- Publicité -

Horizon Paris 2024 : Un nouveau cycle débutera en septembre

En début d’année, le président d’Horizon Paris 2024, Dominique Filleul, nous avait annoncé que les Jeux du Commonwealth seraient déterminants afin de connaître ceux ou celles qui continueront à bénéficier de l’encadrement de ce projet.

- Publicité -

Le groupe qui est rentré au pays mercredi avec cinq médailles comprend un seul élément, Rémi Feuillet, qui figure dans ce projet. Dominique Filleul dresse lui un bilan positif malgré quelques déceptions. Une réunion avec le comité technique devrait se tenir durant les prochains jours afin de faire le bilan avec les différentes fédérations et la mise à jour de la liste des sportifs sera dévoilée au plus tard début septembre.

« Ces Jeux vont nous aider à voir plus clair sur la forme des athlètes. S’ils n’arrivent pas à être performants, ils ne feront plus partie du projet », nous avait déclaré Dominique Filleul en janvier dernier. Et ce discours n’a pas changé, car le responsable du projet souhaite honorer sa promesse. « En général, personnellement, je suis satisfait que le Club Maurice ait pu réaliser un record au niveau des médailles. Cela prouve qu’il y a énormément de potentiel et que les sportifs mauriciens s’améliorent d’année en année, et cela malgré les dernières années qu’ils ont connues à cause du Covid-19 et ses restrictions. »

Toutefois, parmi ces cinq médaillés, un seul élément faisant partie du projet Horizon Paris 2024 a pu monter sur le podium, à savoir le judoka Rémi Feuillet. Pour Dominique Filleul, la performance du Mauricen qui réside en France n’est pas étonnante. « Je dois dire que nous étions assez confiants sur le fait que Rémi avait le potentiel de nous décrocher une médaille. Et là c’est une confirmation pour nous, car nos investissements lui ont été bénéfiques. C’est certainement une de nos confirmations à ces Jeux ».

La cinquième place en VTT de Kimberley Lecourt de Billot ne devrait pas lui être préjudiciable, car elle a manqué le podium de sept seconde. « Cela s’est joué à très peu pour elle, probablement sur une montée. Mais sa performance est satisfaisante », fait ressortir Dominique Filleul.

Pour les deux para-athlètes Noémi Alphonse (1500m T54) et Anaïs Angeline (100m T37), un podium était plus que compliqué, sachant que pour la première nommée, les para-athlètes du T53 se sont alignées à cette finale, alors que pour Angeline, dernière de sa série, « nous attendrons le rapport de son entraîneur pour en savoir plus sur sa prestation », déclare le président du projet. Dans le cas du boxeur Merven Clair, qui n’a pu se qualifier pour les demi-finales, Dominique Filleul pense « qu’il perd en quart car le mental n’a pas suivi. Selon moi, il était au-dessus de son adversaire, mais dans les prochains jours, on va se rencontrer et ainsi en discuter. »

Cependant, c’est le judoka Winsley Gangaya qui est passé à côté de sa compétition. Après avoir rejoint le Pôle Espoir de Rouen l’année dernière, beaucoup d’espoir a été placé en lui du côté d’Horizon Paris 2024. « Personnellement, je m’attendais à beaucoup mieux de lui. Si nous le comparons à Tracy Durhone, qui n’a eu qu’un mois et demi de préparation, alors que lui plus de six mois, je reste sur ma faim. Pour l’heure, il est prévu qu’il reste à Maurice afin de se remettre en question et également pour reprendre les bases de son judo. Plusieurs décisions seront prises par le comité concernant l’ensemble de l’équipe », nous dit Dominique Filleul.

En revanche, de nouvelles têtes pourront venir s’ajouter à la liste des pensionnaires de ce projet. « Depuis le début, on avait communiqué sur le fait que si un Mauricien décroche un podium ou s’en rapproche, Le judoka Winsley Gangaya ne devrait pas retourner au Pôle Espoir de Rouen en France on examinera sa candidature afin d’intégrer notre équipe », souligne le président d’Horizon Paris 2024. De ce fait, le judoka rodriguais Sébastien Perrine débutera certainement son aventure avec cette équipe.

Deux autres sportifs seront considérés comme des ambassadeurs pour cette équipe en vue des Jeux Olympiques 2024, l’haltérophile Roilya Ranaivosoa et le boxeur Richarno Colin. « Ce sont des exemples pour la jeune génération. Roilya, de par sa détermination, pourra conseiller l’aile féminine du projet. C’est une gagnante et je n’ai aucun doute que sa présence sera un plus pour le groupe. Quant à Richarno, malgré son âge, on a pu voir que sur le ring, cela ne se ressentait pas. Il est au summum de sa forme et il faut miser sur lui », indique Dominique Filleul.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour