- Publicité -

Breach of Children Act : Une toxicomane rejette son nouveau-né

La police a initié une enquête pour infraction à la Children’s Act contre une habitante de Grand-Gaube (25 ans) et son compagnon (39 ans) qui ne souhaitent pas assumer la responsabilité de leur nouveau-né.

- Publicité -

C’est une Family Protection Officer qui a alerté la police de Pamplemousses samedi après qu’elle s’est entretenue avec le personnel de l’hôpital du Nord. La mère a donné naissance à un bébé le 26 mars et elle est restée sur place même si elle ne suit aucun traitement post-natal. Comme le nourrisson avait des complications de santé, la jeune femme a avoué qu’elle a consommé de la drogue régulièrement lorsqu’elle était enceinte. Elle avance qu’elle n’a aucune famille alors que son concubin ne compte pas élever le bébé. Idem pour sa mère qui dit être incapable de le faire à cause de sa situation. La Child Development Unit (CDU) a pris en charge le nourrisson et depuis le 8 avril, l’enfant est placé dans un abri. Entre-temps, sa mère est rentrée chez elle.

Par ailleurs, la mère d’une fillette de neuf ans ne souhaite pas que son enfant retourne vivre chez elle en soutenant qu’elle éprouve des difficultés financières à l’élever. La Child Development Unit (CDU) l’a contacté à plusieurs reprises pour essayer de la convaincre de revenir sur sa décision. Mais, la maman évoque la cherté de la vie et ajoute qu’elle ne pourrait même pas nourrir sa fille en cette période. Néanmoins, les officiers l’ont prévenu qu’elle risque de se mettre contre la loi pour « Child abandonment ». Du reste, la CDU a contacté la Criminal Investigation Division (CID) de Piton et la Crime Intelligence Unit (CIU) pour vérifier si la mère dit la vérité quant à sa condition de vie. Entre-temps, les officiers ont placé l’enfant dans un Shelter à Pointe-aux-Sables.

C’est en septembre dernier que la fillette a été déposée au domicile de son grand-père à Pointe des Lascars. La mère a dit qu’elle ne pouvait plus assumer la charge d’élever l’enfant étant dans une situation précaire. Le grand-père, étant lui-même dans une situation difficile, a fini par contacter la CDU de Goodlands. Une Family Welfare Officer a approché la Cour de Rivière du Rempart pour obtenir un Emergency Protection Order afin de prendre en charge la fillette. Entre-temps, les officiers ont pu établir une ligne de communication avec la maman. À un moment donné, elle a changé d’adresse et elle ne souhaite pas dire où elle réside actuellement. Comme la CDU n’a que son numéro, elle a demandé à la police de se mettre à sa recherche.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour