- Publicité -

Et si les institutions fonctionnaient…

Devant le déferlement et la répétition d’allégations et d’accusations touchant même le cœur de l’Establishment politique, au point de le paralyser alors qu’on leurre le Mauricien avec une relance après l’arrêt instantané des activités économiques, sociales et politiques en raison de la pandémie du Covid-19, le fonctionnement des institutions et la Constitution entrent en jeu. Et dans la conjoncture, qui risque de se détériorer de manière dramatique avec les dernières tendances, ces institutions, qui en 54 ans d’indépendance ont sauvé tant bien que mal le tissu démocratique, économique et social, ont encore le potentiel de se ressaisir et de se mettre à la hauteur de la situation. Surtout de fournir ce fil d’Ariane permettant à la nation mauricienne de naviguer hors de ce labyrinthe, jalonné de Tainted Truths et de contre-vérités.

- Publicité -

Ces mêmes institutions, de par leur contribution au maintien du Law and Order, indépendamment de la puissance ou de l’auréole des parties concernées en tant que dénonciateurs ou de Party Charged, et ressemblant aux cailloux de Petit Poucet, montrant à ce dernier et à ses frères le droit chemin du retour à la maison. Alors que tout était contre eux pour les perdre dans la forêt suite à une décision déterminée de leurs aînés.

Mais, tout cela relève de la mythologie ou des contes de fée. Aujourd’hui, le quotidien se conjugue à l’informatique où le Show le plus virtuel est considéré comme la réalité. N’y a-t-il pas le terme téléréalité ? Toutefois, pour revenir au fonctionnement des institutions, il y a des hommes qui y sont placés avec des mandats assurant la pérennité de l’État en dépit des circonstances.

Les aînés adorent rappeler à la jeune génération en guise d’héritage, qu’à cette époque « there were men of Honour ». Et surtout qui savait dire non face à des dérives en tous genres. L’ancien Chief Executive Officer (CEO) de Mauritius Telecom, Sherry Singh, un ancien Top Chef de Lakwizinn du PMO, a choisi sa voie pour dénoncer la Third Party Access Saga à la Landing Station de Baie-du-Jacotet du vendredi 15 avril dernier.

La dénonciation de cette infraction à la sécurité nationale et surtout cette atteinte à la réputation d’intégrité de la République de Maurice sur le front international, est intervenue six semaines après. Sherry Singh a ses raisons ; comme le dit si bien Blaise Pascal, « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point ».

Mais ce qui compte c’est que Maurice dispose d’outils institutionnels efficaces pour qu’elle ne soit pas transformée en république bananière de la pire espèce car le réseau de câbles internet SAFE transitant à Baie-du-Jacotet entre l’Asie du Sud-Est vers l’Afrique australe pour poursuivre sa route vers l’Europe est une composante importante assurant cette probité républicaine des affaires de la Cité.

Pour démêler l’écheveau de cette opération de « Sniffing » avec au moins 21 des 47 Links de la Baie-du-Jacotet Landing Stations Tampered with pendant au moins deux minutes dans chaque cas, la réponse à l’énigme du Sphinx revêt toute sa pertinence. Comme dans La Machine Infernale de Jean Cocteau, c’est l’Homme.

À la tête de ces institutions sous la Constitution pour assurer la sécurité de chaque Mauricien se trouve un homme. Que ce soit au Prime Minister’s Office, à la tête de la force policière ou du Central CID ou encore du Board de l’Information Communication Technologies Authority ou encore de l’Independent Commission Against Corruption, sans oublier la Data Protection Commission des hommes ont été choisis pour assurer des mandats bien spécifiques en vue d’assurance contre des abus en tous genres.

Les Law-Abiding Citizens que sont les Mauriciens rechignent dans l’enquête « Sniffing » du réseau d’internet un scénario du vendredi 18 septembre 2020 où un crime atroce avec un corps calciné dans un champ de cannes à Telfair, Moka, est classé comme un suicide par les enquêteurs de la police. Sans nulle autre forme de procès.Avec ces derniers développements dans le dossier de ce Third Party Illegal Access au Safe Network les hommes à la tête de ces institutions multidisciplinaires et compétentes ont le devoir de faire preuve de ce Redeeming Factor, pour fait la grandeur de chaque homme. La balle est irrémédiablement dans les pieds de ceux qui aspirent à être des Constitutional Role Models au sein de la société. Forceful and effective action needed.

L’heure n’est plus au fait que The show must go on à la manière du groupe Queen ou encore Apocalypse Now de The Doors mais bien plus à We shall overcome de Joan Baez. Maurice a un urgent besoin de rétablir son honneur…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour