Football – Euro 2024 (Demi-finales) : L’Angleterre arrache sa deuxième finale de suite

Trois ans après sa finale perdue face à l’Italie à Wembley, l’Angleterre va de nouveau tenter de décrocher son premier titre continental après avoir battu les Pays-Bas (2-1), hier soir, en demi-finale. Un petit bijou d’Ollie Watkins dans le temps additionnel a libéré les hommes de Gareth Southgate qui affronteront l’Espagne, dimanche en finale de l’Euro 2024.

- Publicité -

À Dortmund, où le rapport de force en tribune leur était défavorable, les Three Lions ont dompté la vague orange des supporters adverses et éteint les espoirs néerlandais, encore déçus pour la quatrième fois d’affilée à ce stade de la compétition (après 1992, 2000, 2004).

Les Anglais ont gagné cette bataille de chaque instant avec le coeur et leur talent, celui du banc d’où est sorti Ollie Watkins pour crucifier la bande de Ronald Koeman à la 91e minute. Au coup de sifflet final, le capitaine Harry Kane qu’il a remplacé a été le premier à se jeter dans les bras du buteur d’Aston Villa, suivi par une bande furieuse et joyeuse de joueurs en liesse. « Il reste un match pour entrer dans l’histoire », a lancé Kane. « Le parcours a été difficile, mais il reste un match. 90 minutes, 120 minutes, des tirs au but, peu importe ce qu’il faudra, nous serons là. J’ai hâte d’y être ».

Sweet Caroline, l’hymne des supporters anglais, a envoûté les travées occupées par ces derniers, ivres de joie, et pas seulement. Ils ont vu leur équipe comme ressuscitée après un tour plus que poussif, animée par un entrain et une harmonie pas encore aperçus en Allemagne. Le mérite revient aussi au sélectionneur Gareth Southgate, audacieux dans ses changements en cours de match, malgré la lourde pression sur ses épaules. Ses joueurs affronteront l’Espagne, dimanche à Berlin, dans la première finale disputée par l’Angleterre hors de ses terres. Ils espéreront faire mieux qu’en 2021 face à l’Italie (défaite aux tirs au but), et aussi bien que leurs aînés de 1966, champions du monde à domicile.

Coaching gagnant

Les Anglais ne s’étaient d’abord pas laissés déstabiliser par la superbe ouverture du score précoce adverse, signée Xavi Simons, auteur d’une surpuissante frappe lointaine du droit en diagonale et en extension, après un ballon chipé à Rice (7e). Ainsi, une tentative lointaine de Kane, obligeant Verbruggen à réussir une parade compliquée (13e) a vite sonné la révolte des hommes de Gareth Southgate. Dans la foulée, l’avant-centre du Bayern a été touché par Dumfries sur une reprise trop enlevée (14e) et M. Zwyer, interpellé par le VAR, a accordé un penalty, que Kane a transformé avec un grand sang-froid à ras de terre (18e).

Dumfries s’est ensuite rattrapé en réalisant un sauvetage miraculeux sur sa ligne devant Foden (23e). Le latéral droit de l’Inter Milan a même failli redonner l’avantage aux Oranje, sa tête sur un corner de Xavi Simons heurtant la barre de Pickford (30e). Mais ce sont bien les Three Lions qui dominaient alors largement la partie et ont failli marquer par Foden, qui a touché le poteau d’une frappe enroulée du gauche (32e), puis a buté sur un Verbruggen vigilant (39e).

Le sélectionneur néerlandais, Ronald Koeman, l’a bien senti et quand il a fallu remplacer l’attaquant Memphis Depay, touché à une cuisse, c’est un milieu défensif qui est entré en jeu : Joey Veerman (35e). Lors d’une seconde période où le rythme est carrément retombé, un coup franc de ce dernier a trouvé la reprise du gauche de Van Dijk, superbement déviée par Pickford (65e).

Et après une reprise du droit écrasée par Xavi Simons (78e) et un but de Bukayo Saka refusé pour un hors-jeu de Walker (79e), l’Angleterre a marqué sur sa seule véritable occasion de la seconde mi-temps, grâce à deux entrants — Cole Palmer passeur et Ollie Watkins, buteur, à la 91e minute, quel coaching gagnant de Southgate ! — juste avant le temps additionnel. Déclenchant ainsi la liesse indescriptible de ses supporters à Dortmund. De quoi libérer tout un pays, qui espère, une fois de plus, voire le trophée Henry Delaunay revenir à la maison.

À noter que contrairement à la Coupe du Monde, l’Euro ne prévoit pas de petite finale pour la troisième place.

 Les chiffres à retenir …

1

L’Angleterre n’a perdu qu’un seul de ses 20 derniers matches de compétition (12 victoires, 7 nuls).

1bis

Les Pays-Bas n’ont remporté qu’une seule de leurs six demi-finales de l’Euro.

2

L’Angleterre se qualifie pour sa deuxième finale de l’Euro, trois ans seulement après la première, perdue aux tirs au but face à l’Italie.

3

Les dernières finales de l’Euro chez les hommes (2024) et les Espoirs (2023) auront été des Angleterre-Espagne. Tout comme la finale de la Coupe du Monde féminine 2023.

4

Finaliste en 2021, l’Angleterre devient la 4e équipe à enchaîner 2 finales à l’Euro après l’URSS (1960-1964), l’Allemagne (1972-1976, 1976-1980, 1992-1996) et l’Espagne (2008-2012).

5

Les Pays-Bas ont été éliminés lors de 5 de leurs 6 demi-finales à l’Euro. En ajoutant la Coupe du Monde, les Oranje totalisent 7 éliminations en 9 demi-finales.

6

Harry Kane est désormais le meilleur buteur en phase à élimination directe de l’Euro avec 6 réalisations, devenant le troisième joueur à marquer lors de deux demi-finales de suite (Viktor Ponedelnik et Valentin Ivanov pour l’URSS en 1960-1964). Il est également le meilleur buteur européen en phase à élimination directe de tournoi majeur (Coupe du Monde + Euro) avec 9 unités.

Feuille de match

* Pays-Bas 1 Angleterre 2

Pays-Bas: Verbruggen – Dumfries (Zirkzee 93), de Vrij, van Dijk (cap), Aké – Schouten, Simons (Brobbey 93) – Reijnders – Malen (Weghorst 46), Depay (Veerman 35), Gakpo

Avertissements: Dumfries (17), van Dijk (87), Simons (91)

But: Simons 7

Angleterre: Pickford – Walker, Stones, Guéhi – Saka (Konsa 93), Mainoo (Gallagher 93), Rice, Trippier (Shaw 46) – Foden (Palmer 80), Kane (cap) (Watkins 81), Bellingham

Avertissements: Bellingham (72), Saka (86), Trippier (94)

Buts: Kane 18p, Watkins 90

Arbitre: F. Zwayer (All) – 60 926 spectateurs

Fiche technique

7 Tirs 9

2 Tirs cadrés 5

11 Fautes commises 6

3 Corners 0

41% Possession 59%

UEFA Man of the Match

photo ref: MAN

Olie Watkins (Angleterre)

Classement des buteurs

3 buts: Jamal Musiala (Allemagne)*, Harry Kane (Angleterre), Dani Olmo (Espagne), Georges Mikautadze (Géorgie)*, Ivan Schranz (Slovaquie)*, Cody Gakpo (Pays-Bas)*

2 buts: Kai Havertz, Niclas Fullkrug et Florian Wirtz (Allemagne)*, Jude Bellingham (Angleterre), Fabián Ruiz (Espagne), Donyell Malen (Pays-Bas)*, Razvan Marin (Roumanie)*, Embolo (Suisse)*, Merih Demiral (Turquie)*

* Déjà éliminés

Ils ont dit …

Gareth Southgate (sélectionneur de l’Angleterre) : « La seule raison pour laquelle j’ai accepté ce poste était d’essayer d’apporter le succès à l’Angleterre en tant que nation et d’essayer d’améliorer le football anglais, et je suis immensément fier d’avoir pu emmener l’équipe à sa première finale à l’étranger après avoir disputer deux finales dans son histoire, au Mondial en 1966 et à l’Euro en 2021, à chaque fois à Londres. Jouer la finale ne suffit pas, nous sommes venus ici pour gagner. Ollie Watkins s’est entraîné tous les jours et il était prêt pour ce moment, peu importe combien il a pu être frustré de ne pas jouer. Il était prêt et tout le groupe l’a été. C’est un groupe avec beaucoup de nouveaux joueurs et la moitié d’entre eux n’ont jamais participé à un tournoi, mais ils se soutiennent tous les uns les autres, et ce soir en a été un bon exemple. L’Espagne a été la meilleure équipe du tournoi et nous avons un jour de moins pour nous préparer, c’est donc une tâche énorme, mais nous sommes toujours là et nous nous battons. Contre la Roja, nous devrons être exceptionnels avec le ballon et sans le ballon. Nous sommes venus ici pour essayer de gagner le tournoi et cela reste notre objectif. »

Ronald Koeman (sélectionneur des Pays-Bas) : « On est déçus par rapport au résultat final, après un match où nous avons bien commencé. L’Angleterre a créé des problèmes dans notre milieu de terrain en première période ; nous n’avons pas contrôlé leur jeu entre les lignes avec Bellingham et Foden. Nous avons ajouté un joueur au milieu de terrain par la suite et c’était plus équilibré. Dans les 20 ou 25 dernières minutes, j’ai eu l’impression que nous étions plus frais, mais ils ont marqué un beau but et c’est le football. Peut-être aurions-nous mérité la prolongation, mais c’est comme ça. C’est difficile à accepter. Nous pouvons être fiers de nos joueurs et de l’équipe nationale parce que nous avons fait un grand tournoi. »

Harry Kane (capitaine de l’Angleterre) : « C’était une fin de match exceptionnel. Il y avait quelques jambes fatiguées sur le terrain, mais nous méritions de gagner le match avec une telle fin de match. Dimanche, ça va être un match incroyablement difficile. Un match de plus pour entrer dans l’histoire. Il reste un match pour entrer dans l’histoire. J’ai hâte d’y être ».

Virgil van Dijk (capitaine des Pays-Bas): « C’est terrible, c’était une belle bataille, mais on n’a pas gagné et on ne sera pas en finale, ça fait très mal, perdre comme ça à la dernière minute, désolé, mais c’est vraiment la galère ».

Ollie Watkins (Man of the Match) : « C’est incroyable, j’attendais ce moment depuis des semaines. Il m’a fallu beaucoup de travail pour arriver là où je suis aujourd’hui. J’ai eu l’opportunité et je l’ai saisie à deux mains. J’ai dit à Palmer quand on est entrés : « Nous allons entrer en jeu et tu vas m’aider ». Je savais que dès qu’il aurait le ballon, il me servirait. Quand le ballon est allé se loger dans le but, j’ai eu la meilleure sensation du monde. Nous sommes capables de rebondir après avoir été menés au score. Nous n’abandonnons jamais. Il nous reste un match et nous sommes prêts pour l’Espagne. Certains amis m’ont envoyé un message et m’ont dit d’être patient. Et le nombre de personnes qui m’ont envoyé un message ce soir, disant je marquerais en rentrant… c’était insensé ».

Didier Deschamps conforté dans ses fonctions de sélectionneur jusqu’en 2026

Au lendemain de l’élimination de l’équipe de France, en demi-finale de l’Euro 2024 face à l’Espagne (1-2), Didier Deschamps, dont le style de jeu de son équipe n’a pas été à la hauteur des attentes, a été conforté dans ses fonctions de sélectionneur jusqu’en 2026, soit la date de la fin de son contrat avec la FFF. Philippe Diallo, le président de l’instance, l’a annoncé hier.

Pas de révolution pour l’équipe de France. En poste depuis 2012, Didier Deschamps va rester sélectionneur jusqu’en 2026, soit la date de la fin de son contrat, malgré l’élimination de son équipe en demi-finale de l’Euro 2024, mardi soir contre l’Espagne (1-2), au terme d’une compétition où les Bleus se sont montrés sans imagination sur le plan du jeu.

« Il a rempli l’objectif sportif qui lui était donné. Lorsqu’on regarde son parcours à la tête de l’équipe de France, il est exceptionnel. Didier a mené cette équipe de la meilleure des manières possibles pendant cet Euro », a indiqué Philippe Diallo, le président de la FFF, qui va échanger dans les « prochains jours » avec son sélectionneur. « Je ne vois pas de raison de remettre en cause son contrat. Les résultats du passé plaident pour lui. Didier poursuivra sa mission… Pendant ce mois, j’ai vu beaucoup de professionnalisme, de recherche de l’excellence. Il faut maintenir l’équipe de France dans cette direction ».

S’il assure avoir senti «une très grande unité entre les joueurs, Didier Deschamps et le staff» lors du championnat d’Europe en Allemagne, Philippe Diallo a rappelé que «beaucoup de nations envient nos résultats» qu’il juge «exceptionnels». En 12 ans, Deschamps a décroché le titre de champion du monde en 2018 mais également joué deux finales (Euro 2016 et Coupe du monde 2022) et une demi-finale (Euro 2024).

Sur la touche depuis 2021 et son départ du Real Madrid, Zinédine Zidane, qui n’a jamais caché son souhait de devenir un jour sélectionneur des Bleus, devra encore attendre deux années supplémentaires.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -