ASTRID CASSIA, 
Coprésidente de ELI Corps, 
Pour ELI Africa.
MATHIEU T DACRUZ, 
Co-Vice-Président de ELI Corps, 
Pour ELI Africa.

Une semaine après la Journée internationale de l’enfance, il nous semble invraisemblable de ne pas revenir sur ce terrible meurtre qui a terni nos cœurs et endeuillé toute une nation. Sept ans après l’affaire Gabriel Fernandez, qui avait alors défrayé la chronique aux États-Unis, une chose que personne n’envisagerait sur notre île paradisiaque se produisit : le meurtre d’un enfant de deux ans. Ces deux ans qui symbolisent avant tout une insouciance, une fragilité dont certains se sont permis de profiter en lui ôtant la vie.

Chez ELI Africa, ces évènements nous forcent infailliblement à nous poser des questions qui doivent subsister, même en 2020. Ces questions qui nous aideront sans doute dans notre tentative à changer, à améliorer le quotidien de ces frêles âmes qui doivent évoluer dans un monde si dur, si rustre, si impitoyable. C’est dans cette optique que notre ONG, initialement fondée à l’Université de Yale aux États-Unis, a lancé son antenne ELI Corps en 2011. Nous nous focalisons sur le bien-être et le développement holistique de l’enfant défavorisé et ce, peu importe sa communauté ou même sa couleur de peau. Un but perçu comme noble par certains mais que nous percevons comme étant absolument normal, surtout en ces temps où l’unité est si nécessaire.

En chiffre, nous sommes plus de 80 membres, dont plus d’une vingtaine se rendant à nos deux « ELI Schools » hebdomadairement. Nos écoles se situant à Bambous et à Résidence Kennedy respectivement, nous prenons sous nos ailes de jeunes enfants du quartier, souvent issus de famille dont la vie n’a pas fait de cadeau. Après les heures de cours à l’école, ces jeunes enfants rejoignent quotidiennement nos volontaires et des professeurs qui leur fournissent une attention particulière et les aident dans leur développement holistique, dont académique.

Le même but en tête, le vendredi 20 novembre dernier, nous célébrions la Journée internationale de l’enfance dans nos écoles. Un évènement fécond qui a vu l’importance des droits des enfants être inculqués à nos jeunes apprenants et pendant lequel nos volontaires ont pu individuellement échanger avec les plus jeunes.

De g. à dr., Shruti Museliah, Operations Officer de ELI Africa et Anya Bhikajee au ELI School de Résidence Kennedy

Anya Bhikajee, Vice-Présidente de la branche Endemic Roots de l’ONG ELI Africa et étudiante de PhronesisUSA, qui était présente au ELI School de Résidente(Cité)-Kennedy, en parle : « Cet évènement a avant tout été organisé pour permettre aux enfants d’avoir une zone neutre afin qu’ils puissent se faire entendre et laisser ressurgir leurs soucis éventuels. Nous avons principalement privilégié des séances individuelles où nous avons pu tendre l’oreille pour écouter ce que renferment ces jeunes âmes encore si innocentes. Nos volontaires n’ont aucune obligation quelconque de mener ce combat mais j’ose dire qu’ils se livrent corps et âme pour une seule raison ;  ces sourires si angéliques et si naïfs qui se tissent sur les visages des enfants. »

« Je suis un enfant. Je suis important. »  C’est ce qu’ont écrit la cinquantaine d’enfants à ELI Africa, le vendredi 20 novembre dernier, journée mémorable. Petits sandwichs, sucreries et gâteries… Tout était au rendez-vous.

Après avoir complété un laconique discours en leur honneur, la coprésidente de la branche Corps de l’ONG ELI Africa et élève de PhronesisUSA, présente au ELI School de Bambous, a été émue de voir que plusieurs d’entre eux avaient retenu le message. Une compile de photos et de vidéos leur a également été présentée. Leurs droits étaient au centre de nos allocutions : le droit à la santé, à l’éducation, et le droit d’être aimés. Certains en avaient même les larmes aux yeux et disaient qu’ils ne savaient pas que beaucoup de personnes se mobiliseraient pour leur faire vivre une enfance mémorable et les préparer à améliorer la société de demain.

Des enfants assistant à une causerie lors de la Journée internationale de l’enfance à Résidence Kennedy

Petite anecdote ; ils étaient plus intéressés à écrire leurs pensées et sentiments d’enfants, que de déguster ce qui leur avait été préparé !

À ELI Africa, nous essayons humblement de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à leur éducation, mais surtout pour que ces enfants s’épanouissent pleinement.

Alors, un message à la population mauricienne, n’attendez pas la Journée mondiale des enfants pour agir… Aidons et aimons ces enfants au quotidien !

Nous remercions PhronesisUSA pour nous avoir permis de rejoindre la merveilleuse ONG ELI Africa et pour plus d’informations sur notre ONG, rendez-vous sur notre site internet, www.eli-africa.org.