- Publicité -

Désiré Elliah, président de l’AHRIM : « L’avenir reste encore flou »

  • Les hôteliers face à une facture additonnelle de dettes de Rs 15 milliards

L’assemblée générale de l’Association des Hôteliers et des Restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM) a élu Désiré Elliah, Chief Executive Officer (CEO) de Lux Island Resorts Ltd, à la présidence pour un mandat d’un an. Il succède à Jean-Michel Pitot, qui a assumé cette fonction depuis juillet 2018. Thierry Montocchio a été désigné vice-président de l’association. Saluant l’action de son prédécesseur Jean-Michel Pitot, Désiré Elliah a dit qu’il entend poursuivre le dialogue fructueux et constant mené avec le partenaire du gouvernement pendant cette crise de pandémie de Covid-19, « un dialogue d’autant plus nécessaire que la guerre contre le Covid n’est pas terminée ». Pour le nouveau président, l’avenir reste plein d’incertitudes avec l’augmentation des variants, le ralentissement du déploiement des vaccins sur certains des marchés importants, la perception persistante des risques liés aux voyages internationaux.

- Publicité -

« Nous sortons de deux années extrêmement difficiles et l’avenir reste encore flou. Nous avons pu traverser cette crise en unissant nos idées, nos moyens à ceux du gouvernement et cela doit continuer. La priorité de mon mandat sera de maintenir ce dialogue privé-public pour résoudre les autres défis qui nous guettent. Restituer à l’industrie une situation financière saine, faciliter l’ouverture à des marchés autres que nos marchés traditionnels, maintenir l’excellence de notre service par la formation et soigner la qualité de notre environnement », a déclaré Désiré Elliah.

Il a estimé que ce n’est pas par hasard que l’AHRIM a choisi un expert-comptable de formation pour la représenter. « Doit-on en comprendre que le challenge de l’industrie est financier d’abord ? Il l’est, sans aucun doute. S’assurer qu’elle a les reins solides pour continuer à soutenir, de façon pérenne, l’économie du pays et les 40 000 familles qui en vivent directement, ainsi que les autres qui en dépendent indirectement. Voilà le défi que nous devrons relever. Ces 18 mois d’inactivité nous laissent à sec, avec une dette supplémentaire de Rs 15 milliards. Une dette qu’il nous prendra bon nombre d’années à rembourser », poursuit-il.

Le nouveau président de l’AHRIM a expliqué qu’il est difficile à ce stade d’estimer « le temps que cela prendra », mais a insisté sur le fait que toute l’industrie est déterminée à travailler d’arrache-pied pour retrouver sa profitabilité et qu’elle ne lésinera pas sur les moyens pour « honorer l’aide financière mobilisée par le gouvernement », laquelle a permis aux opérateurs touristiques de traverser cette période difficile. Abordant les emprunts auprès de la Mauritius Investment Corporation, Désiré Elliah a reconnu que générer les revenus nécessaires pour honorer cette dette ne sera pas une tâche aisée pour les hôteliers, mais il s’est dit convaincu que ces derniers sauront respecter les conditions attachées à ces prêts.

« L’incertitude permanente qui caractérise cette pandémie et les mauvaises surprises qu’elle pourrait encore nous réserver font que l’avenir demeure flou. Mais cet avenir présente aussi des lueurs d’espoir », a-t-il dit. Car l’envie de voyager a été décuplée par le confinement. Elle n’a, selon lui, jamais été aussi forte. « Car 70% des voyageurs du Royaume-Uni, du Japon, des États-Unis disent vouloir augmenter leur budget voyage. Et ils envisagent des séjours plus longs. »

Le président de l’AHRIM a également mis l’accent sur la diversification et la nécessité de nous ouvrir aux marchés russe ou scandinave et de nous positionner plus fortement sur l’axe Asie-Afrique. « Il faut partir à la conquête de ces nouveaux touristes, il est absolument nécessaire que nous donnions à Air Mauritius de nouvelles ailes. Diversifions donc encore nos marchés pour assurer à l’industrie, à l’économie des revenus pour se reconstruire. »

Expert-comptable et Fellow of the Association of Chartered Certified Accountants, Désiré Elliah a commencé sa carrière chez Lux Island Resorts en 2003 en tant que Chief Financial Officer et est ensuite nommé au conseil d’administration de LIR en octobre 2004. Durant sa carrière au sein de LIR, Désiré Elliah a acquis une solide expérience et une expertise considérable dans les diverses spécialisations du secteur touristique et hôtelier. Son dernier projet est l’ouverture du Lux* Grand Baie en 2021. Il est un membre actif de la commission financière de l’AHRIM. Il a aussi été le vice-président de l’association durant ces trois dernières années.

Le conseil exécutif 2021/22 est également composé de Jean-Michel Pitot, Jacques Brune, Karine Curé, Mathieu de Tonnac, François Eynaud, Fabio Meo, Rolph Schmid, Nicolas Staub, Jean Jacques Vallet, Tommy Wong, Patrice Legris, Oscar Olsen, Geneviève Dardenne, Ludovic Lagesse et Clifford Ng.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour