Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, prévoit de rencontrer la presse vendredi afin de passer en revue la situation économique à deux mois de la fin de l’année. Il fera ainsi le point sur la série de rencontres qu’il a eues avec les différents partenaires économiques, dont les opérateurs du secteur privé et d’autres institutions du pays. Très probablement, les premiers détails du plan de relance de l’économie post COVID-19 évoqué lors des récentes consultations avec Business Mauritius pourraient être rendus publics.

Par ailleurs, lors d’une fonction pour marquer Statistics Day, hier, le ministre des Finances avance que la période de confinement a fait chuter le Produit intérieur brut de Maurice de 15%. Et au début du troisième trimestre une reprise des activités a été notée par rapport au deuxième trimestre à cause du confinement. « Je ne dis pas qu’on fait mieux que l’année dernière », dit-il tout en soutenant que le secteur touristique et des voyages est complètement à l’arrêt. En vue d’aider l’économie à reprendre, une stratégie est élaborée et il faut être proactif et suivre « au jour le jour » l’impact de ces mesures. « Nous annoncerons une série de mesures pour accélérer la reprise économique par rapport au point bas que nous avons eu au deuxième trimestre. » Cette stratégie, ajoute Renganaden Padayachy, devra prendre en compte que la COVID-19 n’est pas un « fait divers » et qu’il faudra être proactif.

Dans sa revue trimestrielle, la Chambre de Commerce et d’Industrie prévoit que le Produit intérieur brut du pays tournera autour de Rs 440 milliards en 2020.  Cependant, des facteurs tels que la cessation des activités pendant le verrouillage ainsi que la quasi-absence d’arrivées touristiques pendant le trimestre de juillet à septembre, ainsi que l’incertitude sur les flux commerciaux résultant du fait que les pays du monde se trouvent à des stades différents de confinement devraient affecter la reprise économique.

Dans l’état actuel des choses, le FMI a révisé à la baisse les projections de croissance 2020 pour Maurice à -14,2% en octobre contre -12,2% en juin.  Cela souligne le fait que les économies dépendantes du tourisme comme Maurice ont été durement touchées en raison des restrictions aux voyages transfrontaliers. Maurice dépend en effet fortement du tourisme pour ses recettes fiscales et ses devises, le secteur ayant une contribution significative au PIB.