombreux pays.

Comment la responsabilité sociale des entreprises a-t-elle évolué au fil du temps ?
Il faut un livre pour répondre à cette question ! Je peux recommander plusieurs de mes livres à cette fin, mais vous pourriez peut-être commencer par notre récent Palgrave Handbook of Corporate Social Responsibility – ou mes livres Managing Finance : a Socially Responsible Approach ou A Social Critique of Corporate Reporting.

Pour répondre à cette question, je dirais donc que l’attention s’est tournée vers la compréhension que les piliers du développement durable de Bruntland (croissance économique, protection de l’environnement et équité sociale) doivent réellement être égaux et que l’équité dans le monde entier est essentielle. Je dirais également que les gens acceptent progressivement mon argument selon lequel l’avenir est plus important que le présent pour la prise de décision et doit être évalué en conséquence.

La pandémie de Covid-19 risque d’avoir un impact sans précédent sur l’économie mondiale depuis la Grande Dépression des années 1930. Quel pourrait être l’impact profond de la pandémie sur la responsabilité sociale des entreprises ?
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prédit que cette pandémie risque de se reproduire avec d’autres virus et que nous devons donc nous y préparer. Dans le même temps, les Nations unies ont souligné que l’humanité est confrontée à une crise bien plus grave, celle du changement climatique, qui sera bien plus importante et plus sévère que n’importe quelle pandémie. Nous devons donc comprendre les priorités et réagir en conséquence.

Ces deux événements ont montré que l’isolement – pour les personnes, les entreprises et les nations – n’est pas vraiment possible. Cela nous a montré une fois de plus que la responsabilité sociale n’est pas une option à part, mais qu’elle est essentielle pour prendre soin de nous-mêmes en prenant soin des autres. Mais cela a toujours fait partie du message du Social Responsible Research Network.

Est-il vrai que la crise a poussé les entreprises à évaluer leur engagement en matière d’éthique commerciale et de responsabilité sociale ? En cette ère d’incertitude, les compagnies contribuent-elles volontairement à la responsabilité sociale des entreprises ?
Les chefs d’entreprise me disaient il y a 20 ans que la responsabilité sociale des entreprises représentait un coût et qu’ils ne pouvaient pas se le permettre. Aujourd’hui, ils me disent que la responsabilité sociale des entreprises est une partie essentielle de leurs activités et qu’ils ne peuvent pas se permettre de ne pas la mettre en œuvre !
À mesure qu’elle est devenue plus ouverte et mieux comprise, il est de plus en plus évident qu’elle fait partie de l’activité commerciale. La pandémie a renforcé les besoins de collaboration dans le cadre des activités commerciales – et donc la nécessité de la responsabilité sociale des entreprises.

Il semble que les entreprises aient essayé de tirer profit de cette crise. Êtes-vous d’accord ?
Malheureusement, il y a des gens qui cherchent à profiter de toute situation. Aucune entreprise cherchant à continuer à exister ne le fera car elle comprend que la recherche du profit à court terme ne mènera jamais à une existence continue.

Le Covid-19 pourrait-il inciter les entreprises à obtenir des gains à court terme par la fraude et la mauvaise conduite ? Et en raison d’un manque de ressources financières, pourraient-elles diminuer leurs investissements en matière de responsabilité sociale. Pensez-vous que les règles de bonne gouvernance doivent être plus strictes pour les entreprises qui agissent de la sorte ? Ou devrions-nous être plus indulgents envers les entreprises en raison de la crise ?
La fraude et la mauvaise conduite sont endémiques et ne sont pas liées au Covid. Ce ne sont pas les entreprises qui commettent des fraudes et des inconduites, ce sont les gens qui le font. Ils le font lorsqu’ils pensent qu’ils peuvent se comporter de cette manière sans être sanctionnés ; c’est une question de culture d’entreprise et de société qui le permet.
L’objectif de la gouvernance est d’empêcher ces comportements répréhensibles. Les règles de bonne gouvernance sont donc nécessaires et ne doivent jamais être assouplies par rapport aux circonstances. Mais l’un de mes arguments a toujours été qu’une bonne gouvernance n’a pas seulement besoin de bonnes règles mais aussi d’une application.
Malheureusement, il arrive trop souvent que des règles de bonne gouvernance soient établies mais tombent en désuétude parce qu’il n’y a pas de contrôle ni de sanction en cas d’échec. Les gens semblent penser que si la bonne gouvernance est introduite et fonctionne bien, c’est tout ce qu’il faut. Mais le contrôle est également un élément essentiel de la bonne gouvernance. La pandémie n’y change rien.

La pandémie offre-t-elle des opportunités à ceux qui ont une approche plus attentive et plus consciencieuse de la responsabilité sociale des entreprises ?
De telles opportunités existent toujours. La pandémie n’a fait que renforcer l’importance de la collaboration et du souci des autres.

Les entreprises ont-elles diversifié leurs stratégies et leurs agendas en raison de la pandémie de Covid-19 ?
Oui, elles l’ont fait. Si ce n’est pas le cas, elles doivent vraiment le faire. La nécessité de la résilience a été soulignée, tout comme la compréhension de la nécessité d’un plan d’urgence. Cela est, bien sûr, tout aussi important pour le changement climatique. Les meilleures entreprises l’ont toujours compris et les autres ont du mal à le faire.

De nombreuses entreprises ont été mises en faillite, voire au bord du gouffre, à cause de la pandémie. Est-il facile d’être plus éthique et socialement responsable, en particulier lorsque les ressources sont limitées ?
Ce n’est pas le cas ; l’éthique et la responsabilité sociale ont toujours fait partie intégrante de la réussite des entreprises. La pandémie n’a fait que le souligner et montrer la nécessité de la collaboration. La réussite commerciale à long terme dépend de la collaboration plutôt que de la concurrence. Pour comprendre la situation, il convient de lire le récent ouvrage de Shahla intitulé The World’s Future Crisis : Extractive Resource Depletion.

Faut-il repenser les idées de la responsabilité sociale des entreprises ?
Toujours. La responsabilité sociale des entreprises n’est pas un concept statique, mais un moyen pour nous tous de remplir nos obligations envers le reste de la société. Ce qui est primordial aujourd’hui est différent d’hier et le sera certainement demain. Nous devons réagir aux circonstances, mais plus important encore, nous devons anticiper ces circonstances. La responsabilité sociale des entreprises peut contribuer à cette anticipation.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour