- Publicité -

Deux ougandaises interceptées avec Rs 30 millions d’héroïne

La Customs Anti Narcotics Section (CANS), basée au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, a intercepté deux mules ougandaises. Elles avaient ingurgité un total de 160 boulettes d’héroïne d’une valeur marchande Rs 30 millions. Shamim Nakire (28 ans), une coiffeuse de la région de Bweyo Gedere, et Christine Eudu Amayo (43 ans), se disant être une femme d’affaires originaire de Kiwanga-Mukono, sont arrivées à Maurice dans la soirée du 6 mai à bord du vol KQ 270, en provenance de Nairobi, Kenya. Les douaniers ont vite repéré ces deux femmes qui voyageaient léger et qui se déplaçaient avec beaucoup de précaution.

- Publicité -

Ils ont également appris que les deux femmes n’avaient pas consommé de la nourriture durant leur voyage pour ne pas se rendre aux toilettes. Alors qu’elles s’apprêtaient à passer le Green Channel, des officiels de la CANS les a stoppées pour une vérification de leurs papiers. Les Ougandaises en étaient à leur première visite à Maurice sous un visa de touriste pour dix jours. Elles devaient loger dans un hôtel à Grand-Baie.

Les officiers ont vérifié leurs bagages où ils n’ont trouvé rien d’anormal. Shamim Nakire et Christine Eudu Amayo ont alors dû se soumettre à une inspection dans le nouvel appareil de Body Scan à l’aéroport. Et la CANS devait déceler une anormalité dans leur estomac. Les mules ont alors avoué avoir ingurgité des boulettes de drogue avant leur arrivée à Maurice. Les suspectes ont, par la suite, été confiées à l’équipe du chef inspecteur Goinden qui les a emmenées à l’hôpital Nehru de Rose-Belle pour un X-ray. Puis, elles ont été placées en observation sous la surveillance de la police.

Entre le 7 et le 12 mai, Shamim Nakire a restitué 70 boulettes d’héroïne pesant 868 grammes. La valeur de la drogue est d’environ Rs 13 m. De son côté, Christine Eudu Amayo a restitué 90 boulettes d’héroïne pesant 1,12 kg. Le montant de la drogue est de Rs 16,9 m.

Les deux Ougandaises ont obtenu leur décharge de l’hôpital, jeudi, et elles ont été conduites aux Casernes centrales. Elles ont expliqué qu’un homme leur avait apporté les boulettes d’héroïne qu’elles ont avalées avant leur départ de Nairobi. Cet individu leur a remis un portable sur lequel un contact local devait les appeler. Mais elles n’ont reçu aucun appel.

Les mules ont été placées en cellule au centre de détention de Moka. Elles font l’objet d’une accusation provisoire d’importation de drogue. Cette enquête se déroule sous la supervision du surintendant Jean Pierre.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour