- Publicité -

Finance décentralisée : Développer la blockchain en prévoyant des garde-fous

– Benito Elisa : « We want a well-regulated environment, where investors are protected »

- Publicité -

Le Global DeFi Investment Summit, consacré à la finance décentralisée, organisé par Gulf Xellence Private Ltd en partenariat avec la firme locale Wakanda 4.0 qui agit comme “technology partner”, a réuni récemment la communauté crypto, les porteurs de projets DeFi et NFT’s, investisseurs, techpreneurs, experts et développeurs en blockchain.

Benito Elisa, CEO de Wakanda 4.0, explique que la finance décentralisée désigne les applications financières construites sur les technologies blockchain, utilisant généralement des contrats intelligents (smart contracts). Les contrats intelligents sont des accords exécutoires automatisés qui n’ont pas besoin d’intermédiaires pour être exécutés et auxquels toute personne disposant d’une connexion Internet peut avoir accès. Il a mis l’accent sur les possibilités immenses liées à la blockchain et aux crypto-monnaies.
« Bitcoin was launched in 2009, at $0.2 and reached an all-time high price of USD 69k last month. There has been exponential growth in the blockchain and crypto space. As of yesterday, the total market cap was USD 2.5 trillion. Fintech is not only about mobile payment and digital banking. Blockchain is and will remain the most important underlying technology for the Fintech Industry », a souligné Benito Elisa. Il a plaidé pour que Maurice ait un cadre légal spécifique dédié à l’industrie fintech, cela afin de mieux positionner notre juridiction comme “hub” dans la région.

Concernant le Virtual Asset Bill adopté en cette fin d’année par l’Assemblée nationale, il déclare : « I sincerely hope this will have a positive impact on the Fintech landscape of Mauritius and Africa. Also, we need to give serious consideration to the FATF Recommendations with regards to the Blockchain and Cryptocurrency industry. We want a well regulated environment, where investors are protected and where every single transaction is recorded and logged on the Blockchain and help our jurisdiction to combat money laundering and terrorist financing. »

Le CEO de Wakanda 4.0 indique que Gulf Xellence prévoit un Mega Event à Dubaï en mars prochain : le Global Tech Innovation Summit dont le premier jour sera consacré aux femmes dans le secteur de la blockchain. Il a ainsi encouragé les femmes mauriciennes à participer à cet événement.

Le ministre des Services financiers, Mahen Seeruttun, s’est appesanti sur l’importance de la réglementation dans le domaine de la blockchain. Il a rappelé que la Financial Services Commission a créé de nouvelles Licensable Activities”, dont les Custodian Services for Digital Assets, Peer to Peer lending, Framework for Security Token Offering et le Digital Asset Market Place, entre autres. Se référant au Guidance Note sur les actifs digitaux, Mahen Seeruttun a souligné que « cryptocurrencies are not legal tender in Mauritius but have “value” since they are exchangeable for other things having value, thereby showing characteristics akin to physical commodities such as precious metals ».

Mahen Seeruttun a expliqué que la finance décentralisée permet désormais à des millions d’individus de prêter, d’emprunter, de faire du commerce et épargner, sans passer par des intermédiaires financiers « all without the permission of companies whose interests may not always align with their customers ». Et dans un contexte de pandémie, la finance décentralisée s’avère encore plus pertinente à cause de la nécessité d’éviter les contacts physiques.

Toutefois, malgré l’attrait de la blockchain, la réglementation demeure un élément clé. « The regulatory framework cannot be amended nor overhauled in a haphazard manner as it must ensure that neither the stability and soundness of our financial system nor the reputation of our jurisdiction is jeopardized in the process », a dit le ministre des Services financiers. Maurice se base sur les recommandations du Basel Committee on Banking Supervision, du Financial Stability Board, du FMI et du GAFI « which have realized that fintech must be properly regulated to maintain the stability and soundness of the financial systems ».

Et Mahen Seeruttun de préciser : « Most, if not all, international standard setters have underscored that fintech have resulted in new business models, applications, processes, or products. These changes have, in turn, had an effect on financial markets and institutions which may have a potential impact on the monetary and financial stability. »

La finance décentralisée est un secteur en pleine mutation qui révolutionne l’ensemble du marché financier mondial avec une capitalisation boursière de plus de USD 141 milliards (à octobre 2021). L’engouement pour les ‘Non Fungible Tokens’, l’écosystème blockchain, l’investissement dans les crypto-monnaies, sans oublier les politiques et réglementations des “digital currencies”, ont d’ailleurs été au cœur des discussions lors de ce Global DeFi Investment Summit, qui s’est tenu au Caudan. L’objectif était d’accroître la sensibilisation au DeFi dans notre région. Des projets ont été présentés et tous les participants ont pu se familiariser avec les derniers développements dans le secteur, et nouer des contacts avec de potentiels investisseurs et sponsors.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour