- Publicité -

Haltérophilie – MWF: La sélection nationale officialisée d’ici au 26 janvier

Les Jeux du Commonwealth à Birmingham (Angleterre) programmés du 28 juillet au 8 août prochain sont le rendez-vous phare de l’année 2022. Dans cette optique, la Mauritius Weightlifting Federation (MWF) organisera le mois prochain (26-28 février) le Mauritius International Open Weightlifting Championships (Internationaux de Maurice) au centre national d’haltérophilie à Vacoas, qualificatif pour l’évènement anglais.

- Publicité -

Si la liste des présélectionnés mauriciens est désormais connue, il nous revient que la sélection nationale sera officialisée d’ici au 26 janvier. Autant dire que le processus de qualification, différent de l’édition 2018, s’annonce beaucoup plus compliqué. Les haltérophiles devront impérativement sortir le grand jeu.

L’entraîneur national, Ravi Bhollah, espère que les bonnes performances seront au rendez-vous. « Il faudra donner le maximum. Les présélectionnés devront mériter leur place et une fois en compétition, il faudra impérativement repousser ses limites étant donné que c’est la qualification pour les Jeux du Commonwealth qui est en jeu », explique-il.

À noter que les présélectionnés mauriciens en masculin sont : Willem Émile (-55 kg), Kenzie Tayer (-61 kg), Jonathan Coret (-67 kg), Dorian Madanamoothoo (-81 kg), Dinesh Pandoo (-81 kg), Cédric Coret (-96 kg), Anthony Madanamoothoo (-96 kg), Gaël Martinson (-96 kg) et Khelwin Juboo (-109 kg). Pour rappel, Cédric Coret avait été le meilleur performeur lors des derniers Championnats de Maurice l’année dernière, tandis qu’Anthony Madanamoothoo avait ramené une médaille d’argent des Championnats du Commonwealth à Tachkent en Ouzbékistan.

En féminin, les noms retenus sont : Roilya Ranaivosoa (-49 kg), Maëva Matelot (-49 kg), Doushka Gopaloodoo (-59 kg), Sulakshsna Gunoo (-59 kg), Ketty Lent (-64 kg), Alison Sunee (-87 kg), Shalinee Valaydon (+87 kg) et Anastajia Babet (+87 kg). On se souvient que Maëva Matelot, à tout juste 15 ans, avait pris part à ses premiers Jeux des îles de l’océan Indien en 2019 au gymnase James Burty David à Curepipe, en ramenant trois médailles de bronze.

Maëva Matelot est une jeune athlète avec beaucoup de potentiel et possédant encore une belle marge de progression. Elle sera très certainement attendue au tournant, tout comme la talentueuse Ketty Lent ou encore Roilya Ranaivosoa. Cette dernière, actuellement au Qatar, est la dame de fer de l’haltérophilie locale, ayant été multiple championne d’Afrique, triple médaillée d’or aux JIOI de 2015 et 2019, et seule médaillée (en argent) de la délégation mauricienne lors des derniers Jeux du Commonwealth à Gold Coast en 2018. Elle a aussi pris part à deux éditions des Jeux Olympiques. Quant à Sulakhsna Gunoo, nous avons appris qu’elle évolue en Angleterre et qu’elle aurait pris contact avec la fédération en 2020.

Ravi Bhollah explique que « le processus de qualification est différent de l’édition 2018 et demeure d’ailleurs plus compliqué. Lors de la précédente édition, ils étaient au nombre de 15 haltérophiles par catégorie, mais cette fois, ils passeront à 10. » Ravi Bhollah affirme que « le ranking est basé sur tous les résultats récoltés par catégorie dans tous les pays du Commonwealth. Les huit premiers de chaque catégorie sont qualifiés directement pour Birmingham, tandis qu’une place est accordée au pays organisateur et au pays qui n’a pu réussir à qualifier deux représentants. »

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour