Monique Dinan

Plusieurs anniversaires religieux sont célébrés en ce mois d’août :

2 août 2020 : la Fête des Vocations au Thabor a réuni un grand nombre de jeunes pour célébrer aussi ceux qui ont choisi une vie toute donnée à Dieu : les 50 ans de prêtrise de Maurice Piat et de Gérard Sullivan, les 25 ans de prêtrise de Sylvio Lodoïska et d’Eddy Coosnapen. On a aussi parlé de ces jeunes séminaristes qui entreprendront bientôt des études en France.

15 août 1940 : inauguration du Monument de Marie Reine de la Paix : 80 ans donc que Marie veille non seulement sur Port-Louis mais sur toute l’île Maurice. Dans ce contexte festif, on parle beaucoup de vocations masculines. C’est aussi l’occasion de mettre en valeur les vocations féminines, des femmes qui ont choisi, en toute liberté, de ne pas avoir de conjoint, ni d’enfants parce qu’elles ont centré leur amour et leur vie sur le Christ. Elles ont aussi une grande dévotion pour la Vierge Marie, la maman du Christ, qui va leur apprendre à mieux le connaître, l’aimer et le servir.

Elles ont choisi une congrégation religieuse pour mener leur vie de prières et de service où elles trouvent leur épanouissement et mènent une vie remplie de façon très positive. C’est donc l’occasion de mieux connaître les neuf congrégations religieuses qui sont présentes dans notre pays à travers un bref historique de leur implantation à chacune d’entre elles et de faire un survol de leurs domaines d’activités dans notre République.

Chaque congrégation fera l’objet d’un article qui permettra de souligner les multiples domaines, où ces femmes d’âges différents et de diverses nationalités sont à l’œuvre et de mieux comprendre à quel point elles rendent service à la population mauricienne. Un travail très souvent discret et même ignoré alors qu’elles le font avec discipline, courage et dévouement.

Voici les noms des neuf congrégations religieuses présentes dans le pays, selon l’année de leur implantation.

Deux constatations s’imposent :

– Ces congrégations regroupent des Mauriciennes et des étrangères dans neuf multiples communautés réparties dans divers endroits du pays.

– Le nombre de religieuses diminue dans le pays. Il n’y a pas beaucoup de jeunes filles qui ressentent l’appel pour consacrer leur vie à Dieu et venir rajeunir l’ambiance dans les couvents.

D’où l’importance de cette série d’articles qui traiteront des congrégations religieuses féminines dans notre pays.

À SUIVRE

Source : Annuaires du diocèse de Port-Louis